Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

1040 Billets

4 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2019

Les États contre les populations

La guerre des États contre les populations est déclarée, sur tous les continents. Longtemps réservée aux banlieues et aux ghettos de relégation des plus pauvres et des racisé·es, la violence policière déborde ses frontières de cantonnement. Elle éclate aujourd’hui dans les rues des grandes villes où l’on compte les blessés et même les morts.

Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Gilles Walusinski, 2019

Pardons mielleux et larmes de crocodiles, rodomontades ou sourires grinçants, grimaces. Les masques tombent, révélant la peur des dirigeants de ce monde face aux révoltes des peuples.

La guerre des États contre les populations est déclarée, sur tous les continents. Longtemps limitée aux banlieues et aux ghettos de relégation des plus pauvres et des racisé·es, la violence policière déborde ses frontières de cantonnement. Elle éclate aujourd’hui dans les rues des grandes villes où l’on compte les blessés et même les morts. Nul ne peut plus ignorer sur quoi repose la prétendue paix chèrement vendue par le néolibéralisme mondialisé : l’écrasement du plus grand nombre, économique, symbolique, physique, au profit d’une frange de winners érigés en modèles inaccessibles, la destruction de la planète pour satisfaire l’avidité d’une classe. Les mensonges de prospérité générale et de progrès diffusés par la société industrielle pour justifier son expansion occidentale aux dépens du reste du monde se révèlent tels qu’ils sont : une fumée voilant la destruction du vivant par la marchandise morte et mortifère. L’autoritarisme fascisant que l’on aurait pu croire dépassé ressurgit au grand jour : il n’a jamais déserté le centre des États alliés aux puissances économiques. Même les apparences ne sont plus sauves : l’idéologie d’extrême droite s’exhibe à l’aise dans les propos du personnel politique comme dans les médias aussi bien que dans la police.

Les discours lénifiants sur les droits humains, la démocratie et les libertés individuelles ont toujours sonné faux dans la bouche de ceux et celles qui prétendent représenter les peuples qu’ils dirigent, ils sont reçus maintenant pour ce qu’ils sont : des provocations. Nul·le ne peut plus ignorer que les États ne font aucun cas de la vie des enfants, des femmes, des hommes. Quel gouvernement se soucie réellement de la santé de ceux et celles qui vivent dans des zones polluées, qui travaillent dans des environnements dangereux, qui subissent le chômage, la misère, les racismes ? Morts de l’exil, morts du travail, morts des pollutions diverses, morts de la pauvreté, morts de l’exclusion sociale, morts des discriminations, morts du néocolonialisme : l’État s’en fout, pire il « accompagne ». Il n’évacue pas les habitants d’une ville quand une usine de produits hautement toxiques y est en flammes, il ne dit rien des accidents nucléaires nombreux mais persiste à construire des centrales, il se dédouane de toute responsabilité lors du suicide d’une fonctionnaire sur son lieu de travail, il laisse crever dans la rue les migrants et se moque que des enfants des banlieues soient privés des moyens élémentaires de subsistance, d'accès au bien-être et à l’éducation. L’État dépossède les populations de ses biens collectifs et les brade aux intérêts privés, spolie les pauvres et les perd dans des démarches administratives aussi labyrinthiques que culpabilisantes auxquelles ils finissent par renoncer, abdiquant leurs droits aux aides sociales. Il investit dans le militaire et économise sur la santé et l’instruction. Il dénie l’existence même des contestataires en leur refusant toute possibilité d’expression de leurs revendications sous une autre forme que celle dont il a lui-même fixé les règles pour mieux les réduire à néant. Il tue toute beauté.

Les grossières stratégies gouvernementales visant à dresser une partie de la population contre une autre n’ont qu’un temps. Comme dit la chanson, you can’t fool all the people all the time. Partout, de Hong-Kong au Chili, de la France au Liban, en Afrique comme en Asie, les révolté·es montrent leur courage et leur détermination malgré les dangers pour leur vie et celle de leurs proches. Les informations circulent par-delà les censures. Mais remplacer un gouvernement par un autre ne changera pas l’État et sa violence intrinsèque. Ce n’est pas d'élu.es moins pire dont nous avons besoin dans un État qui restera quoi qu'on fasse policier et militaire. C’est de la reprise par les populations de ce qui leur appartient dans le respect des autres formes de vie et de la planète. C’est de l’autogestion, du partage et du refus du pouvoir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves