Le goût de la sauce

La seule chose certaine, c'est qu'on sera bouffé.

107422207

En grand équipage et de toute leur cour suivis, il arrive! elle est là !

Elle, qui jamais n'auréola sa liquette de la sueur amère du labeur. Lui qui jamais ne souillera son costume chic de l'infecte tache de cambouis! Mais qu'est ce qui les attire, entourés d'une nuée de caméras et de micros, hors des tièdes douceurs de leurs QG de campagne en ville ? Les ouvriers, ces pygmées anecdotiques que l'on trouve encore dans les contrées sauvages des hauts de hurle France !

Alors comme ça, on s'intéresse aux ouvriers en grève ? Il paraît que le jeune candidat golem, humanoïde fabriqué de toutes pièces par le CAC 40 et ses patrons de presse, a besoin de la participation des helpers électeurs pour accéder au poste de boss trop cool de la start-up France. On dit que la candidate fachoïde, héritière d'une dynastie pleine au as de corrompus racistes, a besoin des suffrages des gogos électeurs pour aller coller sa dictature dans tous les foyers, en commençant par les maliens qui piquent le boulot des blancs Français. C'est con la démocrature : tout ce temps perdu en poignée de mains viriles et calinous contre la poitrine rude du populaire.

Comment convaincre le bétail à cornes de s'en aller tête haute voter pour les intérêts du propriétaire de l'abattoir ? C'est le casse-tête des illusionistes du deuxième tour de piste électoral. Mon agneau, tu préfères te faire bouffer à la sauce nationalisto-chauvine ou à celle ouverte sur le monde ? Ma brebis bêlante, tu préfères que ton droit de grève soit supprimé par la cheftaine autoritaire ou te le supprimer toi-même en devenant ton propre patron antisocial ? Mon mouton, choisis bien car tu vas en prendre, et cher, pour cinq longues années.

Et il y en a qui refusent de jouer les dindons de cette farce dramatique ? Salauds !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.