jumel.sandra
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2022

Un été qui commence en Despentes raide

Après le texte de Didier Eribon « Retour à Reims », portrait de la classe ouvrière rémoise des années 60, Thomas Ostermeier est de retour au Théâtre de l'Odéon. Il croque l’odyssée au vitriol d’une société à la déroute dépeinte par Virginie Despentes dans « Vernon Subutex ».

jumel.sandra
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une lente, mais certaine descente aux enfers, Vernon, rockeur sur le retour, la quarantaine bien trempée, perd progressivement pied. Son travail, ses amis, son logement, le sol se dérobe sous ses pieds. C’est sa vie qui finit par lui échapper. La dégringolade s’amorce avec la fermeture de son magasin de vinyles dans le 19ème "Le Révolver", témoin devenu anachronique d’une époque rock’n’roll définitivement révolue, comme si les derniers riffs de guitare sonnaient le glas d’une époque sonnante et trébuchante. Avec Vernon qui met la clé sous la porte, ce sont tous ses vieux potes, ces infatigables piliers de comptoir qui tombent comme des mouches. Cancer, overdose, accident de voiture emportent ce qu’il restait à Vernon de souvenirs de son passé cocaïné en blouson de cuir noir, des solos de guitare basse, de soirées en backstage et traces sur un coin de lunette de toilettes.

"À partir d'un certain âge, tu ne te sépares plus de tes morts" Vernon Subutex semble choisir le camp des morts contre celui des vivants. 
Lorsque Vernon se retrouve à la rue, viré de son appartement, il va devoir pourtant se tourner vers ceux qui restent. Ceux qui ont troqué les rêves immatures d’une existence fugace et intense contre le désenchantement d’une vie raisonnable et sereine. Un destin à la Renaud contre une fin à la Cobain. Emilie la punk devenue fonctionnaire maniaque. Sylvie l’audacieuse transformée en bourgeoise parisienne. Xavier, le père de famille raciste et islamophobe. Bastien le trader désabusé qui arrose à coup de champagne son dégoût pour les pauvres.

Mais Despentes s’invite aussi sur le territoire du genre, du sexe et de la religion avec la jeune Aïcha qui se tourne vers l’islam, la flamboyante Pamela, actrice porno charismatique et drôle ou encore l’envoutante Marcia et le timide Daniel, deux personnages non-binaires qui réinventent le genre comme identité fluide.

Vernon finit chez Patrice, le pote au grand cœur, qui nous émeut, avant de nous glacer. Lui qui aime tellement sa femme qu’il la cogne. Pourtant comme le crient  les rues des colleuses de Paris, « Quand on aime on ne bat pas », car oui « Les crimes passionnels n’existent pas ».

Virginie Despentes entoure ses personnages d’un nuage de compréhension. Il se disperse avec leurs aveux coupables, mais une brume d’empathie continue de flouer notre jugement. Impossible de faire tomber l’un ou l’autre dans le puit sans fond du Mal incarné. Chacun a ses raisons. Despentes nous force à les comprendre, à situer leur mal-être dans le contexte d’une époque impitoyable et individualiste.

Thomas Ostermeier qui reprend ce texte avec la précision d’un orfèvre, fait se répondre les monologues, comme s'enchaînent  les chapitres dans le roman. Il nous ressert de ce malaise dont on se passerait bien à l’abri d’un grand théâtre parisien. Combien de spectateurs se tortillent dans le confort de leur siège face à Vernon, qui regrette les sourires pleins de compassion qu’il jetait aux SDF avant lui. Ceux qu’on adresse pour mieux digérer notre gène. Un sourire ça ne mange pas de pain, mais surtout ça laisse l'autre sur sa faim.

Avec cette nouvelle fresque sociale Ostermeier réaffirme sa volonté d’inviter la vie au théâtre. Il y a cinq ans le candidat Emmanuel Macron annonçait qu’à la fin 2017 il n’y aurait plus personne à la rue. Pourtant les allées du métro se sont peuplées de Vernon.
Hasard du calendrier, en cette première du 18 juin à l’Odéon, la chaleur inquiète. Les températures caniculaires pourraient s’avérer meurtrières. A Paris l’an dernier 165 sans-abris ont perdu la vie. Avec le réchauffement climatique la mort frappe à la porte des plus vulnérables, ceux qui n'en n'ont pas...

Ces destins croisés, cabossés pointent ensemble le doigt vers un système qui isole et précipite la chute. Un système libéral dans lequel capitalisme et patriarcat de concert brident la créativité et vampirisent les femmes et les hommes. Emmurés dans leurs solitudes, ils sont de plus en plus nombreux à se raccrocher à la haine et au repli, plutôt qu’à la solidarité. Au lendemain des présidentielles et des législatives, alors que le RN multiplie par 10 son nombre de sièges à l’Assemblée, le texte de Virginie Despentes publié en 2015 a le goût amer d’une chute annoncée.   

En ouverture de la pièce interprétée par les acteurs de la Schaubühne résonnent les paroles métalliques de "Another Man Done Gone". Sur la scène tournante les tableaux se succèdent entrecoupés de chansons interprétées en live par un quator punk-rock batterie, basse, guitare, chant détonant. Les tubes de The Cramps, Johnny Cash, Gang of Four remplissent la salle de l’Odéon plutôt habituée aux envolées lyriques qu’aux solos de guitares électriques.

Des écrans de télés empilés, un bar improvisé, un grand écran comme un miroir médiatique à la cadence névrotique, des escaliers avec autant de marches à descendre vers les abysses. Le tout surplombé d’un pistolet en néon, qui rappelle l’enseigne du magasin de disque, un révolver sur la tempe de Vernon, prémisse d’un suicide social annoncé.

 Vernon Subutex, au Théâtre de l'Odéon du 18 au 26 juin 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.