CAHIER DES DOLEANCES

CAHIER DES DOLÉANCES : GRAND DÉBAT NATIONAL ou GRAND DÉNI ?

L’INTELLIGENCE COLLECTIVE

Elle est bien plus large et bien plus riche que l’intelligence d’une seule tête, même formatée dans les plus grandes écoles pour discourir sans fin sur les avantages d’une DÉMOCRATIE REPRESENTATIVE à bout de souffle.

Pour son malheur, cette intelligence collective est aussi très diversifiée, parfois trop personnalisée, trop souvent confuse ; il faut donc donner du temps au Temps pour lui faire lever les regards, élever les âmes, trouver les maux profonds qui ruinent les fondements de toutes nos « démocraties » représentatives depuis plus de deux mille cinq cents ans.  

Or, ce Grand Débat National d’initiative citoyenne, gouvernementale présidentielle jupitérienne tend à faire oublier, par de beaux discours, que la misère peut être étouffée avec le temps mais le temps passe, et la misère est désormais « interdite », emprisonnée, jugée, condamnée, criminalisée…

DÉNI DE DÉMOCRATIE.

Ce déni de la démocratie est l'un de ces maux profonds qui nous conduit à exprimer nos inquiétudes dans des « séances de thérapie de groupe », souvent animées avec beaucoup de maladresse ou au contraire « dirigées » par les medias eux-mêmes.

Ce mal profond empêche les citoyens français et européens de répondre à la question ultime que posait PLATON dans LA RÉPUBLIQUE :

« Il faut essayer de rechercher et de montrer les défauts qui font que les Etats d’aujourd’hui ne sont pas gouvernés comme le nôtre » (Cité Idéale) , « et quel changement, aussi léger que possible, les ferait entrer dans l’esprit de notre constitution (un ensemble politique idéal), changement qui pourrait fort bien se borner à un point, sinon à deux, en tout cas à un très petit nombre de choses de peu d’importance ».

Pour mémoire, PLATON n’a pas réussi à les trouver, et la Grèce Antique s’est endormie dans une mort éternelle, sur le plan matériel, social, économique et financier… mais pas sur le plan des idées.

C’est pratiquement dans sa seule dimension immatérielle qu’elle restera éternelle.

SORTIR DE CE PIEGE DU DÉNI...

Il est donc de notre DEVOIR de répondre aux questionnements, et de proposer des solutions aux maux qui condamnent la France et l’Europe au grand silence de la Civilisation, celle de la curiosité, des recherches, du savoir, du pouvoir et, plus encore, celle de l’Humanisme avec des créations immatérielles bien plus que matérielles, bien loin de nos dérives matérialistes.

L’objet de ce texte est donc d’élever le regard, de gravir les montagnes pour voir plus loin, et donc d’épurer les idées pour rassembler, pour « changer les choses », pour redonner aux peuples européens une GRANDE VISION sur ce tout que nous sommes capables de faire tous ensemble.

Après avoir passé des milliers d’heures à essayer de comprendre le fonctionnement de notre société, de nos entreprises, de nos monnaies, de nos finances, de nos modèles économiques et économétriques les plus complexes, je suis convaincu d’une seule chose :

Le modèle économique, monétaire et financier le plus performant est exclusivement celui qui est le plus démocratique.

C’est parfois long à mettre en place : comme un train qui démarre.

Plus il doit tirer de wagons, plus ses roues patinent, plus il part lentement mais, une fois lancé, il est difficile de l’arrêter.  

CLIQUER ICI pour lire la suite :

LE GRAND DÉBAT NATIONAL... ET TOUT CE QU'IL CACHE.

Bonne lecture, et surtout, bonnes réflexions.

JUNON Moneta     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.