L'EURO? Une bien mauvaise monnaie!

En réponse à Mr MASSELIN

J'ai compris votre point de vue : en langage technique (économique et financier), vous développez la fonction numéraire et certaines pratiques divisionnaires de la monnaie liées à la fonction de transaction, mais il y en a d'autres : fonction de crédit, fonction de capital, fonction de réserve, à l'échelle de la Nation (au sens large) et à l'échelle internationale.
Sur tous ces points, la monnaie EURO s'est révélée une très mauvaise monnaie, comme toutes les autres. La preuve? Ce qui devait être et ce qui devait rester une crise américaine (subprime) s'est répandu dans les bilans de "nos" banques et de "nos" assureurs eurolandais au point que c'est tout le système qui s'effondre...
Aujourd'hui, ce même système nécessite des interventions étatiques démesurées alors que justement la Haute Finance - en position échec et mat - nous serinait encore récemment qu'il fallait moins d'Etat... pour les peuples (bien sûr)...
Mieux : le discours continue : "Il faut poursuivre les réformes car ce sont elles qui nous ont sauvés de la Grande Crise!".
Décodez bien ce discours : il faut continuer à faire des cadeaux à la Haute Finance!!!!! "Nos" gouvernants appellent cela "Communication"! L'Union Soviétique ne faisait pas mieux en matière de "Propagande".
Pour décrire brièvement ce "système des nouvelles libertés", le néolibéralisme (un autre système que le libéralisme), il suffit de faire la distinction entre l'Economie Réelle et la Monnaie.
Dans mon livre II, j'ai comparé le Produit Intérieur Brut à la fabrication d'une soupe : l'Economie Réelle produit les légumes, et la Banque Centrale fournit de l'eau (la monnaie). Quand la mixture est prête, la famille (la Nation) doit partager la soupe... Sinon...
Avec le "système des nouvelles libertés", il y a une erreur de casting : la Monnaie a été privatisée, elle est devenue bien trop abondante et bien trop concentrée dan les mains de quelques élus du système. L'Economie Réelle produit donc toujours des légumes mais la Haute Finance prélève l'essentiel de la récolte pour son propre compte, et elle rajoute beaucoup trop d'eau pour faire illusion sur la Production Intérieure Brute.

L'image n'est pas seulement "didactique" : ELLE SE DEMONTRE... avec les statistiques fournies par la BCE elle-même...
Le PIB est "inondé" : la soupe est donc indigeste et peu nutritive. Il est donc normal que l'Economie Réelle (dans la Nation) sorte exsangue de ce système.

Pourquoi cette précision : "dans la Nation"?
Tout simplement, parce que, au fil du temps, les GMS et les Transnationales ont poussé le vice jusqu'à délocaliser les productions de légumes... mais ces entreprises ont toujours revendu la soupe "inondée" au même prix, en prenant de plus en plus de "marges arrière" dans les paradis fiscaux.
Et bien, ce scénario, Monsieur MASSELIN, a déjà été inventé en Grèce Antique, puis il a été repris au sein de l'Empire Romain, puis....
Et puis, devinez ce qui s'est passé!
Déliquescence, puis disparition totale de ces grandes civilisations en cinq ou six générations...
C'est cela qui nous attend si nous ne changeons pas l'Europe... Et si nous ne changeons pas l'Euro...
C'est pourquoi j'ai rejoint MEDIAPART car je pense que les "grands" médias actuels ont tous servi (et servent de plus en plus) de relai propagandiste à la Haute Finance. La DEMOCRATIE est un vieux rêve, et elle est déjà morte... si elle a vraiment existé sous nos latitudes...

Par contre, notre Devoir est de la faire vivre partout, au sein de toutes nos Institutions et de toutes nos Organisations car c'est LE SEUL MODELE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE VIABLE.
Cordialement à Monsieur MASSELIN et à vous tous (toutes),
JUNON MONETA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.