Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Lien 7 déc. 2016

Pétition de soutien à Kamel DAOUDI et sa famille

Merci de signer et partager la pétition suivante

Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-l-int%C3%A9rieur-la-lev%C3%A9e-de-l-assignation-%C3%A0-r%C3%A9sidence-de-kamel-daoudi

Monsieur le Ministre, 

Je m’adresse à vous afin de faire cesser le traitement cruel et inhumain réservé à Kamel Daoudi, sa compagne, et leurs 4 enfants, depuis maintenant plus de treize ans. 


Entre 2001 et 2008, Monsieur Daoudi a purgé une peine de 6 ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec un projet d’entreprise terroriste, pour des faits qu’il a toujours niés, et été déchu de sa nationalité française. Depuis sa libération, jamais la justice n’a eu à lui reprocher la moindre infraction. En d’autres termes, Kamel Daoudi aurait dû pouvoir reprendre une vie normale, après avoir purgé sa peine. 

Pourtant, Kamel Daoudi, depuis sa sortie de prison, est assigné à résidence :

  • Il n’a pas le droit de travailler ;
  • il ne peut sortir des limites de sa commune ;
  • doit respecter un couvre-feu et des pointages quotidiens au commissariat.

En cas de manquement, il risque la prison, à l’isolement, comme cela lui est arrivé, à deux reprises, en 2010, alors qu’il accompagnait sa compagne pour un rendez-vous à la maternité, puis plus récemment en octobre 2020. 

Depuis 2016, les autorités l’ont éloigné à plusieurs centaines de kilomètres de sa famille. Une torture déshumanisante, pour lui, sa compagne, et leurs 4 enfants, privés de leur père. 

La justification à tout cela ? L’obligation qui lui est faite de quitter le territoire français depuis sa libération. Kamel Daoudi a démarché 40 pays d’accueil, pour autant de refus. 

Quel sens y-a-t-il à maintenir une personne assignée à résidence à perpétuité, sachant qu’il ne pourra pas quitter la France, qui est et a toujours été le seul pays dans lequel il a vécu depuis qu'il a l'âge de 5 ans ? 

Surtout, depuis 2008, sa situation a changé. Kamel Daoudi est père de 4 enfants, tous français. Doivent-ils choisir eux aussi entre leur père et leur pays ?  

Enfin, quand bien même la France voudrait à tout prix contraindre Kamel Daoudi à l’exil, qu’est ce qui justifie, en attendant, une telle privation arbitraire de liberté, avec l’argent du contribuable ? 

Monsieur le Ministre, les attaques qui endeuillent régulièrement la France méritent une réponse à la hauteur de l’enjeu, dans le respect de l’Etat de droit, pas d’utiliser les moyens de la lutte antiterroriste pour s’acharner sur une personne qui a depuis bien longtemps « payé sa dette à la société ». Monsieur le Ministre, vous avez le pouvoir de mettre un terme à ce déni de justice, pour une famille qui n’aspire aujourd’hui qu’à recouvrer une vie normale. 

Je vous demande de lever immédiatement l’assignation à résidence de Kamel Daoudi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum