Pohérésie vagabonde

Manger une omelette et écouter du Lordon ne font pas bon ménage. Cela m'a conduit à cette indigestion. Je vous laisse juges et procureurs.

Pohérésie vagabonde

 

Rêves évanescents

contre rêves naissants.

Voluptueuses volutes de lucioles

Voltes et volte-faces

facéties et farces contre forces et si des institutions.

Instillez, installez vos furies féeriques, foisonnantes.

Livrez-vous, délivrez-vous de vos chaînes tressées,

stressées avec vos larmes, votre sueur et votre sang.

Déliez-vous, liez vos destins jusque la lie,

l’hallali des tout-puissants, des tout-pesants des tout-trébuchants,

culs par dessus-têtes, tous ces bien pesants, tous ces bien-pensants.

Tous ces bienséants, geignant sur leurs séants,

Désormais, désarmés et larmoyant des océans de larmes et se rongeant les sangs.

Éclatez-leur la panse à tous ces éclaboussants

Qui hier vomissaient tels des hyènes la haine avec éclat, des bouseux

des gueux, des agonisants,

des riens, des peu de choses, des inexistants.

Votre fureur effraie et fraie tel un poison tous leurs cauchemars,

toutes leurs lancinantes hallucinations.

D’être dépossédés par les possédés de leurs possessions ;

De procéder à des procès, des processions ;

D'escorter vos cortèges avec ostentation ;

D’exécuter vos excès, vos exécutions ;

Pour vous délivrer, les livrer aux fers, à l’Enfer effervescent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.