Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2018

Spleen, l’ancien : histoire naturelle…

Je reviens à vélo vers le Squat Hôtel, qui me sert de domicile forcé : d’antre où cacher ma misère comme le déclame si bien ce proverbe arabe venu du fond des âges.

Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet adage qui remémore placidement que le meilleur bien est un foyer pour cacher son dénuement. La pluie ruisselle sur ce chemin mille fois parcouru tantôt guidé par une lampe, tantôt par l’habitude avec ou sans la lune pour éclairer ce sentier serpentant, garni de douzaines de nids de poules.

Sous le crachin mâtiné de brusques bourrasques, mes écouteurs sans fil crachotent sous un air de spleen, la douce amertume d’Alain Bashung :

« J’t’aimais tellement mieux quand t’allais mal.

J’t’aimais tellement mieux quand t’étais pâle.

Ça t’allait bien mieux quand, autrefois

Tu virais au bleu

Moi j’trouvais ça tellement...

Charmant,

Très émouvant.

Pourquoi as-tu donc changé ?

Tu ressemblais tant à un ange,

Un ange brisé… »

Entré au fond de mon antre, j’allume machinalement l’ordinateur et pianote aussi fidèlement que possible le requiem de cette armée assoiffée de cent sentiments qui m’assiègent :

une presque-vie d’épiques luttes insignifiantes d’absurdité ;

le poison que nous administre méthodiquement une administration sûre et dominatrice ;

la tristesse de mon ange brisé avec qui j’ai coupé court aux disputes devenues presque rituelles pour excommunier nos écheveaux de tristesses galopant dans l’absurde obscurité de nos destinées tourmentées ;

crier dans les tempêtes ternes de nos solitudes rescapées dans des radeaux à la dérive sous les éclairs terrifiants du monde indifférent ;

hurler nos haines qui nous tiraillent, nous mitraillent et réclament leur lot de vindictes comme des victimaires acharnés pressés d’en découdre avec nos haillons de corps décharnées trop burinés par les coups de l’adversité.

« Quand tu t’aimais pas

J’n’aimais que toi

Tu pleurais parfois

Et j’adorais ça.

Oui mais que veux tu ?

Tes larmes, elles ne coulent plus. 

Quelle jolie idée pour te plaire : crever.

Mais ne m’en veux pas.

Au fond, j’préfère pas.

Elle me dit les même mots.

Quand la nuit est là. »

Ces maux raisonnent à la manière de Diogène de Sinope, en écho aux cynisme de nos tourmenteurs exigeant de demeurer stoïques face à ces bonimenteurs qui pour mieux nous achever, nous subjuguer, suscitent la sédition jusqu’au cœur même de notre amour.

« Elle dit la vie ne sert à rien.

Le matin vient.

Elle essuie le sang de ses mains.

Il ne reste plus rien.

Que du chagrin.

Du chagrin.

Ooooh.

Elle me dit les même mots.

Quand la nuit est là. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel