Voyage au bout de l'absurdité

Cette lampe semble n’attendre que ma main pour effleurer l’interrupteur qui consumera son filament et éclairera les abysses du seul univers qu’il m’est encore donné la liberté d’explorer : celui de mon cerveau parfois aussi taciturne qu’un couloir de métro hanté

Cette lampe semble n’attendre que ma main pour effleurer l’interrupteur qui consumera son filament et éclairera les abysses du seul univers qu’il m’est encore donné la liberté d’explorer : celui de mon cerveau parfois aussi taciturne qu’un couloir de métro hanté par un promeneur nocturne attendant la première rame qui le transportera dans les bras de Morphée sur un frêle strapontin jusqu’à sa demeure à l’autre-bout d’un Paris clandestin se réveillant bruyamment de son assoupissement dominical et aoutien.

Cette lampe me guette toujours, animée par les reflets toriques de mes oscillations corporelles en même temps que je pianote ces quelques mots sur un clavier sans fil.
La nuit a été courte. Trop courte.
Je renvoie tous ces souvenirs de la veille se battant en duel dans ma boîte crânienne :


• Une femme en nuisette dans l’embrasure de sa porte me faisant signe de chuchoter tandis que ses enfants et son mari dorment profondément.


• Un homme passablement énervé d’être debout depuis 4 heures du matin, feignant de se retenir d’exploser de colère contre l’employée de l’Hôtel.


• Un adolescent ressemblant à Tweedledum – à moins que ce ne soit Tweedlelee – me persiflant que c’est mieux d’avoir la clé pour ouvrir une porte.


• L’employée de l’hôtel à deux doigts de ne pas faire long feu et d’envoyer tout le monde se faire voir chez les Grecs Anciens.


• Deux jeunes hommes havrais burinés par la fatigue, servant de commissaires de course low coast pour soixante malheureux euros, dont les organisateurs de la course avaient oublié de réserver la chambre et qui venaient de se casser le nez devant un panneau « Hôtel Complet » aux capitales d’imprimerie écarlates.


• Et moi avec un marteau en train d’éclater joyeusement la serrure de la porte blindée de la chambre devant laquelle les parents de Tweedledum étaient restés enfermés dehors après avoir eu l’idée saugrenue de retirer le petit bitoniau en bois qui empêchait que toute cette cour des miracles ne soit là à une heure du matin en train de vociférer discrètement qu’ils avaient payé leur chambre d’hôtel, qu’elle avait des bijoux de valeur dans la chambre claquemurée, qu’ils devaient se lever à cinq heure du matin, que ses enfants dormaient, que la gérante de l’hôtel dormait sur ses deux oreilles, laissant un message flegmatique sur son répondeur en guise d’Ave Maria.


Bref c’était un remake de Shining dans un ersatz de motel à l’américaine, en dodo majeur.
La porte finit par céder en un épique coup de pied digne de Gary Cooper sur les lambeaux de la serrure , projetant ça et là des ressorts, des pièces métalliques et le manche du marteau qui avait fini par se désolidariser de sa tête après avoir accompli son oeuvre.
Un ouf de soulagement fit écarquiller les yeux de l’assemblée et chacun put enfin regagner sa couche au bout de quelques minutes.

Le père de Tweetdledum appela sa moitié et leur rejeton qui s’étaient réfugiés dans la voiture pour colmater un peu leur fatigue le temps que le miracle ne se réalise ; tout en grommelant qu’il espérait bien être remboursé pour dormir dans une chambre désormais démunie de serrure.


Les deux commissaires bénévoles rêvaient déjà de dormir dans l’appartement de fonction de l’employée d’astreinte décharné par les travaux en cours pour en faire le futur appartement de fonction de la gérante de l’hôtel.
L’employée dissipa lentement son vague à l’âme démonté, se résignant de nouveau à passer une nuit blanche entourée de deux jeunes damoiseaux qui ne demandaient qu’à dormir pour surveiller la course de motocross matutinale et éviter que leur fatigue ne vienne causer une erreur d’appréciation fatale aux coursiers mécaniques.


Je finis par aller m’assoupir à mon tour avec les remerciements cordiaux de l’employée de l’hôtel bien contente de ne pas avoir renvoyé tout le monde se faire voir chez les Péripatéticiens et une poignée franche des commissaires de course bénévoles venant du Havre bien contents de dormir dans un squat amélioré pour enfin goûter le repos.
Tout était enfin un havre de paix… enfin jusqu’au lendemain où la dame à la nuisette comptait bien régler ses comptes pour tapage nocturne en bam bam majeur.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.