Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2020

Fermeture des zoos : oui ; fermeture des CRA : non.

A la demande de plusieurs personnes, j'ai retranscrit mon fil Twitter du 21 avril 2020 sous la forme de ce billet.

Kamel DAOUDI
Programmeur indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a douze ans jour pour, je sortais de la prison de la Santé après avoir accompli 6 ans et 9 mois de prison ferme. Après avoir salué mes camarades d'infortune et légué les quelques livres, cantines et vêtements qu'il me restait, je m'avançais vers le greffe encadré par quelques gardiens de prison (ils n'aiment pas qu'on les appelle ainsi comme les prisonniers n'aiment pas qu'on les appelle détenus).
Je récupère 《 ma fouille 》: elle tient dans une poche et《 mon paquetage 》 : il tient dans un carton

Je suis sous écrou extraditionnel. Cela signifie que ma levée d'écrou sera purement formelle. Je n'aurai pas la chance de profiter de ma première bouffée d'air pur sans être menotté. Je n'ai jamais mieux compris ce qu'était la《 chaîne carcérale 》que ce jour-là.
Après avoir accompli les formalités du greffe, je suis conduit dans un coin pour être de nouveau fouillé à nu cette fois-ci par une équipe du GIPN lourdement armée (c'est le privilège des gens qu'on affuble d'un pedigree comme le mien.)
Je dis bien pedigree car à cet instant vous n'êtes qu'un animal déshumanisé.

C'est la même déshumanisation administrative qu'on utilise pour mener les guerres, ordonner les pogroms, mater la rébellion. Menottes serrées au dos, entraves au pieds, le colis (toujours ce jargon réifiant) est conduit ds la micro-cellule de la bétaillère escortée toutes sirènes hurlantes. Direction la Préfecture de Police : le saint des saints pour une cérémonie de déchéance en bonne et dûe forme.
L'escorte me conduit dans un bureau à peine plus éclairé que celui du greffe de la Santé.
Là, on m'arrache les derniers lambeaux de mon humanité en me confisquant mes derniers papiers d'identité. Je suis désormais aussi étranger que lorsqu'un jour d'été 1979 j'avais débarqué du haut de mes 5 ans dans ce pays qui avait assassiné mon grand-père paternel, emprisonné mon grand-père maternel et torturé mon père.

Ultime humiliation : le rictus de cette employée de la PP lorsqu'elle déchiffra le motif de mon incarcération en claquant un《 bon courage 》entendu à mon escorte comme si elle avait en main un fauve près à les égorger d'un coup de patte.
C'est dans ces alcôves que l'on perçoit toutes les vibrations du racisme institutionnel. Chaque geste, chaque tic de langage, chaque regard dédaigneux vous persiffle que vous n'êtes pas du bon côté du manche.
Mon escorte me conduit vers ma prochaine destination. Je ne le sais pas encore : ce sera le CRA de Vincennes.

3 lettres qui désignent le Centre de Rétention Administrative.
Le centre est un euphémisme pour camp.
La rétention est à la détention ce que la peste est au choléra.
Et toujours cette administration kafkaïenne qui me colle aux basques.
Celui de Vincennes a une particularité.

Il est situé juste à côté de l'école de police de la Ville de Paris. La majorité de ceux qui sont chargés de la surveillance du CRA sont donc des futures recrues de la police. Le CRA leur sert de terrain de travaux pratiques pour apprendre leur métier. Quoi de mieux que des étrangers et des étrangères pour se faire la main. Le camp est divisé en 2 quartiers un pour les hommes, un pour les femmes et les enfants.

A partir de maintenant, je vais tenter de convoquer tous mes souvenirs pour vous raconter ce que j'y ai vu.
Témoigner est un devoir pour la mémoire de celle•ux qui n'ont pas eu la même chance.
Quand on arrive au CRA, on a l'impression de passer subrepticement dans un état en guerre.
Tout rappelle l'esthétique de la guerre :
- les uniformes ;
- les barbelés ;
- les ordres aboyés ;
- les mines déconfites ds les corps confinés. 

Lorsqu'on arrive on est reçu par un fonctionnaire de police. Vu mon statut particulier, je suis reçu par le directeur du CRA : une sorte de papy Brossard avec les moustaches idoines et le gâteau marbré en moins.
Pour les plus jeunes, voilà à quoi ressemble Papy Brossard.

Le Savane de Papy Brossard © Brossard France

L'officier de police m'explique rapidement le fonctionnement du camp dont il a la charge et que, vu mon "pedigree" je serai placé à l'isolement, c'est-à-dire dans le quartier arrivant. Je serai donc seul en cellule.

Le CRA ressemble à une prison sous presque tous ses atours.
L'organisation y est bien huilée.
L'étranger arrive, est fouillé
S'il a quelques effets personnels, ils sont consignés dans un algéco qui sert de vestiaire. Il reçoit une carte pour l'identifier. S'il a un téléphone sans appareil photo (ça existait à l'époque) il peut le garder.

Les journées sont ponctuées par des repas frugaux. Comme en prison pour se nourrir correctement, il faut cantiner, c'est-à-dire acheter des produits, le plus souvent vendus dans des distributeurs automatiques. Quelques cabines téléphoniques bondées de files d'attente permettent d'appeler ses proches, son avocat si on en a un. Il y a même des parloirs très courts. Les familles attendent des heures pour avoir la chance de vous parler un peu, vous serrer dans leurs bras, prendre des nouvelles. Mais rares sont ceux qui ont ce privilège.

Étant consigné au QA (quartier arrivant) je suis un observateur privilégié. Je vois défiler les arrivants de jour comme de nuit, arriver et repartir les punis et très rarement repartir les libérés. Vous imaginez bien qu'il est impossible de dormir dans ces conditions. On est sans cesse réveillé par les arrivées, les cris de détresse, témoin auditif des bastonnades. Je n'ai jamais autant ressenti de stress de toute ma vie.

Dans cette cour des miracles atrophiés réside 3 espèces : les bleus, les invisibles et les associatifs qui font de leur mieux pour sauver ceux qui peuvent encore l'être d'une expulsion certaine. Chaque jour, c'est le défilé devant le tableau pour connaître les prochains départs. Une liste des malheureux perdants au loto de la Place Beauvau par pays et par vol. Le cynisme poussé à son raffinement ultime.

Malgré l'adversité, la solidarité est là dans cette tour de Babylone confinée.
Les uns surveillent les tableaux pour prévenir les malchanceux, les autres prêtent leurs téléphones, leurs cartes téléphoniques, partagent leurs maigres subsides, donnent un vêtement, s'improvisent interprètes, écrivains publics, ont un geste d'empathie, un sourire contre la guigne. C'est là aussi où je n'ai jamais vu autant de générosité concentrée.

C'est là où couvent aussi les drames les plus traumatisants. Ceux qui n'ont plus rien à perdre se lacèrent la peau, ingurgitent des objets improbables pour racheter encore quelques heures avant leur fatidique dessein, se cousent la bouche.
Les associatifs font un travail formidable pour rédiger des référés, des mémoires, documenter des dossiers avec l'énergie du désespoir. Je suis repéré par l'un d'entre eux quand je dois refaire en urgence ma procédure auprès de la CEDH sabotée par le greffe pénitentiaire de la Santé. Je ne suis pas de trop pour servir d'interprète de fortune pour certains pauvres hères perdus dans le labyrinthe de l'administration. 

Je découvre des histoires insensées de personnes qui ont vécu des années en France, travaillé, construit des familles risqué leur vie pour échapper à un funeste sort dans leur pays de naissance sur le point d'y retourner, une main devant, une main derrière.

la belle bleue expulsez moi!!.wmv © gaiaseb

Je relativise ma situation devant la détresse de ceux séparés de leur femme et de leur(s) enfant(s) par une enceinte qui se rongent les ongles, enchaînent cigarette sur cigarette, tentent de parler à leur famille pour s'enquérir de leurs nouvelles dans une incertitude totale.

Tous les jours se jouent deux étranges ballets :
- Celui vers le consulat du pays sensé être le vôtre pour obtenir le laisser passer d'expulsion.
- Celui vers le tribunal administratif pour plaider votre cause pour rester en France.
Des groupes attendent les retours. 

Chacun y va de son analyse et de son exégèse pour interpréter une ouverture possible, affiner ses propres arguments pour convaincre les juges. Devant le Leviathan froid de l'Administration, il y a toutes ces délibérations de griots et de bardes qui contre mauvaise fortune, bon cœur tentent de reprendre le contrôle sur leur vie en suspens. Certains invoquent Dieu, d'autres vous demandent de le faire pour eux.
C'est aussi le règne de la rumeur. Chaque petite info est décortiquée comme par des parieurs endiablés avant une course hippique. 

Car au fond du mess, il y a cet écran immense branché 24h/24 sur BFM TV où défilent les nouvelles avec un son quasi imperceptible. Cet aquarium est le rare hublot vers l'extérieur, la rare occasion de poser son œil pour se rappeler qu'il y a un autre monde dehors et décharger un peu toute cette tension accumulée dans les condensateurs de son cerveau. Personne ne le regarde vraiment, c'est lui qui nous regarde insensible à notre sort. Par derrière lui, la vie de ceux qui ont des papiers continue. Ici on est des statistiques du 4 place Beauvau. 

Pendant cette période, la situation était particulièrement tendue. la CIMADE avait déposé plainte deux mois auparavant notamment pour des violences et l’usage de Taser sur des prisonniers du CRA. Un commissaire de police, un commandant et trois policiers de la BAC avaient été placés en garde à vue et relâchés en attendant une enquête de l'IGS. (Sources : Le Parisien, Libération)
Les relations avec les gardiens apprentis policiers sont loin d'être cordiales.
Couve alors déjà une ambiance de révolte qui se conclura par la mort tragique d'un quadragénaire et l'incendie du CRA pour protester contre cette mort.
De mon côté, ma requête arrive enfin à la CEDH et le 23 avril je peux enfin sortir du CRA de Vincennes pour être assigné à résidence. Mais ça, c'est une autre histoire.

L'incendie de Vincennes relance le débat sur la rétentionL'incendie qui a ravagé dimanche le centre de rétention d'étrangers de Vincennes (Val-de-Marne) a relancé le débat sur la lutte contre l'immigration irrégulière.https://www.lemonde.fr/societe/article/2008/06/23/l-incendie-de-vincennes-relance-le-debat-sur-la-retention_1061556_3224.html

Je tenais en ce jour particulier à rendre hommage à tous les enfants, toutes les femmes et tous les hommes qui sont passés par ces centres de rétention administrative et pour certain•es qui y sont encore et qui y seront encore demain.
Le confinement que nous vivons tou•tes devrait être l'occasion d'éprouver un peu d'empathie pour tou•tes ces oublié•es qui vivent actuellement des conditions terribles au même titre que les prisonnier•es.
Alors pour eux tou•tes ⬇️

Hommage à la marge (Soul G Remix) (feat. Soul G) © La Rumeur - Topic


La Rumeur feat. Soul G - Hommage à la marge - 2012

ᔤᕨᘘᖶᓲᕩᖇ ᗸᗅᖶᖶᗩᘙᖶ ᖽᐸᕬᙢᕦᒪ ᗬᕱᘎᘮᗪᓲ

@SentierBattant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart