KARFA SIRA DIALLO
Fondateur et Directeur de l'association internationale Mémoires & Partages
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2019

KARFA SIRA DIALLO
Fondateur et Directeur de l'association internationale Mémoires & Partages
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi le dircab d’Alain Juppé dit vouloir « l’oubli » de l’esclavage des noirs ?

Faire d’ « un descendant d’esclave », un « tueur des Chartrons » et déclarer préférer « l’oubli » de la traite des noirs, Ludovic Martinez, directeur de cabinet de la mairie de Bordeaux depuis 2007, s'attaque à la mémoire d’un crime contre l’humanité que la loi Taubira a sanctionné en 2001.

KARFA SIRA DIALLO
Fondateur et Directeur de l'association internationale Mémoires & Partages
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faire d’ « un descendant d’esclave », un « tueur des Chartrons » et déclarer préférer « l’oubli » de la traite des noirs, Ludovic Martinez, directeur de cabinet de la mairie de Bordeaux depuis 2007, s'attaque à la mémoire d’un crime contre l’humanité que la loi Taubira a sanctionné en 2001.

Le roman policier coécrit par le directeur de cabinet du maire de Bordeaux, et qui a pour trame la mémoire de la traite négrière à Bordeaux, est d’un goût plus que douteux quant au choix de sa thématique. Cependant, son avis politique sur ce même sujet, exprimé publiquement en interview dans le Journal Sud-Ouest, est lui encore plus scandaleux et éclaire sur le message à retenir du livre.

Il explique peut-être aussi une partie du long et persistant blocage de la ville par rapport au travail de mémoire sur cette question.

En choisissant pour le rôle du tueur un descendant d’esclave revanchard envers les familles d’armateurs négriers, Ludovic Martinez montre à quel point il considère le sujet uniquement comme un thème de roman policier, lui qui se targue « d’aimer ces histoires avec de vieilles haines qui ressurgissent » et qui peuvent « traverser les siècles ».

Pour lui cette mémoire de l’esclavage à Bordeaux est tout juste un débat qui aurait d’un côté les « partisans de la repentance » comme il le dit lui-même, alors que de son côté il est ouvertement « pour l’oubli » ( Article joint, Journal Sud-Ouest du 27 avril 2018).

Oui nous ne rêvons pas, le directeur de cabinet du premier port colonial français et deuxième port négrier, non seulement n’est pas capable de comprendre la nécessité d’un travail de mémoire sur l’esclavage mais ensuite demande l’oubli des 150 000 africains déportés par les armateurs bordelais et des centaines de milliers de captifs mis en esclavage par les bordelais pendant au moins deux siècles.

Mais, s’il est un partisan « de l’oubli », qui se permettra alors de choisir les histoires à retenir et celles qui relèvent de la « repentance » ?

Maurice Papon, Préfet de police à Bordeaux pendant la seconde guerre mondiale, on oublie ? Les rafles de Juifs au Fort du Hâ, on oublie ? La Collaboration du maire de Bordeaux de l’époque, on oublie ?

Quel incroyable manque de respect pour les millions de victimes ? Quel manque de bon sens pour l’éducation au vivre-ensemble des générations futures grâce au travail de mémoire, qui est ainsi dénigré publiquement !

Qui plus est son livre est particulièrement mal documenté sur le sujet de la traite négrière et sort les traditionnels poncifs et légendes urbaines qui datent de plusieurs dizaines d’années. On y trouve des approximations, des imprécisions, voire des contre-vérités, très éloignées des dernières recherches historiques.

Pendant plus d’un an, rongeant la colère déclenchée par ces propos et guettant une explication de ce propos, des messages lui sont adressés de vive voix, par mail et messenger, sans qu’en aucun cas il ne daigne s’expliquer sur ses propos.

Et, c’est par une vidéo de 30 mn (jointe), diffusée par la libraire Mollat qui a podcastée la conférence de présentation des deux co-auteurs, qu’arrive le coup de massue.

Ludovic Martinez est là, devant toute la majorité municipale, dont son « patron » Alain Juppé, dans un entre-soi ridicule et obscène, où abusant de flagornerie, pérorant pour vendre son livre dont on peut être sûr que tout le monde connaît le thème (même s'il ne le dit pas dans la conférence).

En venant assister à sa conférence pour vendre son histoire obscène déformée sur la traite négrière, tout juste bonne à être une haine ancestrale, cela donnait l'impression d’une sorte de confrérie de tacite complicité. On pouvait presque entendre les dialogues inconscients : "Sortez les petits fours, un des nôtres a sorti un livre pour dénigrer la mémoire de la traite négrière, on va lui faire plaisir en allant à sa conférence et on trinquera avec lui..."

Ludovic Martinez / Michel Gardère - Le tueur des Chartrons © librairie mollat

Ludovic Martinez  et son co-auteur, Michel Gardère, ont-ils pris la peine de lire l’ouvrage de référence sur ce sujet, à savoir Bordeaux port négrier d’Eric Saugéra ? On peut en douter de la part d’une personne pour qui le travail de mémoire n’est que « repentance », et que la mémoire est uniquement intéressante quand elle est rancune et haine, donc fondée sur la frustration. Beau message !

Le directeur de cabinet de la mairie de Bordeaux conclut, dans cette vidéo, par son admiration du concours de menterie de Moncrabeau, compétition dans laquelle s’affrontent des menteurs pour raconter, comme il le dit lui-même, des « histoires qui partent sur un brin de vérité et qui se terminent en mensonge ».

Était-il vraiment obligé de pratiquer la menterie sur un tel sujet, et pire encore, de combattre le travail de mémoire en prônant ouvertement l’oubli !

Karfa Sira DIALLO

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez