karl eychenne
Bocal à mouches
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2022

Hystériquement votre

L’hystérie n’est pas un pays. Alors pourquoi tant de gens y habitent ? On apprend que le nombre de ses ressortissants ne cesse de croître, faisant craindre une pénurie de bon sens.

karl eychenne
Bocal à mouches
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prenez deux fous qui se parlent, pas sûr qu’ils se comprennent. Curieusement, il se produit le même phénomène chez les sains d’esprits.

Rien ne va plus chez l’Homme qui pense. Il pense trop. « Penser c’est dire non », certes. Mais « penser trop c’est dire m.... ». L’Homme n’est pas fait pour penser autant. Penser à sortir la poubelle, faire le plein, appeler le plombier ou le dentiste, ne sais plus,  demander une augmentation, voter… Il mouline sans arrêt le bougre, une boucle informatique sans fin, et personne pour appuyer sur « Echap ».

A force de penser autant, il finit par penser en vrac. Il n’a pas de régulateur de pensées. Tout ce qui passe est bon à penser. Et quand on pense autant, fatalement on pense beaucoup d’âneries. On finit même par en dire certaines, convaincu que l’âne c’est l’autre. De la cucurbite, la pensée blette finit par jaillir en paroles, un déluge de phrases qui dit tout et surtout pas grand-chose.

Effet Casimir inversé

Parler le même langage ne suffit plus à se comprendre. Les fous parlent le langage des fous, mais on n’ira pas jusqu’à dire qu’ils produisent une discussion cohérente. Aujourd’hui c’est au tour des sains d’esprits de produire du vide : un genre d’effet Casimir inversé…

Effet Casimir : un jour un certain Casimir (physicien) s’est aperçu qu’en rapprochant deux plaques séparées par du vide, il finissait par se produire quelque chose : de l’énergie, à partir du vide donc. Et bien dans le cas de nos sains d’esprit en train de discuter, nous avons l’inverse en quelque sorte : du vide (discours oiseux) à partir de l’énergie (mots, phrases, langage).

Toute discussion entre les parties est désormais sans issue. Autant la récuser d’office, la forclore avant l’heure. Les arguments ne sont plus que des ornements au service du plus bavard, tous refusant de plier sous le faix des preuves. Quand un muet parle à un sourd, que voulez – vous qu’il en sorte ?

Et puis il y a cette chose étrange. Cette impossibilité technique d’être à ce point certain de ce que l’on avance, et pourtant en totale contradiction avec ce que l’autre raconte. Il existe un degré de désaccord où la puce à l’oreille devrait être obligatoire.

« On a éteint les Lumières ! » nous prévient celui qui dit que c’était mieux avant. Le même nous rappelle qu’il fut un temps où les mêmes mots sortant des mêmes bouches, instauraient les conditions favorables à l’émergence d’un dialogue. Le fatras d’opinions passait d’un tas au tout, selon la formule de Regis Debray. C’était donc le bon temps puisqu’aujourd’hui c’est le mauvais.

Aujourd’hui, c’est l’impasse ; l’impasse hystérique. On n’essaiera pas d’avoir une approche clinique de la chose. Ici, l’hystérie dont nous parlons est cette exagération généralisée sur tout et rien. Une exagération qui confine à la folie, et prend des formes diverses et variées : obsession, paranoïa, phobie, perversité. Quand on est pas d’accord aujourd’hui, on est tout ça aussi.

L’assemblée en hystérie

L’hystérie n’est plus sous camisole. Elle est en liberté inconditionnelle et sans bracelet électronique, elle peut donc se trouver ici ou là, chez lui chez moi. On dit même qu’elle pourrait bientôt siéger à l’assemblée, prenant la forme d’une éclisse chargée de rapprocher et de maintenir les différents partis ensembles.

On notera que deux hystériques parlementaires qui se parlent, n’avancent pas beaucoup, puisqu’il n’ont rien à se dire. D’où l’idée de blocage, qui nous est vendue comme seul horizon possible des lois proposées.

« Une assemblée pour décider doit avoir un nombre impair, mais 3 c’est déjà trop », Ferdinand Foch

On peut s’en plaindre et s’en réjouir. La démocratie est à ce prix. Pour pouvoir se mettre d’accord, il faut prendre le risque de ne pas l’être.

Parmi les arguments des bloqueurs, celui de la lutte contre l’inflation…

Puisqu’il s’agit un peu partout de lutter contre l’inflation galopante, celle des prix, ici le blocage aurait pour premier effet de lutter contre une autre inflation, celle des lois. En effet, la légiférite, cette manie de légiférer sur tout et rien, est souvent l’expression de qualités bien éloignées du but recherché.

« La multiplicité des lois flatte dans les législateurs deux penchants naturels, le besoin d'agir et le plaisir de se croire nécessaires », Benjamin constant

Et si l’hystérique avait quelque chose à nous dire ?

« Si vous arrivez à comprendre un fou, posez – vous des questions ». Ce conseil d’un ami qui vous veut du bien semble plein de bon sens, mais il ne l’est pas. L’hystérie n’est pas rédhibitoire, la connerie si.

Clément Rosset, le philosophe du réel en double, nous propose une piste. Il faut essayer de comprendre le langage des fous. « Il y a un parler hystérique ou paranoïaque en marge du parler courant, de même qu’en marge du français usuel, il y a un parler basque ou breton »

Peut être l’autre a-t-il réellement quelque chose à nous dire ? Peut être ses glossolalies cachent – elles un message intelligible ? Quand on a rien à dire, souvent on le dit, certes. Mais quand on a quelque chose à dire, parfois on le dit aussi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou