Kaze Tachinu
«Le vent se lève!...Il faut tenter de vivre » Le Cimetière marin ( Paul Valéry ), 風立ちぬ, Kaze Tachinu, Château Kînz, Chateau Zînk, Zink Tchâ Eau, mf ...
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2014

Gros-Câlin, Un homme avec le monde dedans

Kaze Tachinu
«Le vent se lève!...Il faut tenter de vivre » Le Cimetière marin ( Paul Valéry ), 風立ちぬ, Kaze Tachinu, Château Kînz, Chateau Zînk, Zink Tchâ Eau, mf ...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                 Un homme avec le monde dedans

"La métamorphose est la plus belle chose qui  me soit jamais arrivée"

dit le narrateur, porteur ébloui de notre littérature (Kafka) mais dès le

début du roman, déjà, il écrivait:

 "Je vais entrer ici dans le vif du sujet, sans autre forme de procès.

L'Assistant, au Jardin d'Acclimatation, qui s'intéresse aux pythons,

m'avait dit :

- Je vous encourage fermement à continuer, Cousin. Mettez tout

cela par écrit, sans rien cacher, car rien n'est plus émouvant que

l'expérience vécue et l'observation directe.

Évitez surtout toute littérature, car le sujet en vaut la peine."

Ce sera donc un roman sans littérature, sans apprêts ?

Une fantaisie, sorte de conte philosophique oral (sinon moral)

comme le théâtre à travers cette mise en scène de B. Bonvoisin,

 nous le propose ici.

Quand il nous apparaît devant ces cubes lumineux miroitants,

jaunes et noir-mica, dans sa robe de bure, nus-pieds, un condamné,

voyez les barreaux du décor, mais condamné à quoi ? A vivre ? 

Avec son corps pesant et léger comme un ballon d'hélium, prêt à

s'élever, solaire narrateur, habité par l'auteur car on reconnaît

comme en voie continue de métamorphose Romain Gary/Emile Ajar

sous les expressions du magnifique acteur Jean-Quentin Châtelain,

corps prêt à s'envoler, voix, accent, rythme impulsé aux mots comme 

la vague, - ressac-, qui revient d'au delà des mers d'où il a ramené son

précieux animal de compagnie incongru mais bien-aimé, dans ce

quartier parisien figuré en ville debout: un parallélipipède comme un

bâtiment éclairé de scintillements jaunes; ou bien on est à l'intérieur

et c'est une boîte couchée, couche ou cercueil (photo) où il va se lover

avec ce python invisible et qui pourtant ceint son corps ou plutôt sa

langue-âme de tous ses anneaux en reptation.

Il l'aime à en mourir ou à en muer, Cousin, c'est son nom et c'est sa

 parenté sa " mutualité", ce serpent géant (plus de deux mètres

déroulé !) qui nous demeurera invisible quoique ultra-présent.

 Cet ami immigré d'Afrique, ce possible cousin de Mademoiselle

Dreyfus elle-même venue de Guyane où du capitaine Dreyfus

condamné et "déporté, l' innocence a rejailli sur tout le monde" et

où les gens ont adopté ce nom tabou, ce nom sacré (un tour de

force de Gary que ce retournement de l'histoire !)

 Ce cousin aimant, vous attendez les bonnes soeurs ce sont

les bonnes putes qui rappliquent dans le roman. (On est loin

des délits de racolage passif, loin de la loi anti-client qui se

concocte à l'Assemblée), on est avec Cousin le manipulé de

ces dames, l'aimé des serpents et des femmes de peu de vertu et

d'un peu d'argent, l'immigré en Île-de-France, l'insulaire, l'isolé.

Gros-Câlin aborde tous les thèmes qui sont nos contemporains;

par lui transitent tous les gens, tous les corps de métier, flics,

curés, employés de bureau, vétérinaires ou médecins ... etc. 

Les mots d'esprit, le texte en est bourré (parfois comme dans une

fantaisie de B.Vian), les mots graves au bord du suicide: il se pendrait

pour sentir qu'on lui serre le cou dans une étreinte, pour sentir

quelqu'un pendu à son cou et saurait nous tirer des larmes.

Par lui se jouent la comédie et la tragédie, et il est notre devenir-animal

ce Cousin devenu en fin de compte (ou de conte) Gros-Câlin.

Il est pour reprendre en la retournant comme une peau cette phrase

du texte: "un homme avec personne dedans",

 Un homme avec le monde dedans.

 Et lorsque le spectacle finit que sa voix s'arrête, que son corps 

vibrant comme un diapason s'immobilise (ou presque), on

applaudit de joie et on remercie l'acteur Jean-Quentin Châtelain

et la fée Bérangère Bonvoisin qui le mit en scène au

Théâtre de l'Oeuvre.

J'ai ouï dire jusqu'au 19 janvier ...( moi, je l'ai vu le 15 décembre.)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Écologie
« Les Antilles font partie des zones les plus menacées par la submersion marine »
Virginie Duvat, coautrice des 5e et 6e rapports du Giec, détaille les impacts prévus du dérèglement climatique aux Antilles et plus largement sur les petites îles. Elle plaide pour une « révolution » dans les « politiques publiques ».
par Amandine Ascensio (Guyaweb)

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart