Kaze Tachinu
«Le vent se lève!...Il faut tenter de vivre » Le Cimetière marin ( Paul Valéry ), 風立ちぬ, Kaze Tachinu, Château Kînz, Chateau Zînk, Zink Tchâ Eau, mf ...
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2013

Les Emmurés

Kaze Tachinu
«Le vent se lève!...Il faut tenter de vivre » Le Cimetière marin ( Paul Valéry ), 風立ちぬ, Kaze Tachinu, Château Kînz, Chateau Zînk, Zink Tchâ Eau, mf ...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

                           The Time that remains

 Les Emmurés

Revu hier soir sur la 3 Le Temps qu'il reste, film de Elia Suleiman ( co-production franco-israëlo-palestinienne ) en quatre tableaux qui conte la vie d'une famille palestinienne à Nazareth de 1948 à nos jours. Elia Suleiman dépeint cette vie qui fut ( qui est ) celle de sa famille, sous occupation; on est dans le burlesque et le tragique, surtout une tragique immobilité, des plans, des visages, des vies empêchées, dans l'attente indéfiniment; même la mort du père, minimale comme fut, contrainte et forcée sa vie; pourtant le champ des agenouillés aux yeux bandés, de ce père résistant, sur le Golgotha nous point dès le début du film.

 Pourquoi les emmurés ? Parce que hors quelques plans de ciel bleu au-dessus des toits, ou éclairés de feux ( d'artifice ) les gens sont contraints par les cadres, ou comme Elia adulte tiré hors du cadre, burlesquement comme un pantin.

Le moindre plan enferme: embrasure de porte, même sur le balcon, on a vue sur les murs des maisons, et dehors, à la croisée des rares rues, montant ou descendant toujours vers des murs, et si un personnage passe en sifflant du Ennio Morricone, ça résonne comme s'il était seul; et puis le mur immense, dit de sécurité,  qu'avec sa perche Elia franchira, le temps métaphorique d'un plan.

© 

Après le film, Taddéi qui avait convié Suleiman à le voir avec lui, l'interviewe; où sont ses énormes yeux de Buster Keaton, rêveurs, posés ? D'épaisses montures  de lunettes foncées nous les cachent, ses cheveux sont devenus blancs, contrairement à son père ( qui ne changera pas, même jeune acteur du début à la fin, seuls les cheveux se sont grisés ),  lui, a vieilli; il est subtil, réfléchissant, désabusé mais toujours vigilant, toujours combattant, témoin du temps qui a passé, du temps qu'il reste.

Qui reste ?

Il dit que filmer davantage la violence serait obscène.

Il dit d'Israël, fascisme de démocratie policée; il dit que tourner ce film fut simple, aisèment autorisé;  il dit qu'il refusa de mettre au générique des remerciements à l'armée qui les demandait pour des plans de chars, donc il n'y aurait pas de char.

Alors que son autre film Intervention divine fut bien plus compliqué à tourner parce que bien plus contesté.

A la fin de l'interview, il évoque les Oscar, se moquant un peu des prix, lui qui fut en sélection officielle à Cannes en 2009 dont le film aurait dû être tout en haut du Palmarès, ce tableau ( comme un mur ) d'honneur et qui ne fut même pas inscrit au bas.

Nul prix pour ce film magnifique, résistant, obstiné, vivant; le temps qu'il reste est dédié à ses parents.

© 

 synopsis de wiki

-La première partie se déroule pendant la guerre de Palestine de 1948. Le grand-père d'Elia Suleiman, maire de Nazareth, signe la capitulation de la ville, dont les termes très durs sont imposés par la Haganah. Le père d'Elia Suleiman (Fouad) est un combattant résistant, donné par un de ses compatriotes et laissé pour mort par les troupes israéliennes.

-La seconde partie, située en 1970 (la télévision passe des images de la mort de Gamal Abdel Nasser), met en scène l'auteur enfant dans son voisinage et dans sa famille, dont son père à la santé précaire.

-La troisième partie, située en 1980, met en scène l'auteur adolescent, toujours dans son voisinage et dans sa famille, dont sa tante qui perd la mémoire et son père à la veille de sa mort.

-Dans la dernière partie, contemporaine, le cinéaste (qui y joue son propre rôle) veille sa mère vivant ses derniers jours.

Tout au long, la présence israélienne est lourdement présente, sous forme de patrouilles militaires, d'unités d'intervention contre des manifestants, ou tout simplement dans les chansons que les écoles arabes font apprendre à leurs élèves, jusqu'à l'une des scènes finales qui montre le cinéaste sautant le mur de sécurité érigé par Israël en territoire palestinien.

Les trois dernières périodes du film sont essentiellement autobiographiques, et la première a été bâtie d'après les carnets du père du cinéaste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre