OUTRE NOIR

Au seul souci de voyager OUTRE une Inde splendide et trouble - Ce salut soit le messager Du TEMPS, cap que ta poupe double ...

chase-james-hadley-pas-d-orchidees-pour-miss-blandish-livre-657294402-l

la-chair-de-l-orchidee-the-flesh-of-the-orchid-collection-serie-noire-n-10-de-chase-hadley-james-livre-876350715-l

 

Au seul souci de VOYAGER ...

Au seul souci de voyager
Outre une Inde splendide et trouble
- Ce salut soit le messager
Du TEMPS, cap que ta poupe double

Comme sur quelque vergue bas
Plongeante avec la caravelle
Ecumait toujours en ébats
Un oiseau d'annonce nouvelle
Qui criait monotonement
Sans que la barre ne varie
Un inutile gisement
NUIT, désespoir et pierrerie

Par son chant reflété jusqu'au
Sourire du pâle Vasco.

Mallarmé

 

  

le-chien-de-b

 



 

Soulages Outrenoir 84 Soulages Outrenoir 84

  

 

 

 

le-bouchon-de-cristal

 

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour NOIR plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

 Baudelaire

le-meurtre-de-ra



 

 

 

 

 

pl

 

  

    Pierre Lemaître ITW Fr Culture

  

front-criminel

 

 

 

 

 

 

   


   

 

    L'idée de ce billet m'est venue de la découverte de Pierre Lemaître à travers le film adapté de son roman « Au-revoir Là-haut » ; j'ai alors lu le livre, puis j'ai remonté l'un après l'autre, sans m'arrêter, tous ses romans noirs, policiers pour la plupart, renouant ainsi avec une ancienne passion pour le roman policier...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.