« Ghost in translation »

APPARITION La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs Vaporeuses, tiraient de mourantes violes De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles. C’était le jour béni de ton premier baiser Ma songerie aimant à me martyriser S’énivrait savamment du parfum de tristesse ... ( S. Mallarmé, Vers et Prose, 1893 ) *

b8648a08-0a60-470f-bf25-b935476226dd-1-201-a

b8648a08-0a60-470f-bf25-b935476226dd-1-201-a

julien-douvier-branchages

 

 

 

/

 

ghost-2-gif
Ophelia John Everett Millais Ophelia John Everett Millais

e9fd9e8b-01d8-4a6b-a05a-6e106f70c4a0

 










                                                                                                     *
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées.

 

e9fd9e8b-01d8-4a6b-a05a-6e106f70c4a0

 

Œuvres en mouvement - Hamlet, Le fantôme sur la terrasse © Musée du Louvre

 

 

ghost-movie

 

 

 

 

 

 

 

gif-house-by-the-river-dir-fritz-lang-1950

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.