kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2017

Victim blaming : la faute à pas de sens

Vous avez aimé le « Je suis pas raciste, mais… » ? Vous allez adorer le « En même temps, elle l’a bien cherché… » !

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toutes les fautes ne se valent pas, hormis celles qui s’expliquent – ne serait-ce que partiellement. C’est en tout cas le raisonnement des « blâmeurs de victimes » dont l’idéologie (insistons sur ce terme, il ne s’agit pas d’un simple concept) se répand comme une traînée de poudre.

Cette idée de victime fautive est directement issue des dérives du système judiciaire : au nom de l’« égalité des armes » (principe du contradictoire dans le cadre d’un procès équitable), tous les systèmes de défense seraient légitimes – y compris celui de remettre en cause la victime, voire de renverser la charge de la preuve. Mon client a violé, mais après tout, la tenue de madame n’était pas de nature à éviter la survenue de l’incident. En entretenant une confusion sémantique entre culpabilité et responsabilité, on transfère la faute (établie) de l’auteur d’un acte vers le comportement intrinsèque de sa cible, tout en surestimant une (hypothétique) causalité. Relevons, au passage, le biais d’internalité (ou « erreur » fondamentale d’attribution) : la personne lésée porterait toujours les germes de son propre tort. En effet, il serait bien dommage de s’embarrasser ici de l’ensemble des circonstances !
Nommé pour la première fois par W. Ryan en 1971(1), le victim blaming avait d’abord vocation à légitimer racisme et misogynie. Aujourd’hui généralisé, on s’en accoutume, de l’annonce dans les transports en commun nous demandant de « veiller à nos affaires personnelles » (comprenez : « ne tentez pas les pickpockets ») au repas de famille où l’on s'attristera à moitié du cancer d'untel « qui clopait comme un pompier, il faut dire », au point de l'intégrer à nos propres agissements (pourquoi diable cette personne que je bouscule était-elle au travers de ma route ?).
Mais quel mécanisme psychologique parvient-il tant à fédérer autour d’injustices flagrantes ? Comble de l’ironie : la croyance en un monde juste. Ce second biais cognitif cherche à restituer de la cohérence dans une situation qui nous paraît illogique et sur laquelle nous n’avons plus aucune prise. Le bien et le mal étant forcément mérités, il nous reviendra d’apporter les correctifs nécessaires afin de rétablir l’équation de la justice... quitte à ce que ces correctifs soient eux-mêmes injustes. Alors, heureux ?
Pas du point de vue de la victime, moins abstraite et moins dupe. Le sentiment de double peine pour un crime qui n’est pas le sien ravagera le peu de confiance en soi restante. Mutisme, isolement, refoulement et pensées suicidaires seront autant de réactions probables exacerbant sa souffrance initiale et qui auraient pu être évitées avec l'écoute et le soutien de son entourage.
Je me surprends à citer, monsieur Valls, cette même assertion que je fustigeais encore l’an dernier : « Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser »(2). Je m’explique : de mon côté, je dénonce le parti-pris fascisant du victim blaming qui consiste à « civiliser » l’acte même de l’oppression ; du vôtre, vous amalgamiez celui-ci avec la démarche scientifique des sociologues qui s’évertuent précisément à échapper aux raccourcis dont vous faisiez preuve à l’égard du djihadisme. Mais bénéfice du doute oblige, je suis certain que vous ne manquerez pas de « clarifier » votre « cohérence » au cours de votre députation en dénonçant, par exemple, vos nouveaux camarades qui tentent d’expliquer les revenus indécents de madame Pénicaud au beau milieu d'un plan de licenciements dans sa propre maison(3) pendant que d’autres sermonneront les petits explicateurs du chômage et de la misère au sein de la sixième puissance mondiale, ces derniers ne comprenant pas le « pragmatisme » macronien qui n’y voit là, à l’évidence, qu’un problème d’offres d’emploi abusivement refusées(4). On n’arrête pas le « progressisme » !
Le victim blaming a ceci d'insidieux qu’il se permet de faire douter de l’indubitable. Non ! N’est pas miséreux qui l’a voulu. N’est pas agressé qui l’a mérité. Corrélation n’est pas causalité. Hypothèse n’est pas preuve. Victime n’est pas coupable.

________________________________________________________

(1) Ryan W., Blaming the Victim, 1971.

(2) Aeschimann É., « Manuel Valls contre les intellectuels », site Internet de L'Obs, 23 janvier 2016 [en ligne], http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160122.OBS3236/manuel-valls-contre-les-intellectuels.html [consultée le 12 août 2017].

(3) Delarche M., « La non-affaire Pénicaud ou l'amoralisme des dominants », Mediapart, 31 juillet 2017 [en ligne], https://blogs.mediapart.fr/michel-delarche/blog/310717/la-non-affaire-penicaud-ou-lamoralisme-des-dominants [consultée le 12 août 2017].

(4) Thuillier T., « Emmanuel Macron veut-il "fliquer" les chômeurs ? », site Internet de l'Express, 25 février 2017 [en ligne], http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/formation/emmanuel-macron-veut-il-fliquer-les-chomeurs_1882617.html [consultée le 12 août 2017].

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot