Kevin Vacher
Sociologue, militant associatif, en ce moment candidat à l'élection législative (centre-ville de Marseille) pour le rassemblement citoyen "Nos vies, nos voix" : aveckevin.fr
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2022

Il faut démanteler l'extrême droite

Ce ne sont ni les éditocrates, ni les appels d'appareils politiques co-responsables de la défaite qui vont me convaincre d'aller voter le 24 avril. Je ne les écoute plus. Plus grand monde ne le fait d'ailleurs.

Kevin Vacher
Sociologue, militant associatif, en ce moment candidat à l'élection législative (centre-ville de Marseille) pour le rassemblement citoyen "Nos vies, nos voix" : aveckevin.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le niçois Philippe Vardon est un ancien du GUD, organisation dissoute après la tentative d'assassinat de J. Chirac, puis dirigeant des Identitaires, dissouts également. Il est aujourd’hui l'un des cadres nationaux du RN

J'ai grandi à Nice, dans l'un des quartiers qui était le bastion historique des identitaires. L'extrême droite, je connais ça bien : c'est jeter de l'essence sur les sdf, organiser des "ratonnades", menacer les militant·es voire pire (et j'en sais quelque chose). Lutter contre elle était l'un de mes premiers combats d'adolescence.

Le Pen au pouvoir c'est se retirer des accords climatiques déjà suffisamment malmenés, c'est la dissolution progressive des syndicats, c'est Zemmour au gouvernement, le référendum sur la peine de mort, c'est l'autorisation de tirer à vue pour la police. À très court terme, c'est la fin des maigres mesures de lutte contre les discriminations de genre. Si son programme économique est ultra-libéral comme celui d'E. Macron, ce qui distingue le RN est fondamentalement sa velléité de répondre aux revendications les plus autoritaires des syndicats de police d'extrême-droite en mettant au pas la justice, de faire un usage systématique, massif et sans entrave des outils de surveillance mis en place par les précédents gouvernements, le développement d'une panoplie empêchant tout simplement toute stratégie individuelle ou collective de défense des droits humains. Ce qui les distingue, ce n'est donc pas tant la politique libérale et raciste (souvenons-nous de Darmanin rétorquant à Le Pen qu'elle était trop molle sur l'immigration), mais les moyens pour le faire, le changement de régime, l'anéantissement des contestations et de la justice. 

Donc, dimanche 24 avril, si je vais voter pour l'autre ordure, ce n'est pas par conviction ni par "responsabilité". C'est parce que j'ai peur d'une balle dans le dos le 25 avril. C'est pour nous autoriser un sursis, une maladie que je sais mortelle, un cancer mais dont on peut guérir par la force du collectif. C'est toujours ça de pris par rapport à la mort subite. 

Si vous n'en êtes pas convaincu.es, je sais que vous avez plein d'autres bonnes raisons que je partage, et qu'on en a marre de réparer ce que d'autres ont abimé, ceux là même qui nous ont enterré.es. 

Ce qui m'importe vraiment, c'est qu'on se détourne de tous ceux et celles qui se réveillent tous les cinq ans pour nous apprendre la politique et nos responsabilités. Dans tous les cas, c'est nous la solution, pas Macron. Ce n'est pas lui, ni les politiciens qui vont faire reculer l'extrême droite qu'ils ont alimentée de discours et de politiques racistes et violentes. Donc, il nous faut une stratégie commune, quel que soit notre vote ou non-vote, pour démanteler l'extrême droite :

1. aller convaincre qu'aucune voix n'aille à Le Pen, dans l'immédiat, et rappeler notre solidarité antiraciste et antifasciste en participant aux manifestations de ce samedi appelées par la marche des solidarités, les organisations syndicales, de défense des droits humains etc. 

2. lancer une contre offensive face au système médiatique de Bolloré, en commençant par signer l'appel Stop Bolloré. En tant qu'instrument d'hégémonie, ce groupe médiatique représente à la fois un danger immédiat mais également une continuité de ce qu'on a appelé fût un temps la Lepénisation des esprits, relayée par une partie de la gauche avec laquelle avec laquelle plus aucune compromission n'est possible tant elle participe à dessiner les cibles qui s'installent sur certain.es de nous. 
 
3. dégager Darmanin, représentant déjà actuel de l'extrême droite et de la culture du viol au gouvernement, qui installe chaque jour un peu plus les conditions du fascisme. On peut par exemple soutenir Nous Toutes, le Comité Adama et autres comités Vérité & Justice, l'observatoire des libertés associatives, les associations de lutte contre la surveillance globale et toutes les associations menacées ou déjà victimes de dissolution, sans condition et au titre des droits démocratiques. 

Enfin, il faudra reconstruire le futur autour de réponses à nos besoins vitaux. Le démantèlement des bases du fascisme fait partie de ces questions vitales. L'union populaire, et le programme l'avenir en commun, est la base la plus solide cela. Ce rassemblement citoyen et populaire se construira jusqu'au bout en regroupant les courants politiques, mouvements sociaux, et en particulier les collectifs citoyens qui n'avons jamais attendu les appels des chefs, qui faisons vivre la démocratie réelle dès maintenant et depuis bien avant hier soir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale