Kevin Vacher
Sociologue, politiste, militant associatif, un œil sur Naples, un autre sur Marseille, un dernier ailleurs.
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

Pourquoi manifester contre Zemmour – une petite FAQ à compléter

Longtemps, manifester contre la venue des fascistes électoraux dans nos villes a été une tradition des mouvements sociaux. Au fil du temps, de la « dédiabolisation », des scores du FN/RN et de l’épuisement, ce réflexe semblait se perdre un peu. L’arrivée du monstre Zemmour sur la scène électorale semble réveiller nos ardeurs, et les mêmes débats qu’avant.

Kevin Vacher
Sociologue, politiste, militant associatif, un œil sur Naples, un autre sur Marseille, un dernier ailleurs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis réveillé ce matin en me demandant si nous serions nombreux et nombreuses ce soir à la manifestation contre la venue de Zemmour à Marseille, ainsi que l’image puissante du cortège Genevois mêlée aux tweets annonçant que nous « ferions son jeu » en manifestant. Plein de réponses peuvent être apportées, pour vous convaincre ou vous aider à convaincre. Voici une petite foire aux questions qui n’en sont souvent pas, que je complèterai au fil de vos commentaires bienvenus.

« Vous le mettez au centre du jeu »

Alors, ça c’est l’argument-choc : nous, militant·es contre l’extrême-droite, ferions sa campagne en s’y opposant. Souvent, c’est un argument de mauvaise foi, mais parfois c’est aussi une interrogation légitime. Sur ce sujet, pour une fois, un sondage IFOP du 15 novembre nous apporte une donnée intéressante : « Eric Zemmour apparait aux yeux des Français nettement plus inquiétant que [Marine Le Pen] : 49% pensent qu’Eric Zemmour est inquiétant contre 16% qui associent davantage ce trait d’image à Marine Le Pen. ». 

Voilà une bonne et une mauvaise nouvelle donc : la Le Pen semble donc bel et bien « dédiabolisée » tandis que "le Z" (on parle de Voldemort ou quoi ? appelons le Zemmour plutôt) continue d’inquiéter. S’il n’a pas eu le temps de mener à bien son travail d’image, c’est également un effet des attaques frontales qui lui sont opposées, manifestations comprises. S’opposer clairement à ces gens sert donc à continuer à les marquer au fer rouge comme des personnages conflictuels, qui n’apporteront aucune sérénité au pays. Et cela nous dit qu’il serait peut-être également temps de reprendre le travail un peu plus fortement face au RN.

« Ok, mais vous lui donnez encore une fois du temps de parole »

Alors, vraiment, à ce sujet, je crois que les médias et le groupe Bolloré s’en chargent bien tous seuls. Entre les émissions de Cnews, Europe 1, de Pascal Praud ou la nouvelle émission d’Hanouna, le garçon n’a pas trop de soucis à se faire. Par contre, est-ce que vous entendez souvent des voix alternatives et claires, opposées à son sexisme, son racisme, son libéralisme dans les médias ? Assez peu en vrai, surtout depuis que certains candidats de « gauche » commencent à reprendre ses idées. Manifester, comme toujours, c’est donc aussi un moyen de se créer de l’espace et du temps de parole pour s’opposer à lui et à ses idées.

« Vous manifestez par plaisir et vos actions sont dangereuses »

Alors, non, vraiment, j’avais autre chose à faire de mon vendredi soir moi. Ce qu’il faut comprendre ici c’est que personne, parmi les initiateurs, initiatrices ou participant·es à ces manifestations, n’a le goût de la violence. Pour l’avoir expérimenté moi-même pendant mon adolescence, les coups des fascistes font…mal, tout simplement. Je fréquente beaucoup des gens qui s’organisent actuellement contre Zemmour et Le Pen et clairement, ils et elles sont parmi les personnes les plus structuré·es pour préserver le calme de nos cortèges. Bien évidemment, c’est sans compter le camp d’en face et la police, mais ça, nous ne pouvons que tenter de s’en préserver. Enfin, comprenez que manifester a une fonction expiatrice et salvatrice. Quand on est une femme, une personne racisée, LGBTQI+, que l’on sait que l’arrivée au pouvoir de ces gens risquerait de coûter nos vies à court et moyen terme, que l’on a que très peu accès à la parole publique, manifester est souvent l’un des seuls moyens que l’on ait pour s’exprimer collectivement. Puis, autour de nous, voir que nous sommes des milliers à nous réaffirmer solidaires les un·es des autres, c’est aussi une façon de nous adresser un message dans la continuité de celui des marches #MeToo ou Adama : « nous ne sommes plus seul·es ». C’est ce qu’a produit le mouvement des sardines en Italie face à Salvini : une force rassembleuse, rassurante pour les premier·es concerné·es. En affirmant notre force, ce sont donc nos idées et nos vies que nous pourrions mettre au centre du débat politique et médiatique, si nous sommes assez nombreux et nombreuses.

« Vous donnez de la visibilité à ses idées, la droite va s’en servir »

Ah, donc venons-en aux idées en elles-mêmes. Je pense que c’est là l’une des questions les plus simples à dénouer. Il n’y a qu’à voir la politique de Macron ou la campagne interne à LR : les cinq candidat·es en lice rivalise d’immondices pour convaincre leurs militant·es et valident jour après jour les thèses de l’extrême-droite (immigration, droit du sol, visa…). Ciotti lui-même dit « partager une partie du constat » de Zemmour et le préférer à Macron. Cette « digue » qui semble définitivement avoir sauté, il faut donc la reconstruire, coûte que coûte. Je ne dis pas qu’il faille aller convaincre Ciotti (si quelqu’un·e tente, je veux bien assister à ça pour rigoler jaune cela dit) mais qu’il faut rendre trop coûteux le fait de se positionner proche de lui. Il faut que tout cela paraisse tout aussi inquiétant que Zemmour lui-même auprès de l’électorat de la droite conservatrice, Gaulliste, catholique, tous ces gens tranquilles qui ne veulent pas que ce soit trop le zbeul et préfèreraient aller peinard·es à la messe en latin plutôt que de voir Zemmour dans un gouvernement LR ou inversement. C'est donc peut-être paradoxal, mais quand nous manifestons contre leurs idées, c'est aussi les électeurs et électrices de droite que nous visons, pour les empêcher de passer du côté vraiment très obscur. Cela ne suffit pas à changer la société, c'est vrai, ni à empêcher que des gouvernements Macronien ou LR appliquent des politiques autoritaires et liberticides, mais c'est une première étape à franchir.

« De toutes façons, sans alternative, les anciens communistes continueront à passer d’un extrême à l’autre »

Alors, oui et non. L’exemple de la prise du 7ème secteur de Marseille par le FN de Stéphane Ravier l’avait illustré : les bons scores relatifs du FN ne sont pas tant liés à une « conversion » des anciens communistes qu’à une double dynamique : d’une part l’abstention massive des classes populaires et leur désertion de la gauche (ou plutôt, la désertion de la gauche des classes populaires), d’autre part la « porosité qui subsiste entre l’électorat du FN et celui de l’UMP ». Un constat que le politiste Joël Gombin interrogeait en 2014 avec deux questions « avons-nous affaire à une radicalisation d’une partie de l’électorat de l’UMP ? Faut-il y voir une forme de rattrapage liée au vote d’une partie de l’électorat FN dont avait profité Nicolas Sarkozy en 2012 ? »

Dis autrement :  « "plus le vote de droite est élevé, plus le vote FN est bas". Cela signifie que le FN est dans une "concurrence électorale" avec la droite, lui prenant "une partie de son électorat, même s'il est aussi en capacité de mobiliser un électorat que l'UMP ne mobiliserait pas" ». En effet, il y a toujours eu des classes populaires (et pas seulement) de droite, et c’est avant tout ces électeurs et électrices qui « basculent » à l’extrême-droite. C’est l’une des raisons qui ont permis à Marion Maréchal Le Pen ou à Éric Zemmour de théoriser leur « union des droites » : il s’agit pour eux de franchir un cap en allant cherchant directement ces votes, et les segments de la droite partisane qui lui correspondent.

Cette explication est l’une parmi d’autres qui éclairent le vote d’extrême-droite, et qui semble surtout constituer, valider, le socle stratégique de Zemmour. Cela n’épuise évidemment pas que certain·es électeurs et électrices de gauche commencent à être convaincu·es par leurs thèses, ne le nions pas. Mais justement, c’est en construisant un front large d’idées qui leurs sont clairement opposées que l’on réussira à remobiliser et convaincre cet électorat. L’exemple du Front Populaire en 1936 doit nous inspirer : c’est lorsque les ligues fascistes ont commencé à prendre de la force et descendre dans la rue que les ouvrier·es ont réclamé l’unité des forces progressistes, permettant à une coalition unique de voir le jour et de réaffirmer avec force ses idées. Alors, descendons dans la rue et faisons pression sur la gauche, ou ce qu’il en reste, pour qu’elle se réaffirme.

* Si vous avez d'autres arguments pour convaincre de manifester contre Zemmour et Le Pen, n'hésitez pas à les mettre en commentaires :)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier