"Nos très chers Émirs" de Chesnot et Malbrunot

"Le fait que nous cherchions à tout prix à obtenir des contrats n'est pas perçu comme très respectable: cela se sait dans la région, et la France y es considérée comme un pays faible, vous n'imaginez pas à quel point les pays du Golfe en jouent et d'une manière très humiliante" Fatiha Dazi-Héni, chercheuse spécialiste du Golfe.

pc280006

Ce qui est admirable dans les écrits de Chesnot et Malbrunot est leur objectivité irréprochable. Leurs écrits n'ont pas pour but d'attaquer quiconque mais de mettre l'accent sur les détails de la vérité en documentant leurs livres par les témoignages et les références.

Leur dernier livre, celui-là, est un "Must Read" pour ceux qui souhaitent comprendre les relations ambiguës que notre état français maintient avec certaines monarchies du Golfe et le pétrodollar; les contrats, les concessions, les bénéfices...tout comme la réalité de ces "pays", leurs sociétés, et comment, d'une façon ou d'une autre, ils propagent des idées destructrices d'un pseudo-islam Takfiri et rigoriste, et de quelle façon nous leur donnons les moyens d'agir sur nos sociétés, tout comme nous les aidons, pour quelques promesses de contrats, à tuer des milliers de civiles au Yémen et à soutenir les bases d'Al Qaïda en Syrie et en Libye. 

"Les pratiques indignes et quasi mafieuses de certains responsables français avec les Qatariens sont parfois stupéfiantes."

Vous ne serez probablement pas étonné que Rachida Dati fait ses déclarations pour ou contre le Qatar en fonction des réponses de l'émirat à ses demandes de financement " elle ne demandait pas moins que 400000 euros pour son association", ni des caprices de De Villepin qui peut annuler un voyage si le billet d'avion n'est que "Business" et non pas "First class". Alors que notre cher Jacques Lang, à la tête de l'institut du monde arabe, réclame aux Émirats 3 places en business pour sa femme et son ami lorsqu'il est invité à Abu Dhabi et "si jamais on refuse, court le risque qu'il critique publiquement les émirats" 

Vous apprenez qu'à Noël, l'ancien ambassador du Qatar offrait aux nombreux politiciens des montres Rolex ou des bons d'achats d'une valeur de 5000 à 6000 euros! Plus les sacs Louis Vuitton pour les épouses d'une valeur de 5000 euros. Tout comme les responsable du CRIJF et de la communauté musulmane, les parlementaires multiplient les demandes de financement à l'ambassade du Qatar, même si le robinet à billets de 500 euros à été partiellement coupé par manque de budget dans ce "pays" qui paie actuellement le retour de sa folie de grandeur. 

Mais pas d'inquiétude, si le nouvel ambassadeur a préféré "couper les liens trop visibles avec les politiciens, il se concentre sur des patrons du presse et des industriels". Le Qatar n'a jamais caché sa volonté de contrôler tous les musulmans en Europe à travers le contrôle de la communauté musulmane en France via l'UOIF. 

Mais comment reprocher au Qatar ses ambitions puisque, comme dit un conseiller de l'ancien émir " il semblerait que les français soient les plus faciles à acheter"!!! 

Avec l'Arabie saoudite les relations ne sont pas plus glorieuses, bien que ça prend une aspect plus officiel depuis les années 60 et toujours dans le but de lutter contre les rebelles au Yémen ou bien de faire face avec l'armement à d'autres pays ( comme l'Égypte laïque de Nasser) ou aider la famille royale à contrôler des rebellions. 

Avant comme maintenant, la France n'est qu'un "partenaire de compensation" car l'allégeance va toujours aux États Unis surtout avec le renouvèlement en 2005 pour 40 ans du pacte de Quincy ( pétrole contre protection). Rien que pour Hilary Clinton, l'Arabie a donné 25 millions de dollars pour sa fondation et a financé 20 % de sa campagne électorale de 2016 ! 

"La première phrase que le secrétaire d'état américain écrit aux responsables saoudiens était: "I urge you to buy" ( je vous presse d'acheter). Nous autres Français, c'est "Please, sire"... on est vraiment en asymétrie totale de puissance diplomatique" 

Pour Valls et sa visite déplorable en Arabie saoudite, le traitement est différent et presque humiliant, ce qui pousse jean Marie Le Guen à aller au Ryad pour demander un financement pour "l'effort de guerre français" ( c'est à dire la campagne électorale de francois hollande). Alors qu'avant l'ère hollande, nous nous souvenons par exemple de " la pression exercée par Nicolas Sarkozy et Christine la Garde, très appréciée à Riyad, pour que la candidature de l'Arabie soit acceptée en 2008 dans le G20, ce cénacle des pays les plus puissants du monde." 

Quant à Fabius, la liste est longue, il a opté pour une "diplomatie économique" qui ferme les yeux sur les financements d'Al Qaïda en Syrie et au Yémen par ses "partenaires"! 

Tout comme Jean Yves Le Drian, le ministre de La Défense qui ne donne jamais de réponse aux alertes multiples des financements de terrorisme en Syrie, en Libye et au Mali, par l'Arabie et le Qatar. Bien au contraire, lors de l'intervention au Mali, les forces spéciales reçoivent les ordres de retarder leur intervention afin de laisse les avions Qataris évacués leurs hommes qui encadraient et formaient les islamistes. 

Pas mieux en Libye ou la France a compté sur des djihadistes de la guerre d'Afghanistan pour renverser Kadhafi, en fermant volontairement les yeux sur leurs idéologies et leur passé. 

Dans tous les cas comment contrarier "le premier acheteur d'armes au monde"? Dans leur affreuse guerre au Yémen, les saoudiens ont pu compter sur les États Unis, la France et la Grande Bretagne. Même quand Le Drian a osé dire que la situation au Yémen était "difficile", le ministre de La Défense saoudien s'est mis hors de Luí en disant "Ça ne se passera pas comme ca, je paierai des noires et on va voir" et en effet, " c'est qu'ils ont fait; ils ont enroulé des sénégalais, des mauritaniens et des soudanais, ainsi que des tchadiens" 

Qu'en est il du financement des salafistes ? Si l'Arabie n'envoie pas d'imams saoudiens en France et en Europe, elle utilise tout autre moyen de prosélytisme :" Le royaume forme des prédicateurs français dans ses universités islamiques. Selon les chiffres officiels, il y aurait 14 imams dans l'hexagone, issus des facultés saoudiennes et dont le salaire est payé directement par l'Arabie ou via la ligue islamique" ou bien elle finance la construction des mosquées directement ou indirectement, comme la mosquée de Nice qui a été prévue puis récusée (contrairement à celui de Cannée) par le conseil départemental après l'attentant du 14 juillet. Cette mosquée qui devait être construit de l'argent privé du ministre des affaires religieuses du royaume Wahhabite! Ou bien à travers la distribution des livres dans les "bibliothèques" des mosquées ( pour ceux qui ne connaissent pas l'idéologue wahhabite, il s'agit d'une secte de l'islam basé sur le refus et la haine de l'autre y compris les chrétiens et les juifs et les autres musulmans, avec une interprétation du coran matérialiste, superficielle et dénuée de spiritualité). Ces livres nous les retrouvons dans toutes les librairies islamiques en France "Le point crucial se joue au niveau de la propagation d'un islam rétrograde et anti moderniste.

"J'ai examiné un livre d'enseignements religieux qui serait destiné en France à des étudiants de terminait, nous a confié un diplomate français à Riyad. Si vous aviez cet ouvrage entre les mains, vous penseriez qu'il est édité par Daech! C'est du wahhabisme pur et dur, qui appelle à détruire les tombes et les monuments et à tuer les Koufars, les mécréants ( non musulmans)"! 

Comme il fait pour le sport ou le business, le Qatar "a sorti son carnet de chèques pour acheter son ticket d'entrée sur "le marché de l'islam". Qatar charity par exemple est un bon prétexte pour faire le prosélytisme ( surtout en Afrique) sous couverture d'aide humanitaire. Le Qatar reste de loin, même devant l'Arabie, le plus mauvais élève dans la coopération pour la lutte contre le terrorisme financé directement par ses ressortissants (comme l'Arabie), mais également, par le biais des paiements des rançons par millions aux organisations terroristes pour les différents otages de différentes nationalités dont les français. 

Les liens du Qatar avec Al Qaïda sont historiques et renforcés par la guerre en Syrie où Al Nusra ( branche d'Al Qaïda) peut compter pour son financement sur les millions des Qataris qui refusent d'aider les réfugiés, en revanche n'hésitent pas une seconde à armer les islamistes.  

Oussama ben Laden qui y transitait avait l'habitude de dire que le Qatar est " une terre de passage vers le djihâd, qu'il convient d'épargner" !!!! C'est assez clair !

Le Kuwait est bien "l'épicentre du levées de fonds pour le financement des groupes terroristes en Syrie avec des valises d'argent amenés sous la bienveillance de la Turquie d'Erdugon aux "rebelles parmi lesquels Daech, le front Al Nusra, et Ahrar Al Sham. Cette dernière est une organisation salafiste financé en partie par le Qatar, qui s'associe parfois avec Al Nusra mais ne figure pas sur la liste des organisations terroristes de l'ONU" et "soutenue par la France notamment" ! 

Un prince Kuwaiti, par exemple, n'hésite pas à présenter les condoléances en personne aux familles de ses ressortissants en combattant pour Daech! ca donné une idée sur la "philosophie" de la famille princière! 

Les Émirats arabes unis est Le seul pays qui sort du lot! Non seulement il prône une relative séparation entre la religion et l'état, mais il combat tous les mouvements politiques islamistes, dont les frères musulmans au point d'inscrire L'UOIF sur sa liste noire. 

La Syrie a eu la plus grande part de financement des groupes islamistes; "Cette dérive ( islamiste) s'est faite au vu et au su des responsables français. Mais ces derniers arc-boutés sur l'objectif de renverser Bachar el-Assad et soucieux de ne pas contrarier la diplomatie économique prôné par laurent Fabius, ne se sont pas opposés aux desseins du Qatar et de l'Arabie" 

"Dès l'automne 2012, la direction de la prospective du ministère des affaires étrangères avait alerté les pouvoirs publiques du péril islamiste. Or, le service avait déployé des agents dans le sud de la Turquie, qui servait de base arrière aux groupes rebelles qui venaient de se former en Syrie." 

"Les agents de la DGSE sur place étaient extrêmement inquiets, ils pensaient que nous allions nous faire avoir et que tout cela allait se retourner contre nous. Certes, les émissaires du quai d'Orsay portaient quelques valises d'argent aux rebelles. Mais lorsqu'ils donnaient 100, les financiers du golfe, eux, payaient 1000."

"Les quelques journalistes réfractaires à la version officielle française se faisaient rappeler à l'ordre par l'ambassadeur Eric Chevalier en charge de l'opposition syrienne, parce qu'ils insistaient eux aussi que la dérive islamistes des révolutionnaires" 

"Le Qatar et l'Arabie saoudite infiltraient les agents stipendiés, des encadreurs professionnels que nos agents de la DGSE connaissaient. Laurent Fabius savait tout ca"! 

 "Un petit contingent des officiers de la garde spéciale saoudienne auraient démissionné en même temps de leurs postes. Redevenus civiles, ils auraient gagné la Syrie où ils auraient épaule la branche locale d'al-Qaida, le front Al Nusra. Des prisonniers yéménites auraient été libérés des geôles saoudiennes, à condition qu'ils acceptent d'aller combattre Assad en Syrie, en passant par la Turquie" 

Enfin une excellente analyse de la société saoudienne avec son hypocrisie et ses contradictions, tout comme la situation économique du Qatar qui est en plein changement pour éviter que ce minuscule pays, insignifiant sans le gaz, disparaisse à cause de l'irresponsabilité de ses émirs. 

"On ne peut pas séparer politique étrangère et politique intérieure. On ne peut pas considérer que renforcer sans cesse les liens avec les états du Golfe n'a aucune incidence sur la situation en France. Ce n'est pas vrai" 

 

"Nos très chers Émirs; Sont-il vraiment nos amis?"

Christian Chesnot & Georges Malbrunot

"Michel Lafon" 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.