Khalid MOSSAYD
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2020

Khalid MOSSAYD
Abonné·e de Mediapart

Michel Houellebecq : le Verbe inutile

Le 4 mai 2020, France Inter publiait un texte de l'écrivain Michel Houellebecq au sujet de la pandémie actuelle qui paralyse notre monde. Les nombreux médias qui ont relayé ce texte ont mis en valeur de façon presque unanime le pessimisme de l'auteur et sa vision obscure de l'avenir au sujet du Jour d'après.

Khalid MOSSAYD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En avait-on réellement besoin ? Mais la presse est à l'affût de la moindre information, puisque rien ne se déroule comme avant et à défaut de noyer les lecteurs dans les mises à jour du Covid-19, on s'empresse de savoir ce que tel écrivain ou philosophe pense de la situation ou comment telle célébrité vit son confinement. Toutes les curiosités sont bonnes à exploiter.

Ainsi, comme l'écrit Houellebecq, son texte est une « contribution » ; et comme il le souligne, d'autres auteurs ont donné leur avis, alors pourquoi pas lui ? D'emblée, il entre dans des petites querelles d'auteurs, ce qui restreint largement le cercle de celles et ceux qui voudront prêter attention à sa réflexion. Il présente l'écrivain comme un être qui « a besoin de marcher » et utilise Nietzsche pour valider son argument, car le philosophe allemand était comme il le dit : « un danseur dionysiaque ». Mais puisque Dionysos avait cette capacité d'emmener ses adeptes dans un cortège qui se terminait toujours par la transe, Houellebecq aurait eu volontiers sa carte de membre car il a besoin de marcher au risque de devenir fou. L'écrivain est donc déjà en transe avant même de suivre le cortège dionysiaque et si Nietzsche était un danseur, Houellebecq est le Satyre.

Ceci dit, il s'est installé dans un rôle qui est demeuré sa marque de fabrique et qui précipite son public dans un suivisme assez étrange : celui d'un prophète, parce qu'il a cette fâcheuse tendance a systématiquement donner son avis sur le futur comme si le présent ne lui suffisait plus. En expliquant qu'il s'oppose à ceux qui pensent que « rien ne sera plus comme avant », il fait l'erreur de se situer dans un monde complètement décalé de la réalité. Son pessimisme lui permet d'éluder toutes les bonnes initiatives nées de cette période. On avait craint un moment que les gens se renferment sur eux-mêmes et se fuient, mais c'est très souvent le contraire qui s'est passé. Nous avons vu des élans de solidarité venant d'anonymes ou de célébrités. Ceux qui s'en sortaient voulaient aider les plus fragiles et ceux qui commençaient à mourir laissaient un message aux vivants. C'est en cela que le texte de Houellebecq montre ses limites. Il n'est fait aucune allusion au côté bon et juste de l'humain.

En somme, ce texte est un monologue qui n'apporte que très peu de valeur ajoutée au monde actuel et il se rapproche beaucoup plus d'une posture babélique que d'une « contribution ». Qui possède le Verbe doit l'utiliser pour offrir un peu de poésie et beaucoup d'espoir. L'auteur est donc bien loin du rôle d'écrivain-prophète dans lequel il s'est piégé. A la différence des prophètes, il n'annonce ni bonne nouvelle, ni monde meilleur et offre si peu d'amour dans ses textes. Son Verbe devient inutile au moment où il le présente. Houellebecq a le droit d'être pessimiste et après tout, chacun a le droit aussi de choisir l'auteur qui lui parle. Mais lorsqu'on décide d'écrire, on écrit non seulement pour soi mais aussi pour le lecteur. Le don le plus louable d'un écrivain est de faire en sorte qu'entre le début et la fin du texte, son lecteur ne soit plus le même. Le Verbe se doit d'avoir une vertu initiatique. Beaumarchais l'évoque en ces mots : « ainsi je sors du spectacle meilleur que je n'y suis entré, par cela seul que j'ai été attendri. »1

Certains médias, en référence au texte titraient : « Ce texte de Houellebecq sur l’après confinement risque de gâcher votre journée. » En effet, le confinement est assez difficile pour s'ennuyer avec un texte pareil. Et comme une seule voix, la presse reprenait cette phrase de Houellebecq qu'on aura retenu : « Nous ne nous réveillerons pas, après le confinement, dans un nouveau monde ; ce sera le même, en un peu pire. » On ne sait pas vraiment quelle figure de style il a voulu placer : un pléonasme ou un oxymore. Mais ce qui est certain, c'est que Michel Houellebecq nous a offert un texte de plus, « en un peu pire »... Et c'est un euphémisme.

1. Beaumarchais, Essai sur le genre dramatique sérieux, 1767.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma