Le suicide : au secret de tes peines

Ton cœur a été pillé de tous ses beaux sentiments, comme un trésor convoité dans un temple dont il ne reste que les ruines. Tu as l'impression d'être lâché(e) dans le vide, alors vide pour vide, autant s'y jeter de manière définitive. La vie te paraît laide et la mort te semble belle. Ton cœur te dit : « Ce sera mieux après. »

           Qui prétend savoir ce que tu vis ? Qui ose dire qu'il te comprend ? Qui prend le risque de t'énoncer des phrases toutes faites pour que tu renonces à te supprimer ? Ta décision est sans doute déjà prise et mûrement réfléchie, mais avant de faire quoi que ce soit, je t'offre quelques mots. Au fond, dix minutes de plus ou de moins vont-ils changer quelque chose ? Alors lis, et ton cœur te dictera...
 

          D'abord, sache que je ne souhaite pas fouiller dans ton cœur pour connaître et analyser toutes les raisons qui te poussent au suicide. Mais je sais au moins une chose : aujourd'hui, ton cœur est rempli de chimères, de ténèbres, de peines et de colères... et tellement de solitudes. Ton cœur a été pillé de tous ses beaux sentiments, comme un trésor convoité dans un temple dont il ne reste que les ruines. Tu as l'impression d'être lâché(e) dans le vide, alors vide pour vide, autant s'y jeter de manière définitive. La vie te paraît laide et la mort te semble belle. Ton cœur te dit : « Ce sera mieux après. » Ta souffrance t'embellit l'autre monde qui t'attend. Ton passé t'a détruit(e), ton avenir semble noir et ton présent sonne bientôt la fin de ta vie.
 

          Retourne-toi quelques secondes et fais appel à tes souvenirs. N'y a-t-il pas quelques moments dont tu te souviens ? Des moments pendant lesquels ton cœur était rempli de poésies. Es-tu sûr(e) que personne ne soit à tes côtés pour t'offrir un peu d'amour ? Quelqu'un qui pourrait porter avec toi le fardeau de tes peines, te tenir la main et t'aider à avancer ? L'humain est cynique, méchant et dominateur. Mais il existe encore des cœurs aimants et tu en fais sûrement partie. C'est certain. Il est possible qu'une âme en peine soit sur ta route. Elle n'attend que ta venue et tu seras capable de lui dire que tu la comprends, parce que tu as vécu la même chose et parce que tu as refusé qu'un humain te mette à terre. Il suffit simplement de dire les choses et de se confier.
 

          Aujourd'hui tu es en souffrance, mais si jamais tu décides de partir, combien d'autres souffriront de ton absence ? Ils se diront : « Je n'ai pas vu sa peine. Je n'ai pas vu ses douleurs. » Il est peut-être temps d'aller leur dire. Nous, les humains, nous sommes si négligents parfois. Toi-même tu serais capable d'oublier et de ne pas voir la souffrance autour de toi. Essaie. Parle aux êtres aimés. Tu as tellement d'amour à offrir et encore tellement à recevoir.
 

          Certains risqueront de t'expliquer que tu es lâche ou que Dieu n'aimera pas ce que tu feras. C'est très facile de dire cela. D'autres encore diront que tu es égoïste. Ne les écoute pas. Sois seulement attentif à ton cœur. En l'écoutant un peu, tu entendras que ses battements sont si beaux et apaisants. Il bat encore pour toi, en toi. Tu veux vraiment faire cesser cette belle mélodie ? Tu as réussi à prendre quelques minutes pour lire ces mots. Laisse-toi encore une journée . Juste une... Même si je sais qu'une journée de plus sera une journée de plus dans la torture, dans la tourmente avec des pensées insupportables et insoutenables... Quelqu'un t'aime sûrement. Ta mère ou ton père. Si tu ne les a pas, alors cherche bien. Il y a cette personne avec laquelle tu as rit. Elle t'écoutait quand tu lui parlais et tu étais en paix auprès d'elle.
 

          Ne laisse pas la vie t'enseigner la colère. Donne-toi au moins le temps d'apprendre l'amour. Et si malgré tout tu décides quand même de mettre fin à ta vie, même si le monde entier refuse de prier pour toi, moi j'irai prier pour que ton âme soit en paix. On entendra dire que le suicide est une aberration. Mais personne n'est à ta place. Tu vis dans un cœur où les émotions sont si dures à porter. Il y en a trop. C'est trop lourd. Il peut te sembler que cette vie t'impose trop de choses. Mais tu as le pouvoir de te libérer de la douleur qu'on t'affliges en refusant de sombrer dans ta propre destruction.
 

          Alors garde ces mots près de toi. La vie vaut vraiment la peine d'être vécue. Parle à ton cœur. Dis-lui tes peines et crois-moi, tu seras surpris(e) de la réponse qu'il t'apportera.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.