Les réfugiés Syriens de Toulouse expulsables et condamnés à payer

Les réfugiés Syriens de Toulouse expulsables et condamnés à payer! Toulouse vitrine de la solidarité de la France envers les réfugiés Syriens?

tribunal d'instance Toulouse 8 janvier 2016 © Christian Puech tribunal d'instance Toulouse 8 janvier 2016 © Christian Puech
Suite au procès  du 8 janvier 2016 intenté par "Habitat Toulouse" à des réfugiés Syriens occupant un immeuble de Toulouse, le Tribunal d'Instance a rendu hier son ordonnance de référé.
Voilà donc ces réfugiés déjà dans une détresse ultime confrontés à un jugement des plus révoltant.
Ces 24 familles sont condamnées à expulsion dans un délai de deux mois avec éventuelle assistance de la force publique. "Habitat Toulouse" dans son rigide humanisme avait même demandé que ne soit pas accordé le délai de la trêve hivernale, ce que n'a pas suivit le tribunal. Chaque famille est de plus condamnée à s'acquitter de 540 € mensuel d'indemnité d'occupation depuis septembre 2015 auprès de l'office HLM de la ville.
Ce qu'un  avocat, Julien Brel, qui défend trois familles, a jugé "scandaleux" et "révoltant".
"Ces logements ont été déclarés insalubres et ils sont voués à la destruction pour de nouveaux logements sociaux, donc où est le manque à gagner?", s'est interrogé l'avocat. "Ce sont les réfugiés syriens qui vont financer le logement social à Toulouse!", a-t-il estimé.
http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/05/2270705-les-syriens-expulsables-et-condamnes-a-payer-le-squat.html

Cette condamnation révoltante au profit du bailleur social de la Ville de Toulouse "Habitat Toulouse", fait suite à l'indignation provoquée aussi à Toulouse et dans le même quartier le jeudi 14 janvier 2016, par la destruction au bulldozer de trois logements occupés par plusieurs familles syriennes, dont six enfants, qui y avaient trouvé refuge. Ceci à la demande d'un autre "bailleur social" "Nouveau Logis Méridional".
L'émoi avait été vif auprès de ces familles et des associations toulousaines qui les soutiennent. D'autant que ces destructions avaient été rapidement menées pendant l'absence de familles convoquées au même moment à l'OFFI de Toulouse.
http://actu.cotetoulouse.fr/toulouse-refugies-syriens-maison-detruite-sans-preavis-expulsions-espagne_27729/

De nombreux citoyens et associations,  interviennent seules sur Toulouse pour apporter aux réfugiés l'aide dans les démarches pour leurs droits sociaux élémentaires, leurs couverture médicales, la scolarisation des enfants ainsi que sur l'aide alimentaire.
Que  veulent donc leur signifier la Mairie de Toulouse et la Préfecture (et donc le gouvernement) sur le règlement et la gestion d'arrivées de réfugiés à Toulouse?
Sur ce jugement, Michel Avenas autre avocat défendant les autres familles avec Agnès Casero, déclare «il est incroyable car le gouvernement a communiqué il y a quinze jours sur 30 réfugiés Syriens bloqués en Grèce dont il a promis de s'occuper, mais il ne fait rien pour que ceux que l'on pouvait reloger ne soient pas expulsés».

A l'heure où la France c'est engagée à accueillir sur deux ans 30000 réfugiés relocalisés et où l'on n'en comptabilise actuellement que 67, http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/01/26/la-france-a-accueilli-62-refugies-relocalises-sur-les-30-000-promis_4853895_4355770.html?xtmc=refugies_accueillis_en_france&xtcr=1
où en est et quelle est vraiment l'intention de l'Etat sur l'aide qu'elle veut et doit apporter à ces populations en détresse?

Pour aller plus loin:
https://blogs.mediapart.fr/francois-piquemal/blog/040216/toulouse-jugement-tres-dur-pour-les-refugies-syriens-des-izards
http://actu.cotetoulouse.fr/toulouse-la-justice-ordonne-l-expulsion-des-200-refugies-syriens-des-izards_29073/   
http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/refugies-syriens-toulouse-les-familles-font-appel-de-la-decision-d-expulsion-921465.html
http://www.liberation.fr/france/2016/02/05/l-avenir-incertain-de-23-familles-de-refugies-syriens-a-toulouse_1431137

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.