CP – DOLÉANCES : ENFUMONS LE GRAND DÉBAT

Consultation, contribution… ça fait beaucoup de con-doléances…

enfumage

Acculé à réagir à un mouvement social aussi improbable qu’incontrôlable, le gouvernement a donc décidé de réagir en organisant un grand débat national auquel chaque citoyen(ne)s est invité(e) à apporter sa contribution. Et toutes les mairies de France d’ouvrir des cahiers de doléances censés remonter jusqu’à un exécutif tout à coup à l’écoute de la population.

Ne soyons cependant pas bégueules, évitons le procès d’intention et pour une fois jouons le jeu des puissants. Mais ne soyons pas dupes et si ces cahiers ont le mérite d’exister, tâchons de les remplir, les occasions de voir nos revendications s’affirmer sont si rares.

Ainsi le CIRC appelle chaque citoyen(e) cannabinophile à se rendre en mairie afin d’y porter la voix des usagers jusqu’ici ostracisés et persécutés, ces centaines de milliers de victimes d’une loi aussi criminogène qu’injuste et inefficace.

Plus ces contributions anonymes seront nombreuses à dénoncer la politique française des drogues, plus elles risqueront de se voir remarquées dans le flot de revendications à venir.

C’est très officiellement que de son côté la municipalité de Villeurbanne a engagé une vaste consultation sur la délicate question du cannabis. Les tables rondes se succèdent pour faire le point sur une situation échappant depuis longtemps aux autorités locales et nationales. Les expériences d’organisations associatives, d’experts du Droit, de la Justice, mais aussi de l’économie y sont partagées avec les riverains, principales victimes avec les usagers, de l’incurie gouvernementale en la matière. L’initiative lyonnaise pourrait avoir le mérite d’engager une réflexion plus large des municipalités permettant l’ouverture d’un débat nécessaire nationalement.

Cela ne dépend que de la capacité des usagers à se faire entendre.

Fédération des CIRC

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.