Communiqué des migrants hébergés au CHU de Villeneuve la Garenne

Les réfugiés sont hébergés là depuis le 23 octobre, suite à l'évacuation du lycée Jean Quarré à Paris. Suite à ce communiqué, un appel à rassemblement sera sans doute lancé si rien ne s'améliore pour les 45 personnes qui vivent là et subissent de véritables maltraitances.

Nous sommes des réfugiés de différents pays, du Soudan, de l'Érythrée, de Somalie...
Nous avons affronté le désert et la mer pour échapper à la mort.
Nous demeurons dans un centre d'hébergement à Villeneuve-la-Garenne, géré par la Croix-Rouge. Nous sommes choqués des conditions que l'on nous fait subir dans ce centre.Nous dénonçons :
- L'exclusion de plusieurs personnes sans aucune raison, renvoyées les unes après les autres.
- Les déclarations mensongères que fait l'administration du centre pour faire intervenir la police de manière répétitive et ainsi nous dissuader de nous plaindre ou de dénoncer nos conditions de vie. A la suite d'une intervention reconnue par la police elle-même comme non fondée, nous nous sommes plaints de nos conditions de vie et avons alors miraculeusement obtenu l'eau chaude et le chauffage, que nous attendions depuis une semaine.
- Le comportement méprisant des employés et les humiliations constantes (propos racistes, gestes agressifs, chantage au renvoi...) - Le manque de suivi médical
- Les erreurs répétées sur le cahier de contrôle de présences et des horaires d'entrée et de sortie.Des personnes présentes ne sont pas notées et risquent ainsi d'être renvoyées du centre. Même si certaines erreurs sont vraisemblablement involontaires, d'autres sont faites exprès et visent ceux qui ont revendiqué leurs droits, pour les menacer d'expulsion. 
- La privation de liberté de circulation à cause de la non-fourniture de titres de transport.
- Les problèmes d'hygiène : les draps et couvertures ne sont jamais lavés et il n'y a pas de nécessaire de toilette ni de linge de toilette

Nous demandons à l'administration de prendre ses responsabilités et de remplir son rôle.
Nous demandons : - Le remplacement des employés qui ont des comportements menaçants ou violents et qui ont tenu des propos racistes.
- La tenue de réunions régulières avec l'administration en présence d'un traducteur compétent et neutre.
- Un comportement et un traitement respectueux de la part des employés, l'arrêt du système des contrôles de présences et des exclusions.

 Nous demandons également l'amélioration de nos conditions de vie : - Des repas variés et équilibrés (depuis un mois nous mangeons toujours la même chose)

- Des titres de transport pour circuler librement et ne pas nous exposer à des contraventions ou des problèmes avec la police.

- Un suivi et un accompagnement médical pour tous.

- La fourniture de nécessaire de toilettes, de produits d'hygiène et de sous-vêtements

- Des couvertures chaudes et des draps propres.

- Des cours de langue française, des activités culturelles et sportives et une possibilité de connexion internet comme cela nous  été promis par la direction du centre et le maire de la ville.

Le communiqué a été rédigé le mardi 29 décembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.