La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2017

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

«Le froid de l’Europe», par un Adam

Un matin, comme tant d'autres, Adam, un exilé dormant dans les rues de Paris, faute de place d'hébergement proposée par l'Etat, dénonce des violences policières qui se sont déroulées pendant la nuit. La police empêche les exilé-e-s de dormir dans les rues de Paris : les réveille sans cesse, les violente et jette leurs couvertures.

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Page n°1 © X

Un matin, comme tant d'autres, un homme nous parle des violences policière qui se sont déroulées la veille,  pendant que nous prenons le petit déjeuner au bord du Bassin de La Villette.

Comme chaque matin, les exilé-e-s qui viennent partager un café ou un thé (au petit déjeuner distribué depuis plus d'un an dans les rues  du XIXème et XVIIIème arrondissement), rapportent les violences policières de la nuit. Nous proposons à cet homme d'écrire un texte à propos de ces violences pour le publier sur le blog. Le lendemain matin, il dépose trois feuilles manuscrites. Nous avons corrigé certains mots pour rendre le texte plus clair, ainsi nous joignons une copie du texte original manuscrit.

« Voyez le froid de l’Europe provoque des maladies dangereuses, parfois tue »

Page n°1 © X
Page n°2 © X
Page n°3 © X

Avant tout, je vous salue, beaucoup, très chaleureux, peuple français. Vous n’avez jamais manqué de toutes les choses dont nous avions besoin - pour les migrants ou les réfugiés. Peuple français, ils sont des gens intimes, aimables, réels et calmes comme l’Océan pacifique.

Un peuple respecte la loi fondamentale.

 En Afrique, on a entendu l’Europe ou la France sont des pays favorables. Mais actuellement ils deviennent bizarres.

Ce qui nous empêche - les migrants ou les réfugiés – c’est la police. La police qui ne nous laisse pas dormir, ni laver nos habits, ni monter sur le bus ou sur le train, elle ferme toutes les eaux qui existent dans les rues, sur le chemin des migrants ou réfugiés. Tel que le quartier de la Chapelle, du canal Saint-Denis, rue Pajol puis l’eau du jardin d’Eole, presque 5 jours fermée.

 La police ne respecte pas la loi fondamentale qui existe en France.

 La France dit quoi : "Liberté, égalité et fraternité". Ces trois choses ne paraissent même pas pour les migrants ou les réfugiés.

 Au moins, nous n’avions pas besoin de dormir dans une maison, une église, un hôtel ou bien dans une mosquée ; seulement de dormir sur la rue ou dans un coin, au-dessous du pont sans dérangement. Mais, toujours, la police nous réveille 3 fois par nuit: 1er partie 23h, 2ème partie 1h et 3ème partie 5h du matin.

Voyez le froid de l’Europe provoque des maladies dangereuses, parfois tue.

 Les migrants ou réfugiés restent souvent avec le peuple français. Sans le peuple français aucun migrant ou aucun réfugié ne vivent en France. Grand merci pour le peuple Français. Dieu vous bénisse et protège dans le bon chemin.

La pluie tombe et nous mettons les cartons vides sur nos têtes. La police nous dit de sortir dehors de l’Europe et de la France. Jusqu’à certains dégâts des cœurs, durables - se pleurent, se crient et se regrettent de leur avenir en Europe ou en France.

Dès que nous dormons la nuit, la police, nous donne des coups, jette nos couvertures, nos habits et nos sacs.

Sans étranger comment le pays se développe, se conditionne, se remplit ? Avec la bénédiction des étrangers le pays progresse.

Conseillez la police peuple français !

X

A Paris, le 20/09/2017 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac