Le témoignage d'un tchadien débouté du droit d'asile

Le 25 juin au soir sur le campement de Pajol dans le 18°, un jeune tchadien rencontré dans la lutte des migrants de la Chapelle m'a demandé d'enregistrer son temoignage et de le poster sur facebook. Etant devenu clandestin apres avoir été débouté du droit d'asile, il a demandé a ce que je ne filme pas son visage.

Le 25 juin au soir sur le campement de Pajol dans le 18°, un jeune tchadien rencontré dans la lutte des migrants de la Chapelle m'a demandé d'enregistrer son temoignage et de le poster sur facebook. Etant devenu clandestin apres avoir été débouté du droit d'asile, il a demandé a ce que je ne filme pas son visage. Je reposte ici -avec son accord- son témoignage car il soulève des questions préoccupantes sur les décisions d'accorder le droit d'asile en fonction de l'origine nationale. Alors que son dossier de demandeur d'asile semble solide (apres avoir été recuté de force dans l'armée tchadienne, il a rejoint une faction rebelle, le FUC (voir plus bas) et lutté militairement contre le régime tchadien actuel d'Idriss Déby. Il montre dans la vidéo des cicatrices de balles dans l'abdomen, blessures qu'il a reçues dans ce combat. Après avoir fui, il s'est vu refuser sa demande d'asile par la France où il vit clandestinement depuis, attendant que le régime tchadien tombe pour pouvoir rentrer chez lui.  Ayant fait partie d'un coup d'état militaire raté contre le dictateur Idriss Deby par le FUC en 2006, il parait effectivement évident qu'il soit menacé dans son pays. Or il affirme que ce dictateur est l'allié de la France qui est intervenue militairement pour réprimer cette tentative à la quelle il a participé, de renversement du régime ami de la france.  C'est selon lui la seule raison valable du refus de sa demande d'asile.... pour une sorte de raison d'Etat (ou d'empire) françafricaine donc .... il nous reste à établir et comprendre, si cela est avéré, comment ce type de relation diplomatique avec des régimes africains pourrait influencer les décisions de l'ofpra ou de la CNDA (cour nationale du droit d'asile)... Le 1er juillet 2015, le squat ou vivait ce jeune homme a été évacué sur ordre de la municipalité communiste de la Courneuve, en dépit des délais donnés par la justice. Cela ne peut qu'alimenter son constat "qu'il n'y a pas de droits" en France et "pas de démocratie dans le monde". Tout ce qu'il demande c'est que la France arrete de soutenir la dictature dans son pays afin qu'il puisse y rentrer.

selon wikipedia, "En mai 2005, les rebelles sont sur le point de renverser le régime mais les forces françaises présentes sur place permettent le retour précipité d'Idriss Déby[réf. nécessaire] qui se trouvait en visite en Guinée équatoriale pour un sommet de la CEMAC. Le 13 avril 2006, les rebelles du FUC (Front Uni pour le Changement) entrent dans N'Djamena et manquent de peu de renverser le régime soutenu par les Français qui tireront sur les éléments du FUC (tir de semonce)."
https://fr.wikipedia.org/wiki/Idriss_D%C3%A9by

 

lien vers la vidéo de l'entretien: https://www.facebook.com/nicolas.jaoul.1/videos/10153526503105984/?pnref=story

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.