Lettre ouverte à Martin Hirsch et au gouvernement sur la situation sanitaire des « migrant-e-s de la Chapelle »

La situation sanitaire des dits « migrants de la Chapelle » est devenue extrêmement préoccupante, notamment depuis le démantèlement du camp situé sur le boulevard de la Chapelle, le 2 juin dernier, qui n’a absolument rien réglé.

La situation sanitaire des dits « migrants de la Chapelle » est devenue extrêmement préoccupante, notamment depuis le démantèlement du camp situé sur le boulevard de la Chapelle, le 2 juin dernier, qui n’a absolument rien réglé.

A l’heure actuelle, une centaine d’entre eux se trouve sur la halle Pajol, environ 70 au square Jessaint (place de la Chapelle) et environ 50 dans les rues adjacentes, disséminés par crainte d’une énième traque policière.

Eprouvées par un trajet pénible et périlleux, souvent victimes de tortures, ces personnes, chassées de ville en ville, une fois arrivées dans notre capitale n’ont accès ni à l’eau potable, ni aux soins les plus élémentaires. Si des habitant-e-s du quartier, touché-e-s par ce désarroi sous leurs fenêtres, ne s’étaient pas regroupé-e-s en comité de soutien et si Médecins du Monde n’était pas intervenu sur le campement, aucun suivi médical et sanitaire n’aurait été mis en place. Pourtant, de graves séquelles physiques et psychologiques ont été relevées. Or, l'association n'est dotée que d'une unique équipe mobile pour le suivi de plus de 350 personnes réparties sur 3 lieux parisiens.

Nous avons constaté, lors des accompagnements effectués aux hôpitaux de Paris,  que le délitement général de la politique de santé publique et le manque de moyens budgétaires et en personnel, restreignait l’accès aux soins aux plus précaires, les demandeurs d’asile et les migrants étant traités comme un dernier maillon. En effet, chacun sait combien les démarches administratives pour accéder à la prise en charge par la sécurité sociale sont longues et nécessitent un minimum de stabilité pour être entreprises.

Nous sommes écœuré-e-s par cette maltraitance institutionnelle. En voici quelques exemples :

-        Des quotas de places dans les PASS (Permanence d’accès aux soins de santé) qui restreint l’accès aux soins.

-        Des refus de prise en charge de personnes n’ayant pas l’Aide médicale d’état.

-        Des sorties d’hospitalisations précipitées, ne permettant pas un réel suivi des soins

Ainsi, une femme avec son nourrisson de 2 jours ont été remise à la rue sans proposition d’aide sociale ni d’hébergement malgré la dangerosité de leur situation.

Un patient a également disparu des fichiers d’entrée et a été remis à la rue quatre jours après le début de l’hospitalisation  alors qu’il avait été pris en charge suite à une tentative d’assassinat a l'arme blanche. Cet incident met à jour les conditions dangereuses et les tensions qui naissent du fait de vivre à même la rue et souligne à la fois la gestion irresponsable de cette situation par les autorités.

Une personne présentant des troubles neurologiques et cardiaques sévères s’est vue écourter sa durée de séjour hospitalier.

Un mineur hospitalisé pris en charge aux urgences a disparu des fichiers informatiques hospitaliers.

Nous saluons le soutien que les accompagnants, les traducteurs et les personnels hospitaliers en lutte ont manifesté auprès des migrants au jardin d’Eole et nous avons conscience que ces situations individuelles découlent d’une politique de santé face à laquelle nous sommes déterminés à résister ensemble.

Nous tenons le gouvernement, la ministre de la santé Marisol Touraine et le président de l’AP-HP Martin Hirsh pour responsables de la dégradation de l’état de santé des plus précaires d’entre nous et de situations d’ores et déjà dramatiques. Nous exigeons une prise en charge et un accès aux soins inconditionnels, pour toutes et tous, quel que soit leur statut administratif, comme l’exigent les principes élémentaires des droits humains énoncés notamment par la déclaration universelle des droits de l’homme et la convention de Genève.

Les réfugiés de la Chapelle et leurs soutiens

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.