Alarme sur la situation au centre de rétention de Oissel

Les visiteurs s’indignent, notamment, du nettoyage irrégulier des chambres, de mises en cellule d’isolement fréquentes parfois pendant plusieurs jours, des fouilles des chambres en leur absence, des repas froids et médiocres, d’un accès très difficile voire impossible aux médecins, de l’absence d’eau chaude dans les douches, de l’absence d’activité, de l’insécurité, et des violences policières.

La situation des personnes retenues au Centre de Rétention Administrative de Oissel a été fortement médiatisée ces derniers jours. Pour cause, deux personnes retenues défendues par Maître Solenn Leprince ont porté plainte pour « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Le député Européen David Cormand s’est rendu sur place avec trois journalistes vendredi 24 janvier suite à l’alerte lancée par les personnes retenues. Dans un communiqué publié la veille, elles indiquaient qu’elles entamaient une grève de la faim en raison des violences policières subies quelques jours plus tôt.

La rétention administrative consiste à maintenir dans un lieu fermé, pour une durée pouvant aller jusqu’à 90 jours, une personne étrangère le temps que l’administration procède à son éloignement du territoire français. Régulièrement, des personnes retenues font part des conditions indignes dans lesquelles elles sont enfermées et des violences commises à leur égard par les services de police en cellule d’isolement et pendant les trajets vers les aéroports.

A la suite des alertes répétées reçues par les différentes associations constitutives des Etats Généraux des Migrations (EGM) de Rouen au début de l’été 2019, un observatoire citoyen du CRA de Oissel s’appuyant sur un réseau de visiteurs a été créé. Il vise à soutenir les personnes retenues et à témoigner publiquement sur ce qui se passe à l’intérieur de ce lieu d’enfermement dont l’existence est ignorée par la quasi-totalité de la population de l’agglomération rouennaise.

Le dernier rapport sur les « Centres et locaux de rétention »  alertait déjà sur la situation du CRA de Oissel : ses conditions matérielles déplorables, l’enfermement d’enfants et d’adolescents, l’utilisation abusives des mesures de contraintes (isolement, menottes), l’exercice impossible du droit de recours pour certaines personnes, les déferrements réguliers vers les établissements pénitentiaires de personnes en fin de rétention, les allégations régulières de violences policières et les violations du droit d’asile de la part de l’autorité administrative.

Depuis plusieurs semaines, les visiteurs de l’observatoire du CRA se rendent plusieurs fois par semaine à Oissel et recueillent les témoignages des personnes retenues qui s’indignent, notamment, du nettoyage irrégulier des chambres, de mises en cellule d’isolement fréquentes parfois pendant plusieurs jours, des fouilles des chambres en leur absence, des repas froids et médiocres, d’un accès très difficile voire impossible aux médecins, de l’absence d’eau chaude dans les douches, de l’absence d’activité, de l’insécurité, et des violences policières.

Cette longue liste illustre le caractère déshumanisant de ce lieu d’enfermement. La violence et l’anxiété auxquelles sont confrontées les personnes étrangères retenues doivent cesser. L’observatoire du CRA de Oissel demande que les revendications des personnes enfermées soient entendues : pour des conditions de vie décentes, un accès effectif aux biens de première nécessité, une prise en charge médicale adaptée, une aide à l’exercice des droits renforcée, un droit de visite sans obstruction et ce… jusqu’à la fermeture des centres de rétention.

 

A Rouen, le 30 janvier 2020

**********************************

Le 8 octobre 2019 un observatoire citoyen du centre de rétention administrative (CRA) de Oissel s’appuyant sur un réseau de visiteurs a été créé dans le cadre des Etats généraux des migrations (EGM) de Rouen. La création de cet observatoire a été décidée à la suite des alertes répétées reçues de la part des personnes retenues par les différentes associations constitutives des EGM de Rouen, et plus particulièrement au cours de l’été 2019.

Réseau de visiteurs et observatoire citoyen, nous avons défini 3 objectifs :

1°   le lien avec les personnes retenues via les visites : elles peuvent n'avoir plus aucun contact avec l'extérieur ;

2°   témoigner publiquement sur ce qui se passe dans les CRA, et plus particulièrement dans celui de Oissel. Nous constatons en effet que la quasi-totalité de la population de l’agglomération rouennaise ignore l’existence de ce centre de rétention. Il s’agit de garantir l’ouverture de ces lieux, et de créer un lien avec la « société civile », en attendant leur fermeture ;

3°   contribuer à soutenir les personnes retenues que le placement en rétention a éventuellement fragilisées, sous différentes formes : morales, concrètes et militantes.

Le collectif de personnes, de citoyens, constituant ce réseau de visiteurs et cet observatoire se veut ouvert, sans aucune exclusive, à toutes celles et ceux qui, soucieux du respect des droits fondamentaux, luttent pour d’autres politiques vis-à-vis des personnes exilées, et témoignent d’une solidarité active avec les personnes retenues, dans un esprit de fraternité.

Le réseau de visiteurs et l’observatoire citoyen du centre de rétention de Oissel ne veut aucunement se substituer aux associations et organisations qui interviennent au CRA dans le cadre d’une mission d’aide à l’exercice effectif des droits des personnes, ou qui ont en charge l’aide matérielle et l’accompagnement médical des personnes retenues. Il est en lien avec la commission étrangers de l’ordre des avocats de Rouen, et pourra aussi être amené à assurer une présence lors des audiences publiques du juge des libertés et de la détention, ou au tribunal administratif.

Le réseau de visiteurs et l’observatoire citoyen du CRA de Oissel adhérera à l’Observatoire de l’enferment des étrangers (http://observatoireenfermement.blogspot.com/).

Afin d’aider au développement des visites aux personnes retenues et à l’accompagnement des futurs visiteurs, le réseau de visiteurs et l’observatoire citoyen s’appuie sur les compétences et l’expérience des associations membres des EGM qui pourront notamment être amenées à monter des formations, mais aussi sur la mise en place de réunions d’échanges régulières en vue de partager sur les situations rencontrées, et sur les décisions à prendre en matière d’actions collectives et/ou d’interpellations à mener.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.