La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2021

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Contre les intimidations policières, appel à soutien du collectif Réquisitions

Le discours de Reza Jafari, du Collectif Réquisition, ce Dimanche 4 Avril au théâtre de l'Odéon occupé. Après avoir été convoqués par la police pour nos actions récentes qui ont permis d'obtenir des hébergements, nous appelons à un rassemblement de soutien, ce jeudi 8 avril, à partir de 9H devant le commissariat du 14eme, 15 avenue du Général Leclerc, métro Denfert Rochereau.

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour je suis content de participer à un rassemblement pacifique car malheureusement dans le cadre actuel avec le préfet en place depuis quelques temps il n’est plus simple de savoir ce qu’il est possible de faire ou de ne pas faire, ce qui est autorisé, toléré, accepté ou interdit.

Je suis d’autant plus heureux d’être à l’Odeon car dans mon pays d’origine, l’Afghanistan j’ai pu expérimenter ce que donne l’absence de culture et donc les conséquence de l’absence de culture au long cours.

Malheureusement de nombreuses manifestations - et toujours contre notre volonté - se sont terminées de façon violente. Par exemple celle du 23 novembre dernier sur la place de la République ou lors de celles contre la loi sécurité globale sont révélatrices de cet état de fait.

Voila maintenant des décennies que des personnes exilées dorment sous les ponts par manque de volonté d’héberger de la part des autorités compétentes.

Chaque jour des milliers de personnes sans abris appellent le 115 en vain. Les associations distribuent des tentes, couverture, nourriture, les citoyens hébergent pour faire face à la crise du logement, quel est le rôle de l’état quel est la loi? Aujourd’hui avec l’aide des associations humanitaires qui ont créé des collectifs sont organisées des actions de visibilisation ; et malheureusement les membres de ces associations subissent souvent, eux aussi, pendant ces actions le même traitement violent que subissent les personnes exilées sous les ponts.

Ce sont leur obstination et leur détermination qui permettent de rendre visible ces injustices.

Nous avons obtenu que les autorités de tutelle négocient avec nous ce qui fait que nous parvenons à arracher des places d’hébergement sans violences, comme l’action de jeudi dernier sur la Place de République contrairement à celle de novembre 2020.

Suite a cette action 480 femmes, hommes et enfants ont été mises à l’abri dans le calme et en quelques heures, ce qui démontre la contre productivité et dangerosité d’interventions policières quand elles sont violentes.

Mais malheureusement avant-hier soir nous avons 85 personnes uniquement composées de familles qui nous ont sollicité pour un hébergement, alors que la semaine dernière 480 personnes avaient été hébergées à République. Sur ces 85 personnes la moitié étaient déjà présentes sur la place et ont été remises à la rue moins d’une semaine après avoir été hébergés par le 115. Avant hier soir sur ces 85 personnes on avait un bébé de 8 jours, 11 femmes enceintes, 27 enfants.

les militants se sont mobilisés depuis début de la semaine pour obtenir des ré-hébergements et empêcher l’expulsion d’hôtels. C’est très difficile de lutter contre ce cercle vicieux, mais nous ne baissons pas les bras.

Pour terminer jeudi 8 avril 8 militants et responsables du collectif réquisition dont je fais partie, ont été convoqués par la police pour de prétendue « violence et dégradation » lors de la manifestation d’occupation de l’Hotel Dieu, alors que ces actions du collectif réquisitions se sont déroulés pacifiquement avec pour seul objectif de permettre à des sans-abris d’obtenir un logement et d’appliquer la loi de réquisition. N’oublions pas qu’il y a 3 millions de logement vacants en France dont 400 000 en IDF.

Le 13 février dernier en pleine vague de froid, l’occupation pacifique et durant quelques heures de l'Hôtel Dieu sous l’œil des nombreuses caméras a permis l’hébergement de près de 70 sans-abris dont des familles avec des enfants.

Nous voir ainsi collectivement convoqués par la police traduit une volonté d’intimider et de décourager le collectif voire de commencer à le réprimer.

C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement de soutien, ce jeudi 8 avril, à partir de 9H devant le commissariat du 14eπe 15 avenir du Général Leclerc, au métro Denfert Rochereau.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas