Pour Zia, jeune afghan vulnérable expulsé par la France, par Taïri Dupont

Jeune afghan hazara, dont le handicap mental a pourtant été reconnu, Zia a été expulsé par la France vers la Norvège, qu'il avait quittée après que le statut de réfugié lui ait été refusé. Il risque l'expulsion vers l'Afghanistan, qu'il avait fui pour persécutions. Abolition du règlement de Dublin qui justifie ces maltraitances de personnes vulnérables et bafoue les droits des demandeurs d'asile.

Zia est un tout jeune majeur, il a eu 18 ans en octobre dernier. Il est né à Ghazni, dans la province de Ghazni (du même nom), il est hazara (une ethnie minoritaire, environ 10/15% de la population en Afghanistan), pratiquant majoritairement l’islam chiite, contrairement à la majorité des autres ethnies. Ils vivent principalement dans le centre de l'Afghanistan, dans la région du Hazarajat. Ils ont un faciès particulier, car ils descendraient des Mongols (origines contreversées) il y a plusieurs siècles. Ces deux grandes différences les fragilisent au milieu des autres et font l'objet d'une persécution (certains parlent de « génocide ») qui dure depuis des décennies, et cela s'est particulièrement aggravé depuis l'arrivée des Taliban.

Zia a quitté sont pays quand à 14 ans, d'après ce que j'ai compris, il y a eu un drame : un jeune homme de son ethnie a été tué à sa place, après quoi ses parents lui ont demandé de fuir le pays, le plus loin possible, étant en danger de mort. Il a voyagé pendant un an, est arrivé en Norvège en automne 2015, à 15 ans. Il a été placé en centre de demandeurs d'asile à Salangen jusqu'en février 2018. Je n'ai pas plus de précisions, mais il a été ensuite pris en charge dans un établissement pour mineurs. Le personnel éducatif a remarqué qu'il y avait des problèmes psy chez lui. Une fois écartée la barrière de la langue et le stress post-traumatique dû à son vécu dans son pays et sur la route de l'exil, ils ont constaté que Zia se comportait quelques fois comme un enfant de 3 ans, et quelques fois comme un enfant de 6 ans, en fonction de ce qu'on lui demande de faire, des tests pratiqués. Il a rencontré d'énormes difficultés d'apprentissage et a une capacité d'adaptation difficile comparé aux autres enfants réfugiés du même âge et de la même région. Ce qui a amené le personnel éducatif à proposer des tests à Zia, qui font état de stress post traumatique, d’état dépressif modéré et de retard mental.[1] .

53472722-409896786250379-2398094985426632704-n


Zia est arrivé en France le 16 octobre 2018, apparemment ce serait quelques jours après ses 18 ans. Il est resté environ 2 mois à dormir sur les trottoirs de Paris comme de trop nombreux/ses réfugié/es. Ce n'est pas très clair pour moi, mais je pense qu'il été évacué par la préfecture de Paris. Il a été envoyé dans le Cher, dans un CAO à Bourges (Centre d'Accueil et d'Orientation - qui sont plutôt des centres de 1er tri des demandeurs d'asile). Je ne sais pas combien de temps il y est resté, après un entretien et un examen rapide de son cas, lui a été notifié un AT (Arrêté de Transfert vers la Norvège) il a ensuite été envoyé dans un PRADA (structure Premier Accueil des Demandeurs d'Asile) avec une  AS (assignation à Résidence). Zia s'est embrouillé, il a mal compris, il a déclaré qu'il avait 24 ans (né le 9 avril 1994), ce qui a été pris en compte dans son dossier et sur son récépissé. Arrivé dans son centre d'hébergement Zia était soumis à l'obligation d'aller signer tous les matins à 8 heures à la gendarmerie, tous les jours sauf les jours fériés et les dimanches ce qu'il a fait, jusqu'au jour où il a été emmené par ces mêmes gendarme au Centre de Rétention Administratif de Oissel près de Rouen, le 11 février 2019.

Je m'appelle Taïri, je suis soutien auprès des réfugiés depuis Juin 2015, date à laquelle les médias ont diffusé l'évacuation de camp de La Chapelle à Paris. A partir de cette date j'ai fait des allers-retours Rouen-Paris tous les  jours avec ma voiture chargée de dons divers. Avec le temps, mes actions se sont diversifiées... hébergements, cours d'alphabétisation, accompagnement préfecture, avocat, accompagnement des MNA etc... J'avais déjà fait des visites au Centre de Rétention Administratif  de Oissel (qui est 14 km de chez moi) mais de façon épisodique en fonction des demandes émanant de soutien de différentes régions/pays. Le 14 février j'ai vu un appel à l'aide sur le net pour Zia, un soutien "Berthe Zépofi" cherchait un soutien près de Oissel, j'ai donc répondu à cet appel et ainsi aidé. Des démarches ont été effectuées en amont par "Berthe" tel un courrier au Défenseur Des Droits. Nous savons qu'il est aussi passé au tribunal à d'Orléans où il n'a pas fait d'appel en raison de son déficit mental. En effet, il s’est vu notifier le 20 décembre 2018, un arrêté portant décision de transfert d’un demandeur d’asile aux autorités norvégiennes responsables de l’examen de sa demande d’asile. Suite à un recours formé par Zia, cette décision a été confirmée par le

Tribunal administratif d’Orléans le 27 décembre 2018. Par un arrêté du 11 février 2019, il a été placé au centre de rétention administrative de Oissel. Par une décision du 14 février 2019, le juge des libertés et de la détention a ordonné la prolongation de la rétention pour une durée de 28 jours.

Zia est donc arrivé au CRA de Oissel 12 février 2019, le lendemain le 13 février, la PAF l'a emmené à l'aéroport pour une expulsion en Norvège dont il vient et donc "dubliné", il a refusé ce vol, et il est revenu au CRA. Le jour d'après, le 14 février il est passé au tribunal du palais de justice de Rouen (devant le Juge des Libertés et de la Détention), je n'ai pas pu l'accompagner car je n'avais pas été prévenue avant. Le juge, puis l'avocat (via l'interprète) ont dit à Zia qu'il pouvait faire appel de la décision. J'en ai déduit plus tard en discutant avec lui (accompagné d'un interprète) que Zia n'avait pas compris. D'après FTDA (France Terre d'Asile), association d'aide au retenus présente dans le Centre de Rétention, Zia  n'est pas venu vers elles pour faire appel (car il n'avait pas compris), elles m'ont aussi dit qu'elles n'ont pas eu le temps de le voir dans les 2/3 1ers jours, car entre son arrivée au Centre, son aller-retour à l'aéroport le lendemain, son passage au tribunal le jour suivant et l'arrivée d'autres retenus entre deux, elle n'ont pas eu le temps d'aller vers lui, ce qui expliquerai aussi qu'il n'ait pas fait appel de la décision de rejet de liberté du juge, car là aussi il n'a pas compris ce que signifie "faire appel". Dans les dernières heures, au parloir, Zia avait demandé la photocopie de sa dernière ordonnance, ne sachant pas que je l'avais déjà et qu'on ne pouvait plus rien tenter... en la lisant, j'ai lu une phrase qui m'a interpelé, j'ai demandé à FTDA de faire à nouveau appel (via son avocate ) au Conseil d'Etat, section contentieux... cela a été fait, mais Zia s'est envolé très tôt le lendemain matin

Je suis allée le voir le vendredi accompagné d'un traducteur afghan hazara (de la même ethnie, parlant le Dari aussi), Zia avait le visage défait, avec ses doigts il tirait sans cesse sur sa peau à l'intérieur de son coude droit ainsi que sur ses doigts et son sweat. Il n'arrêtait pas de passer sa main dans ses cheveux et sur son visage, avait beaucoup de mal à me regarder en face, même s'il ne m'avait jamais vu et que je l'ai rassuré en lui donnant les prénoms de personnes connues, même si j'ai été particulièrement souriante et chaleureuse afin de le rassurer. J'ai pu noter qu'il a fallu poser les questions de différentes manières et/ou à plusieurs car Zia ne comprenait pas ce que je lui demandait, par exemple, quand j'attendais un oui ou un non en réponse, j'obtenais un "OK" et quand j'attendais une phrase, une explication, une information, cela n'était pas très cohérent. Je pense que la situation ne prêtait pas trop non plus à la compréhension. Je lui ai demandé à plusieurs reprises s'il avait des demandes particulières (vêtements, tél, carte SIM ou autre), il me répondait non mais une fois rentrée chez moi, que des demandes émanaient de Norvège via "Berthe". En effet, Zia est très suivi de Norvège par les professionnels médicaux, son avocate et sa "marraine" Marit (une psy) qui l'appellent régulièrement tous les jours, et c'est à Marit qu'il demandait des vêtements chauds, par ex, ou une carte SIM après mes visites. Ma visite au CRA a été courte, 30 mn, mais il était heureux de voir qu'il n'était pas seul, du moins près de Rouen. j'ai rendu visite à Zia à plusieurs reprises pendant sa rétention, son comportement était sensiblement le même à chaque fois, je suis aussi restée en contact téléphonique quand je ne venais pas le voir, toujours à l'aide un traducteur. Lors de ma dernière visite, je n'ai pas voulu cacher la gravité de la situation, bien que je prenais des risques car Zia est psychologiquement fragile, en plus de sa déficience mentale, il est/a été suicidaire car un syndrome stress post-traumatique . J'ai essayé de lui faire garder espoir tout en lui expliquant qu'il risquait une expulsion vers la Norvège, puis sans doute "par ricochet" vers l'Afghanistan. J'ai essayé de le rassurer en lui disant que nous étions nombreux/ses à le soutenir de toutes nos forces et qu'on se battrait jusqu'au bout. Il a compris car il fondu en larmes ... Le dernier parloir a été particulièrement long et douloureux pour tous les deux, plus pour lui évidemment ... les 30 mn les plus longues de ma vie mais pas de la sienne qui croupissait déjà depuis plus jours dans ce Centre qui rend fou ... je lui ai fait état de la situation en essayant de ne rien lui cacher tout en continuant lui transmettre nos espoirs car nous en avions/avons toujours. Nous avons pleuré ... je luis ai pris les mains. nous sommes restés silencieux ... les larmes aux yeux ... puis le gardien est intervenu, c'était la fin du parloir ... je l'ai pris dans mes bras ... je savais que c'était la dernière fois ... quoiqu'il lui arrive ... je n'avais plus que ça à lui offrir ici ... un peu de chaleur et d'humanité dans ce pays qui en perd beaucoup tous les jours ... j'y suis allée le mercredi, je l'ai appelé plusieurs fois dans la soirée, j'ai préféré ne pas dormir de la nuit pour être sûre d'être réveillé entre 4 et  5 heures du matin (heure à laquelle les policiers réveillent les retenus pour les emmener à l'aéroport). Ce jeudi matin, je l'ai appelé, pas de réponse, j'avais prévenu deux autres retenus qui avaient mon numéro, l'un d'eux m'a appelé pour me dire qu’ils emmenaient Zia, ... je l'ai rappelé, il a fini par me répondre, il m'emmène dehors, je lui ai donné les dernières consignes, le lui ai dit que nous nous battions jusqu'au bout, puisque à Paris j'ai prévenu l'équipe "anti-déportation" qui était au courant .... Zia a pu me rappeler dans sa cellule de l'aéroport, je l'ai rassuré jusqu’au bout, il pleurait comme un petit garçon mais ils semblait calme. Une des passagères qui est intervenue pour éviter l'expulsion nous a rapporté qu'il ne bougeait pas, il était très sage. Elle nous a rapporté aussi, qu'elle est allé demander au pilote de ne pas décoller pour éviter l'expulsion de Zia, mais il aurait pris cette de dame de haut et lui aurait expliqué dans un long discours que la France et la Norvège étaient des pays démocratiques et que nous devions en respecter les règles ... Zia s'est envolé pour la Norvège ...

"En équipe" nous avons décidé de médiatiser la cas de Zia via un article du Paris-Normandie, courrier au Défenseur Des Droits de ma préfecture, courrier à une députée et sur les réseaux sociaux médias, Facebook etc. de mon côté (région), une pétition est en ligne "Berthe Zéprofi" a fait de même dans sa région (Cher) avec ses journaux locaux et sur internet, elle a aussi écrit au DDD de la préfecture dont dépend Zia, elle a aussi écrit à la préfète. Nous avons aussi décidé de prendre un avocat spécialisé en droits des étrangers et Dublin pour tenter de le faire libérer, avant son expulsion vers la Norvège, puis en Afghanistan "par ricochet", via une demande de  mise en liberté au Tribunal Administratif. La demande a été déposée par l'avocat le 22 février, vendredi soir aux environs de 19h, et Zia aurait dû être jugé le dimanche avant 19h m'a dit l'avocate. Je suis enfin prévenue par un mail de l'avocate que l’audience aura lieu le lundi matin à 10h00, puis une fois presque sur place je reçois un nouveau mail m'indiquant qu'il passera finalement à 14h30. Verdict dans l'après-midi, voir début de soirée. Bien que l'avocat ait bien défendu son dossier, le juge à refusé notre demande au prétexte que nous n'apportions aucun élément nouveau au dossier de Zia et le courrier (original, provenant de Norvège) expliquant le handicap mental de Zia n'était pas un élément probant qui justifierait une libération. A ma connaissance, personne à Rouen (juge, CRA) n'avait connaissance de ce handicap, c'était pour moi un élément nouveau pour la justice de Rouen ... le juge a aussi dit que nous n'apportions pas la preuve de cette déficience mentale ... sauf que personne ne nous a donné l'occasion de pouvoir le prouver et ce n'est pas faute d'avoir essayé. En effet, l'avocate a demandé à l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration), l'autre association présente dans le CRA, de faire appel pour une demande d'examen psychiatrique ... nous n'avons pas eu de réponse. Nous même ne sommes pas autorisés à faire intervenir un praticien spécialisé dans le centre. J'ai signalé à plusieurs gardiens du centre le handicap de Zia, l'un d'entre eux m'a dit qu'il faudrait qu’il aille au CHRS (Centre Hospitalier de Pys, tout près), je lui ai dit d'en parler au médecin du centre, ... aucun retour. 

Ce CRA serait, d'après les retenus, le pire CRA de France, (certains en auraient fait d'autres). Tous se plaignent des conditions de vie indignes, des grèves de la faim ont lieu régulièrement, mais ne tiennent pas très longtemps justement à cause des conditions de vie exécrables. Zia s'est vite plaint du froid JOUR et NUIT ! En effets, les fenêtres sont ouvertes dès 8h00/8h30 tous les matins et ne sont refermées que vers 21h30/22h00 tous les soirs ! Il n'a pas ou si peu de chauffage qu'ils ne le ressentent tous pas du tout. J'ai dit à Zia qu'il pouvait demander une 4ème couverture pour dormir. La nourriture est non seulement infecte, mais en petite quantité et arrive froide très souvent. L'eau des douches n'est pas toujours chaude et coupée de temps à autre. Les murs sont TOUS couverts d'humidité et de moisissures, dans les chambres, les pièces de vie, et surtout dans la salle de bain. Pas d'accès à l'eau (en bouteille ou carafe) en dehors des repas, il boit à même le robinet de la douche avec ses mains. Pas de vêtements de rechange (car souvent ils sont arrêtés dans la rue, ou comme pour Zia, lors d'une signature au commissariat/gendarmerie ... il m'a dit qu'il y avait une machine à laver, mais sans vêtements de rechange, elle ne sert à rien. En 16 jours de détention, il n'a pas vu une seul fois le soleil, ni senti le vent .... la porte qui donne sur la cour est fermée à clefs et trop peu souvent ouverte pour prendre l'air, jouer au ballon. La salle de télévision, où l'on trouve les 5 prises pour charger les téléphones est très souvent et régulièrement fermée à clefs, ce qui occasionne des tensions, puis des bagarres, j'en ai été témoin lors d'un de mes appel téléphonique. Il n'y a rien a faire au CRA m'a-t'il dit, aucun jeu, aucun divertissement. Je lui ai demandé si les policiers se comportaient bien avec lui, il m'a répondu qu'avec lui ça va, car lui n'a droit qu'aux regards hautains et méprisants mais ils n'ont pas été violents avec lui, il n'a pas été non plus en isolement.

Zia m'a dit ne pas comprendre pourquoi la police l'a amené ici, il m'a dit "je n'ai rien fait de mal" ... "quand vais-je sortir ?" ... "J'ai passé plus de 3 ans en Norvège, j'ai fait 2 demandes d'asile qui ont été rejetées, je suis parti de moi-même avant qu'on nous renvoie (mes amis et moi) en Afghanistan, c'est comme ça que pratique la Norvège si on fait une 3ème demande. Pourquoi la France ne me laisse pas faire une demande d'asile ? Pourquoi ils veulent me renvoyer en Norvège ? Ils savent que je vais être renvoyé en Afghanistan, que je risque la mort, car je suis un Hazara. Je suis de Ghazni, ma famille n'y est plus elle est dans une autre ville à xxxxxxxx (impossible de mémoriser le nom pour moi), si je suis renvoyé et que je ne suis pas tué à Kaboul, je le serai sur le chemin pour retrouver ma famille. Je ne peux la retrouver (pleurs/crise) car je ne sais pas où ils sont, ça fait plus de 4 ans que je n'ai aucune nouvelle d'eux. La région est extrêmement dangereuse habituellement et plus particulièrement ces dernières semaines. J'ai tout essayé pour rester en Norvège puis en France, mais pourquoi personne ne  m'autorise à rester sur une terre en paix ? Pourquoi toutes mes demandes ont été rejetées ? Si je retourne dans mon pays je suis mort ... je m’appelle Zia, j'ai tout juste 18 ans, ma famille m'a fait partir de chez moi car j'étais en très grand danger, je suis parti à 14 ans, j'ai voyagé pendant 1 an avec des compagnons de route, je suis resté plus de 3 ans en Norvège où j'ai été dépisté déficient par le service de psychiatrie pour enfants et adolescents de l'Université Hospital  North of Norway de Tromso (rapport d'expertise) et j'ai été suivi. J'ai quitté la Norvège après avoir essuyé 2 refus, je suis arrivé en France quelques jours après mes 18 ans, je suis resté 2 mois à la rue, j'ai ensuite été "pris en charge" et envoyé dans un CAO, ils ont trouvé mes empruntes dans le fichier européen, j'ai donc été envoyé dans un PRADA à Bourges, en assignation à résidence, je devais aller signer à la police tous les matins (sauf dimanche et jours fériés), ce que j'ai fait pendant 2 mois, jusqu'au jour où j'y suis allé et la police m'a emmenée dans le CRA de Oissel .... » Notre dernière entrevue

Zia est à nouveau en Norvège, il a retrouvé sa chambre, ses amis, son école, sont petit train-train, son environnement depuis 3 ans, mais il est à nouveau en sursis, car s'il a été libéré par le juge peu de temps après son arrivée, que le procureur a retiré son appel, il n'a toujours pas de carte de séjour/réfugié/résident. Quand il avait fait ses demandes d'asile à la Norvège, elle avait refusé par 2 fois et il semblerait qu'il ai eu une OQTN (Obligation de Quitter le Territoire Norvégien). Nous ne connaissons pas l'avenir de Zia, son avocate va encore plaider sa cause afin d'obtenir l'asile mais, encore une fois, les chances sont bien minces. S'il est renvoyé en Afghanistan, une chose est sûre et certaine, dès qu'il aura posé le pied à l'aéroport, sa vie ne tiendra plus qu'à un fil. En effet, ceux qui ont tenté leur chance pour sauver leur peau et avoir une vie meilleure et qui ont été refoulés par l'Europe, sont vus comme des traitres à la nation. De plus, n'oublions pas que Zia est Hazaras, le chemin est bien périlleux jusqu’à Ghazni ou une autre ville pour retrouver sa famille ... Nous avons lancé une pétition, si la Norvège ne veut pas de Zia et qu'elle ne l'expulse pas, alors pourquoi pas une demande d'asile en France ? Nous serons là pour l'accueillir et le soutenir dans ses démarches bien évidement. Pour l'instant, le combat continue, en Norvège et de France

 

[1] J'ai en ma possession le compte-rendu des test qui ont été effectué par l'unité spécialisée pour les enfants, service recours étrangers, à la clinique Sosionom , spécialiste des enfants et des adolescents Kjell Ole myrvoll, ces test datent du 14/08/2018 (Oslo).

Syndrome  psychiatrique clinique :
- F43.1 état de strsse post-traumatique - diagnostique principal
- F32.1 épisode dépréssif modéré
- F79.0 retard mental et non spécifié.

Ainsi qu'un autre compte-rendu proveant de HABU (Centre pour habiletéet compétences des jeunes enfants et des enfants) à Salangen à polyclinique psychique pour jeunes,  diagnostique : "déséquilibre mental, de crise comportementale". L'évaluation montre qu'àprès l'analyse des critères de diagnostiques F79 non spécifié handicap mental est remplit. SA précise que Zia a fait une prestation au tests est de niveau d'un élève de 6 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.