"28 jours - texte n°5" par N.E., retenue iranienne

"28 jours - texte n°5" est le dernier d'une série de textes, regroupés sous le titre "28 jours". Écrits par une femme iranienne, détenue dans un centre de rétention en France, ces récits kafkaïen des tribunaux, dénoncent l'absurdité et la violence de ces lieux de détentions.

 28 jours

 

Texte n° 5 :

 

Conversation entre l’avocat et l’accusée avant l’audience :

L’avocat : J’ai trouvé quelque chose dans votre dossier qui est extrêmement important et qui peut énormément vous aider ; il existe même une disposition et une loi.

L’accusée : De quoi s’agit-il ?

L’avocat : À l’aéroport, ils vous ont arrêté à 11h et ont informé le procureur à 12h alors que la loi dit qu’ils doivent instantanément informer le procureur et ils n’ont pas le droit de laisser quelqu’un dans l’expectative pendant une heure.

L’accusée : Ouah, mais c’est génial. Quel pays !! Dans notre pays, on pouvait rester dans l’expectative pendant 2h, à faire la queue chez le boulanger sans savoir s’il y a assez de pâte à pain pour tout le monde.

 

Au tribunal :

L’avocat opposé : Ça arrive souvent, rien de nouveau là-dedans !!

Le juge : Vous restez 28 jours au centre de rétention !!!

Moi : surprised

 

Post-scriptum : La justice et les droits l’homme sont un slogan dans ce pays.

 

N.E.

Texte n °5 Texte n °5

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.