La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

312 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2015

MigrantEs : "Aux yeux de tous", par Denis Godard

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 juillet les migrantEs du 18è ont voulu manifester, un mois après l'évacuation du campement de La Chapelle. Cette fois la police n'a pas démantelé le campement, elle les a empêchéEs d'en sortir.

Car, après 7 endroits évacués en 3 semaines, ils et elles sont toujours là, irréductiblement là, revenus à la Halle Pajol, là où avait eu lieu l'expulsion la plus violente par la police le 8 juin. La solidarité joue toujours activement pour la nourriture, les vêtements, les médicaments, les cours de français, le suivi juridique et l'aide médicale. Il y a mêmes des ateliers de théâtre.

"Aux yeux de tous ", ce slogan s'affiche en grandes lettres blanches sur fond noir sur le torse de certains migrants. Sans doute, distribué, un reste de stock de T-shirts de promotion de ce film sorti il y a 3 ans. Ici cela prend une dimension subversive. Car les migrantEs sont des "êtres humains oubliés" comme l'écrit l'un d'eux, Yousif A. Haliem, dans son récit "Le voyage de la mort" (1).

Ici ils et elles affichent qu'ils et elles existent quand le pouvoir voudrait les nier.

Quelque chose a changé

A la différence des campements éphémères de ces dernières semaines, celui-ci tient depuis maintenant près de 3 semaines. Preuve d'un certain rapport de forces, il devient aussi le lieu d'un autre danger.

La mairie a installé des toilettes et fait même appel à des associations pour l'assistance au camp. L'enjeu n'est plus de détruire le camp mais d'éviter qu'on en parle. Sans espoir de sortie de la rue, alors que la fatigue, le jeûne du ramadan, la chaleur, l'extrême précarité de la rue exacerbent toutes les tensions, la lutte des migrantEs pourrait se perdre. Et l'inhumanité de leur traitement  redevenir atrocement banale, "oubliée". Alors, le campement pourra disparaître.

A la chasse a succèdé la tactique du boa constrictor, celle qui consiste à étouffer la lutte pour la détruire. Un des "anciens" du quartier, Bernard, s'est insurgé : "Nous ne sommes pas là pour la gestion de la misère. Il n'y a pas d'humanité possible sans subversion. Ce pour quoi on se bat c'est pour des droits". De nombreux migrants qui ont partipé à la lutte collective des premières semaines ont été disséminés dans des centres d'hébergement. Arrivant sur le campement des nouveaux pensent que c'est le gouvernement qui gère leur situation, qu'il suffit donc d'attendre.

Pendant ce temps...

Or ce qui n'a pas changé est la logique politique des autorités.

Pendant ce temps un texte est discuté au Sénat puis à l'Assemblée sur le droit d'asile. Ce qu'en dit la Coordination française pour le droit d'asile ? "La CFDA réitère ses inquiétudes quant à un discours politique teinté d’humanisme mais qui masquerait mal une politique du chiffre inavouée et des préoccupations de gestion des flux."(2)

Pendant ce temps les ministres de l'intérieur français et britannique ont décidé d'un fonds commun de 15 millions d'euros à Calais pour "sécuriser" les plages, le tunnel et le port, renforcer le mur de la honte.

Pendant ce temps, les portes d'entrée d'un immeuble vide, à 100 mêtres de la Halle Pajol, un ancien centre des impôts, ont été blindées. Des fois qu'il viendrait à l'idée des migrantEs que quand des êtres humains sont à la rue et qu'un immeuble est vide, la moindre "humanité" doit mener à l'investir.

Ce qui n'a pas changé

Ils le disent et le répètent à chaque réunion sur le campement : "Beaucoup sont mortEs, dans le désert, en Lybie, en Méditerranée. Nous avons traversé dans des barques, ne sachant pas si nous allions en sortir vivantEs. Et on nous demande encore si nous voulons rester ici ? Nous ne sommes pas là pour manger ou pour dormir. Nous voulons vivre. Nous voulons un lieu où nous serons ensemble pour faire nos démarches, obtenir notre régularisation." Une juriste du Gisti ajoute que leur lutte collective est aussi une nécessité pour la garantie de leurs droits à plus longue échéance. Car, même si ils et elles arrivent à entamer leur démarche de demande d'asile, au stade actuel 80% des demandeurs sont déboutés. Et parmi eux il y aussi des sans-papiers, des Tunisiens, des Algériens, des Guinéens, des Maliens...

Aux yeux de tous et toutes

Dans une étude récente, Atoine Picoud dénonce " l'absence de référence à l'idée de libre circulation" dans toutes les réflexions internationales : "Les politiques à l’égard des étrangers se caractérisent donc, encore aujourd’hui, par la « tyrannie du national » (Noiriel, 1991), c’est-à-dire par la prépondérance d’une approche fondée sur l’État et son droit souverain à contrôler la mobilité humaine."(3)

Ne reste comme logique du pouvoir que le développement d'une société du contrôle avec des moyens de plus en plus perfectionnés et répressifs qui affectent l'ensemble des rapports sociaux.

C'est cette logique que battent en brêche les migrantEs. Quand ils et elles s'affichent "aux yeux de tous", les migrantEs se battent aussi "au nom de tous et toutes". Contre un ordre qui déshumanise toute la société, détruit jusqu'à l'idée de solidarité. Revenir à l'indifférence serait consentir à cet ordre, accepter tous les reculs. Cela même à quoi les Grecs ont dit non.

Denis Godard - le 7 juillet

1- http://blogs.mediapart.fr/blog/la-chapelle-en-lutte/040715/le-voyage-de-la-mort-premiere-partie-par-yousif-haliem-soudan

2- http://cfda.rezo.net/loi%20asile/CFDA_Analyse_PJL_Asile_Final-7-04-15.pdf

3- http://ethiquepublique.revues.org/1749

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE