La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

312 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2017

De la maltraitance en milieu « civilisé »

Un homme d'origine Erythréenne a fait un tentative de suicide dans la rue mercredi dernier à Paris. Là-même où il dort, rue Pajol, comme un certain nombre d'éxilé-e-s et ce depuis plusieurs mois. L'anonymat et l'indifférence dans lequel cet acte a eu lieu, indifférence conjointe des pouvoirs publics et d'une partie de ses citoyens pousse les associations à mettre en mots ce cri d'alarme.

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De la maltraitance en milieu « civilisé »

© Marielle Durand pour Encrages

 
Ce mercredi 12 avril, un Erythréen présent depuis plusieurs mois rue Pajol, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, s'est tranché la gorge. Avec les moyens du bord : une bouteille cassée.

Il a été hospitalisé en urgence à l'hôpital Lariboisière, grâce à l’intervention d’un riverain.

Il dormait à la rue, comme tant d’autres, sans plus rien attendre des services de l’Etat.

C’est avec une infinie tristesse que nous accueillons cette sinistre nouvelle.

Mais surtout avec une grande colère.

Car, nous ne pouvons accepter que ce drame puisse se ranger dans l'indifférence générale dans la liste des faits divers que connaît quotidiennement la ville que nous habitons, Paris.

Dans le quartier de la Chapelle, à travers les petits déjeuners que nous distribuons, à travers des discussions impromptues au coin d’une rue, à travers des échanges que nous avons entre riverains, mais aussi avec des professionnels qui y travaillent, nous sommes témoins des conditions de vie délétères de nombre de migrants.

Ceux-ci vivent aujourd’hui (et, ce n’est malheureusement pas une nouveauté) une maltraitance administrative qui, de par les délais de traitement des dossiers, de par la saturation des structures, de par l’arbitraire qui préside, donne le sentiment d’avoir avant tout pour but de semer le désespoir et la confusion. Et que dire des mineurs, souvent à la rue, si souvent éconduits par les services administratifs, et qui n’arrivent pas à se formuler de projet, dans un pays qui leur semble désormais inhospitalier…

Ainsi, mais c’est peut-être le but non avoué de notre Etat, plusieurs personnes, menacées gravement dans leur pays, nous manifestent leur souhait (désabusé) de rentrer chez elles, découragées, désorientées. Ou d’aller chercher refuge ailleurs, dans un autre pays, alors qu’elles sont épuisées et sans plus d’économies.

D’autres nous confient leur égarement dans les méandres de notre administration.

D’autres encore sont renvoyées, sans état d’âme, après passage en centre de rétention, via la Norvège ou la Hongrie, si nécessaire.

Après des voyages très souvent pénibles et douleureux, l’arrivée dans notre pays, plutôt que de signer un apaisement, accentue les blessures, les humiliations et les incompréhensions face à un Etat qui terrorise et criminalise.

Car c’est bien de la responsabilité de l’Etat qu’il s’agit.

Nous avons rencontré nombre d’élus du XVIIIème, du XIXème, du Xème, de la Mairie de Paris, des responsables de maraudes, des acteurs associatifs, des membres d’ONG et nous sommes, quoi qu’il en soit, confrontés au même constat : l’Etat français « bloque ».

Les hébergements sont nettement insuffisants. Ceux qui existent sont souvent inadaptés, voire carrément indignes ! Les obstacles se multiplient. Les procédures sont nébuleuses et varient selon les régions de France.

L’Etat ne veut pas se donner les moyens de parvenir à répondre à minima aux attentes de personnes qui demandent refuge. Et il n’est même pas question d’une politique audacieuse ! En revanche, il sait se donner les moyens pour contraindre, empêcher, réprimer, faire disparaître !

C’est cette violence d’Etat que nous nous prenons en plein visage tous les jours, autour d’un café ou d’un thé, face à nos semblables, exilés, quand nous ne pouvons rien répondre à une question simple (parmi d’autres) : « House ? » Ou encore : « Papers ? »

C’est cette violence qui nous étreint quand nous essayons de penser comment nous allons pouvoir, avec eux, envisager l‘avenir autrement qu’avec la rage aux lèvres et les poings serrés dans les poches.


Quartiers Solidaires, Les p’tits dejs à Flandre, Encrages.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes