Propositions d'actions en confinement

Quatre propositions d'action concrètes pour soutenir les personnes pour qui le confinement se passe dans la rue ou derrière des barbelés

1°) Malgré l'aberration que constitue le maintien de l'activité des centres de rétention administrative (CRA) en pleine pandémie de COVID_19, le gouvernement ne cède pas.
Il nous faut donc coordonner une pression conjointe plus conséquente.
De fait, il n'y a plus de vols, les aéroport sont pour la plupart fermés et emprisonner des personnes pour défaut de document administratif était déjà tout à fait problématique mais c'est devenu objectivement absurde puisque les moyens de les expulser sont suspendus.
Par ailleurs, plusieurs cas de Coronavirus ont été déclarés en CRA et ni les retenus ni les policiers ne disposent de masques ni d'aucune forme de protection, sans parler de la distanciation sociale impossible à appliquer dans ces espaces.
Plusieurs associations ont donc demandé leur fermeture, en vain. Elles sont même allées devant le Conseil d'État... en vain.
L'ex-chiraquien Jacques Toubon, moins borné que l'ex-rocardien Christophe Castaner, demande également à nouveau leur fermeture, comme vous pouvez le lire ici :
https://www.defenseurdesdroits.fr/…/covid-19-le-defenseur-d…
Le député Eric Coquerel s'est rendu avec le maire-adjoint de Grigny Pascal Troadec au CRA du Mesnil-Amelot, au surlendemain d'une énième séquence de répression policière.
https://www.facebook.com/watch/?v=839205933268313
Il a ensuite adressé une question écrite au gouvernement, tout comme les sénatrices Esther Benbasa et Laurence Cohen et les députées Elsa Faucillon et Claudine Lepage. Mais leurs interventions n'ont pour l'heure été suivies d'aucun effet et Castaner s'entête dans sa position dangereuse au plan sanitaire, lamentable au plan moral et stupide au plan politique.
https://www.gisti.org/spip.php?article6370
Les CRA suivants restent donc actifs :
Lille Lesquin
Oissel
Mesnil-Amelot
Vincennes (malgré l'interdiction du tribunal administratif prononcée mercredi dernier d'y effectuer de nouveaux placements)
Metz
Lyon
Bordeaux
Nîmes
Toulouse (Cornebarrieu)
au total, près de 200 personnes y sont retenues dans l'hexagone
5 CRA sont également en activité en Outremer (mais je ne saurais vous dire lesquels, désolée)
Ayant lu que 104 sénatrices, sénateurs, députées et députés de diverses couleurs politiques demandaient, sur le modèle portugais, la régularisation des personnes dites "sans-papiers" au gouvernement :
https://actu.fr/…/coronavirus-104-parlementaires-demandent-…
Nous vous proposons de les pousser à exiger la fermeture immédiate des CRA en leur écrivant. Sachant que cette requête est largement plus facile à entériner sur un simple coup de fil que la régularisation, que nous réclamons bien entendu mais pas de manière provisoire, en ce qui nous concerne... Vous trouverez les adresses mails dans ce précédent post de blog (possibilité de faire des envois groupés). 

2°) Plusieurs centaines de demandeurs d'asile à la rue sont traqués par la police depuis le début du confinement dans un périmètre qui s'étend des portes de la Villette et d'Aubervilliers à Saint-Denis en passant par La Chapelle. C'est un cauchemar. Leurs tentes sont déchiquetées par la police, ils sont sans cesse réveillés au petit matin et sommés de se disperser, de se remettre en mouvement constant. Cette stratégie de harcèlement policier, décidée par les préfectures de Paris et du 93 épuise les personnes. Elle rend d'autant plus difficile les activités de maraude auquel vous pouvez participer. Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page facebook du collectif Solidarité migrants Wilson. Ce collectif pourra vous fournir une attestation de bénévolat pour votre autorisation de déplacement.
Si vous ne le voulez ou ne le pouvez pas, merci de contribuer à cette collecte à la hauteur de vos moyens. 100 % des dons sont dépensés en achats pour les personnes exilées sans-abris (tentes, produits d'hygiène, eau potable, etc) :
https://www.helloasso.com/associations/soutien-a-wilson

3°) Si, sous notre pression commune, la Mairie de Paris a enfin accéléré la réouverture des points d'accès à l'eau potable, il n'en va pas de même, loin s'en faut, concernant les sanisettes.
Ainsi, seules 140 sur 750 des toilettes "publiques" - dont le marché et la maintenance ont été confiés à JC Decaux dans les années 1980 (et dont l'utilisation n'est gratuite que depuis 2006) - sont ouvertes. Une grande partie des 3500 à 5000 personnes toujours sans-abris à Paris, est donc contrainte de faire ses besoins dans des sacs plastiques ou à même le sol, ce qui est d'abord particulièrement humiliant mais aussi totalement irresponsable de la part des pouvoirs publics, à fortiori quand on sait que les selles constituent un puissant vecteur de transmission du virus, puisque celui-ci y reste présent des semaines après l'arrêt des symptômes.
Malgré les 219 millions d'€ de bénéfices que JC Decaux a engrangés l'an dernier, la multinationale n'emploie que 5 personnes 5h par jour sur l'ouverture de sanisettes à Paris, et les concentre sur les quartiers les plus pauvres de la capitale, procédant ainsi à un autre moyen de ségréguer l'espace public.
Aussi demandons-nous à la Mairie de Paris :
1°) des comptes sur le marché attribué à JC Decaux, qui, en tant que contribuables, nous regarde.
2°) de contraindre JC Decaux à employer du personnel supplémentaire pour la réouverture immédiate de toutes les sanisettes dans tous les quartiers parisiens
3°) la réquisition IMMÉDIATE de toutes les chambres d'hôtels pour la mise à l'abri inconditionnelle de tous les sans-abris, avec une priorité pour les femmes, les mineurs, les personnes en situation de handicap mental et / ou physique
- Aussi demandons-nous à JC Decaux :
1°) d'employer immédiatement du personnel supplémentaire équipé du matériel de protection adéquat.
2°) d'installer urgemment des points d'hygiène et des toilettes réservés aux femmes, pour notre sécurité physique, psychologique et sanitaire.
Si vous pouvez donc continuer d'écrire et de tweeter la Mairie de Paris et JC Decaux, ce serait formidable.
Il en va de la dignité des personnes à la rue et de la santé de toutes et tous.
Voici les adresses électroniques :
Solidarité lutte contre exclusion / accueil réfugiés :
dominique.versini@paris.fr
lotfi.ouanezar@paris.fr
Lutte contre discrimination et droits humains :
helene.bidard@paris.fr
Environnement / eau :
celia.blauel@paris.fr
Santé :
anne.souyris@paris.fr
Espaces publics citoyenneté / environnement :
laurence.girard@paris.fr
estelle.ardouin@jcdecaux.com

4°) Lors de vos promenades, courses, joggings, trajets pour vous rendre au travail etc, quand vous croisez une fontaine ou une sanisette, s'il vous plaît, vérifiez si celle-ci fonctionne. Si tel n'est pas le cas, ce serait formidable si vous pouviez prendre le temps de : faire une petite vidéo pour prouver qu'elle ne marche pas,
écrire une attestation sur l'honneur avec l'adresse du point d'eau ou de la sanisette (ou de plusieurs sur une même attestation),
nous l'envoyer accompagnée de la vidéo et de votre pièce d'identité à l'adresse suivante : leopoldine.manach@gmail.com 

 

sickers réalisés par les étudiant·es de BTS design graphique 2e année au Campus Fonderie de l’image sickers réalisés par les étudiant·es de BTS design graphique 2e année au Campus Fonderie de l’image

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.