Journée mondiale des réfugiés. Paris s'invente une humanité, par M.L. Malric

Après avoir refoulé les migrants, la Ville de Paris fait de sa com sur leur dos, conviant certaines grandes associations ayant collaboré avec les autorités. Le "village des réfugiés", c'est l'histoire d'un Paris qui serait vraiment gentille avec l'humanité. Il y aurait des associations qui viendraient en aide à ceux qui arrivent jusqu'à nous, si démunis, si vulnérables, si fragiles ...

Les histoires, les belles histoires, l'humanité se berce de belles histoires depuis la nuit des temps, sans doute depuis que l'homme est homme. L'humanité a besoin de légendes, elle a besoin de penser qu'elle est digne, grande, bonne, juste, exemplaire, et pour ça tous les moyens sont bons.
En France par exemple on inscrit "liberté, égalité, fraternité," sur tous les frontons des mairies
Non pas que ce soient des valeurs qui existent, non, tu le sais, mais plutôt comme un horizon qu'il serait bon d'atteindre un jour, un horizon qui, s'il est commun, pourrait devenir concret un jour...

On se raconte des belles histoires, on a des héros, des Dieux, des messies, vraiment il suffit que tu prononces "il était une fois" pour que la bête se calme un temps.
Le politique c'est celui qui comprend cela, celui qui jouera le mieux de la flûte, du violon, du pipeau pour l'humanité.
On veut une "vision", un projet de société à long terme, on veut de l'espoir, on veut une belle histoire en somme.
A Paris, on est spécialiste des belles histoires, je t'assure, peut-être que c'est pour ça que c'est la capitale finalement.

Par exemple, mercredi sur la place de la République on va te raconter une belle histoire, et tu seras content, parce que c'est cela qui compte avant tout, être content. Tu seras content comme après trois verres de vin, ou un pétard ou n'importe quelle substance hallucinogène. Tu verras ce qu'ils ont appelé "le village des réfugiés".
Ca te raconte l'histoire de Paris qui serait vraiment gentille avec l'humanité. Il y aurait des associations qui viendraient en aide à ceux qui arrivent jusqu'à nous, si démunis, si vulnérables, si fragiles ...
Ca te raconterait l'histoire d'une ville solidaire, dans laquelle aucun gamin de 15 ans ne te fixe dans un tram à minuit et demi, jeudi dernier, avec du crack dans la main, qu'il brûle. Ca ne te racontera pas ton impuissance, ta peur, ses yeux brûlants, et finalement le crack qui brûle et tout le monde qui détourne le regard, et qui le laisse plus seul que mort, le fumer et disparaître du royaume des belles histoires. Il descendra porte de la chapelle, rejoindre les fantômes, il n'est pas encore détruit, il attendait qu'on l'arrête, il attendait qu'un adulte le sauve, il attendait une belle histoire.

Ce jour là, place de la République, on pourra voir toutes les associations payées par la Ville pour ne pas aller porte de la chapelle, pour ne pas tendre la main aux gamins, aux femmes, aux hommes. Elles seront toutes là, bien obéissantes et alignées comme leur sourire : la croix rouge en tête...au fait t'as déjà vu leur palais social en Suisse ?

Ensuite, un autre mercredi ensoleillé, on pourra raconter la belle histoire de ceux qui travaillent à 5H du matin pour laver les chiottes des starts up, qui dorment dans leur voiture, ou la belle histoire des retraités qui n'arrivent plus à vivre dignement. On fera pareil, un joli village rêvé place de la République où les gens viendraient témoigner pour raconter combien Paris est merveilleuse, et combien c'est formidable de vivre ici.
on aurait le stand des impôts, de l'Urssaf, des contrôleurs Ratp, des vigiles....
Les gens qui viennent actuellement s'installer à Paris, la nouvelle petite Sillicon Valley du 9 ème qui se crée, les investisseurs anglais qui achètent à grands coups de millions, tous ces gens ont besoin d'une belle histoire, et ils sont prêts à payer très cher pour ça.

Ce qui m'étonne encore c'est le degré de cynisme qu'il faut avoir pour inventer de telles histoires quand même... La journée mondiale des réfugiés .... sans déconner...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.