Les habitantes du quartier La Chapelle répondent au journal «Le Parisien», par F. Roy

Reprenant une campagne de stigmatisation des réfugiés orchestrée par les Républicains, un article du Parisien prétend que le quartier La Chapelle (18° arrondissement) serait dangereux pour les femmes. Les habitantes répondent dans une vidéo: le problème ce n'est pas les réfugiés, c'est votre propagande xénophobe qui salit notre vie de quartier !

Un article sorti dans le Parisien en fin de semaine affirme qu'une partie du quartier La Chapelle serait interdite aux femmes par la présence de trop nombreux hommes dans la rue, pour ne pas parler des réfugiés. L'article est immédiatement repris par les médias, comme RTL, France Info... Et vendredi 19 mai 2017 le collectif SOS La Chapelle, des élus LR et Valérie Pécresse se réunissent aux pieds du métro La Chapelle pour en appeler à l'intervention immédiate du nouveau gouvernement. Valérie Pécresse propose aussi une aide à la sécurité à tous ceux qui ont peur. Un budget sorti tout droit des caisses du Conseil régional d'Ile de France et dont la Mairie de Paris ne voudrait pas selon Mme Pécresse. Bref, le feu aux poudres.

Pourtant les habitantes ne reconnaissent pas leur quartier dans ces propos et "ne se sentent pas concernées".

Les femmes de la chapelle © F. Roy/ Salaam Quand même
Elles expriment être "mal à l'aise" non pas par la présence des migrants, qui sont discrets et plutôt protecteurs envers les femmes, mais vis à vis de cette polémique qui a pris une dimension nationale en quelques heures. Elles ne comprennent pas ce qu'elles nomment être une "manipulation" dont les visées sont "clairement politiciennes à l'approche des législatives", et dont les propos sont étonnement repris par tous les média sans contre-enquête.

 

Appel à mobilisation le 24 Mai à 18 heures, face au journal Le Parisien, 25 Avenue Michelet, 93400 Saint-Ouen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.