30 mai, FTOUR en soutien à la lutte des étudiant·e·s sans papiers

Rejoignez nous le 30 mai à l'EHESS occupée (Commune agitée de Raspail) dès 19 heures au 96 boulevard Raspail, 75006 PARIS pour un FTOUR de soutien aux étudiant-e-s sans papiers en lutte.

Au programme :

Prises de parole de collectifs de sans papiers
Atelier de rédaction de lettres au ministre de l'intérieur pour un dépôt le 8 juin à l'antenne du ministère de l'intérieur Porte de VIncennes.
Altelier pancartes en préparation de la manifestation du 8 juin

21h45 : FTOUR COLLECTIF (sans alcool)
------------------------------------------------------------------------------------------
En France, tou.te.s les étudiant.e.s étranger.e.s peuvent se voir privé.e.s d'un titre de séjour suite à une réorientation, un redoublement (y compris pour maladie) ou un problème administratif.

Pour nous, étudiant-e-s devenu-e-s "sans papiers", la régularisation est une mission quasi impossible.

Certaines préfectures refusent tout simplement d'examiner nos dossiers de régularisation affirmant qu'une telle procédure n'existe pas. En plus de ces refus de dépôt au guichet, quand on parvient à déposer une demande, on se retrouve soit sans réponse, soit avec une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) quasiment systématique.

Jusqu'en août 2017, la seule préfecture en Ile-de-France qui délivrait des titres de séjour aux étudiant.e.s sans papiers était celle de Paris. C'est donc dans cette préfecture que nous déposions nos demandes, même si nous n'habitions pas toutes et tous à Paris. Mais nous n'avions pas le choix.

Depuis août 2017, la préfecture de Paris nous réserve le même accueil que les autres : du mépris, des mensonges et, parfois, l'acceptation d'un dossier sans aucune preuve de dépôt ni récépissé, nous laissant sans recours en cas d'absence de réponse.

Questionné au Conseil de Paris sur les raisons de l'arrêt des régularisations, le préfet a répondu.

Il nous accuse d'être des "détourneurs de procédures".

Clip des détourneurs de procédure

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.