Après avoir été violemment expulsés de la place de la République, les migrantEs avaient appelé à un rassemblement le soir même. Plusieurs centaines de personnes dont des migrantEs venuEs de centres d'hébergement et de nombreux soutiens se sont rassemblés à 17h30 ce jeudi soir.

 © NJ © NJ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les migrantEs ont expliqué que tant qu'ils étaient à la rue et que leur situation ne serait pas régularisée ils resteraient à République, rappelant les promesses faites lors de l'évacuation du lycée Jean Quarré. Ils ont répété que même s'ils se faisaient chasser par la police ils reviendraient jusqu'à obtenir reconnaissance de leurs droits.

Des représentantEs de la CSP75 et du DAL sont intervenuEs pour dire que les causes des réfugiéEs, sans-papiers, mal-logéEs et sans-abris étaient communes.

Lorsque les centaines de présentEs sont partis en manifestation pour faire le tour de la place et se résinstaller à l'endroit où leur campement avait été détruit le matin, les CRS se sont déployés bloquant les issues.

Les migrantEs ont rappelé qu'ils resteraient là, appelant touTEs les soutiens présentEs à rester avec eux face à la police.

Les représentantEs du DAL ont averti les responsables de la police que les migrantEs étaient avec eux. Conjointement il leur a été dit que tant qu'une solution n'était pas trouvée les migrantEs ne quitteraient pas ce lieu. Alors que nous attendions une réponse des autorités... la police a tout simplement disparu laissant la place de la République aux manifestantEs.

C'est sous une ovation que l'installation d'un bâche a signalé la réinstallation du campement.

 © NJ © NJ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette victoire peut sembler dérisoire : aucun engagement des autorités n'a été pris et les migrantEs sont toujours à la rue. Mais elle montre ce que le courage et la détermination des migrantEs alliés à l'unité et la mobilisation de solidarité pourraient gagner.

Les migrantEs formeront un cortège dans la marche de la dignité et contre le racisme de ce samedi. Ils appellent à une manifestation lundi 2 novembre à 17H30 à partir de République.

Rien n'est gagné. Le combat continue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Notre Marche, celle de deux grands-mères en guerre contre la misère (et l'exclusion quelle qu'elle soit), pour la dignité des sans logis, des migrants et des réfugiés, arrivera à Paris le 28 novembre. Nous rejoindrons les 8000 tambours au Champs de Mars, et tous les autres mouvements alentours. Que les migrants tiennent bon, et nous rejoignent alors ! Nous sommes en ce moment à Villebéon, nous partons dans l'aprèm' pour Calais, puis Lille (RV le 7)...