La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

302 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2015

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Droit d’asile : la traite des êtres humains désormais considérée comme une persécution

Suite à une récente décision de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), la traite des êtres humains est désormais considérée comme une persécution. Cette décision, portant sur le cas d’une prostituée nigériane victime d’un réseau d’exploitation sexuelle, fait jurisprudence et pourrait permettre à un plus grand nombre de victimes de la traite d'obtenir l’asile en France.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à une récente décision de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), la traite des êtres humains est désormais considérée comme une persécution. Cette décision, portant sur le cas d’une prostituée nigériane victime d’un réseau d’exploitation sexuelle, fait jurisprudence et pourrait permettre à un plus grand nombre de victimes de la traite d'obtenir l’asile en France.

Le 24 mars dernier, suite à une cassation du Conseil d’État en juillet 2013, la CNDA s’est prononcée sur la demande d’asile de Mlle Joy A.B., une jeune femme nigériane originaire de l’état d’Edo et ayant été soumise à un réseau de traite des êtres humains  pendant plusieurs mois. La décision de la CNDA considère que la traite des êtres humains constitue une persécution au sens de la convention de Genève, et reconnaît qu'elle appartenait à un groupe social particulier lui permettant de se voir reconnaître la qualité de réfugiée.
Cette décision constitue une avancée majeure pour les centaines de victimes de la traite des êtres humains nigérianes issues de l’état d’Edo qui connaissent un même périple : au Nigéria, les réseaux de traite  leur proposent de les emmener en Europe et de leur offrir un travail, et les soumettent avant leur départ à une cérémonie rituelle « juju », où on leur fait prêter serment de rembourser une dette exorbitante. Une fois en Europe, ces jeunes femmes se retrouvent contraintes de se prostituer.
La CNDA considère que ces jeunes femmes, dès lors qu’elles engagent des démarches pour s’extraire du réseau de traite, s’exposent à de graves discriminations et menaces si elles devaient retourner dans leur pays d’origine. La décision de la CNDA considère que ces femmes partagent une histoire commune et que la société environnante porte sur elle un regard différent, ce qui constitue  un groupe social. Les discriminations et persécutions dont elles font l’objet sont liées à ce groupe social lié au genre, ce qui au regard d'une directive européenne, permet de leur reconnaître la qualité de réfugiée. 

La Cimade - qui était intervenue volontairement à l'appui du recours de Mlle A. B. aux côtés des associations des Amis du Bus des Femmes et d'IPPO, luttant concrètement contre la traite, - salue cette décision qui constitue la première application de la notion de genre pour les victimes de la traite des êtres humains. Au-delà, d'autres victimes de la traite des êtres humains pourraient se voir reconnaître, selon les spécificités du pays d'origine, la qualité de réfugié – notamment les personnes soumises à l'esclavage moderne, au travail forcé ou dans des conditions indignes. 

Aller plus loin :
Télécharger la décision de la CNDA

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez