Le Festival Migrant’scène se transforme en Migrant’screen !

Dans ce contexte de crise sanitaire, La Cimade résiste au confinement des esprits en maintenant le festival Migrant’scène en format online. Ainsi du 14 novembre au 6 décembre, des projections-débats et des conférences seront accessibles à tout le monde grâce à des plateformes digitales.

2020-visuel-migrantscene-image-facebook
En dépit du contexte actuel et du basculement en ligne d’une partie des évènements prévus, l’objectif du festival Migrant’scène reste inchangé. A savoir : offrir des moments de rencontres et d’échanges pour favoriser le dépassement de nos préjugés et la compréhension des phénomènes migratoires dans toute leur complexité.

Cette version transformée et innovante du festival offre de nombreux avantages. Ces rencontres en ligne permettront à un grand nombre des personnes d’y participer. Avec ce nouveau format, nul besoin de se déplacer de son domicile pour accéder à des événements organisés à l’autre bout de la France. Migrant’screen, c’est l’occasion de passer des soirées riches de sens, l’occasion aussi de faire front à l’isolement et de renforcer le lien social pendant cette période difficile.

Avec la thématique « Résistance(s) » comme fil rouge de cette édition 2020, les différents événements partagés en ligne informeront sur les réalités vécues par les personnes étrangères, interrogeront sur la place qui leur ait faite et sur le modèle de société que cela implique. « Le festival Migrant’scène est le fruit d’un travail de construction collective de toute une année insiste Elsa Lauga-Moulédous coordinatrice nationale du festival et des actions de sensibilisation de La Cimade. C’est un moment clé pour notre association, pendant lequel les bénévoles vont à la rencontre d’un public varié et de tout âge. C’est essentiel de le maintenir en dépit des circonstances, d’où notre choix de ce format en ligne ».

Car face à la détérioration de la situation des personnes étrangères et à la montée en puissance des amalgames, La Cimade mise pleinement sur les actions de sensibilisation comme le festival Migrant’scène, pour résister à la banalisation des discours racistes et à la violation des droits humains. Il y a urgence à contrer le regain de haine concrétisé par la montée des mouvements xénophobes et d’extrême droite. Urgence à remettre en cause les politiques migratoires dites pragmatiques, alors qu’elles sont aussi absurdes qu’inhumaines.

annonce-jour-j-projection-samedi-14-nov
Au menu, Le samedi 14 novembre à 17h, projection du documentaire Qu’as-tu fait de ton frère ? Madeleine Barot et La Cimade de Véronick Beaulieu Mathivet. Cette projection sera suivie d’un débat avec la réalisatrice Véronick Beaulieu Mathivet, Henry Masson, président de La Cimade, et Geneviève Jacques, ancienne Présidente et ancienne Secrétaire générale de La Cimade.
Je m’inscris pour cette projection


Le mercredi 18 novembre à 19h30
, projection du documentaire Just kids de Mathias Pardo. Cette projection sera suivie d’un débat avec des membres de l’équipe du film et Violaine Husson, responsable nationale des questions Genre et Protections à La Cimade.
Je m’inscris pour cette projection

Le samedi 21 novembre à 17h, projection du documentaire Je m’anime pour mes droits de Ludovic Versace. Projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur, Ludovic Versace, et Clara Pichon, chargée de médiation et d’accompagnement des familles de culture Rom à La Cimade à Montpellier. Plus d’une vingtaine d’événements sont ainsi programmés sur des plateformes digitales.
Je m’inscris pour cette projection

Pour consulter toute la programmation 2020 rendez-vous sur le site du festival https://www.migrantscene.org/

La Cimade est une association de solidarité active depuis 1939, La Cimade agit pour les droits et la dignité des personnes réfugiées et migrantes grâce à un mouvement de 2 500 bénévoles engagé·e·s dans 91 groupes locaux et 127 salarié·e·s. Présente en métropole et en Outre-mer, La Cimade a accompagné et défendu plus de 110 000 personnes étrangères en 2019, et intervient en centre de rétention et en prison. En 2019, elle a hébergé plus de 290 personnes exilées dans ses centres de Béziers et Massy. Et son centre de soins à Montpellier a suivi 171 patientes et patients.

logocimade-800px

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.