La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

294 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 mars 2018

Mayotte: quelques vérités utiles à rappeler

La crise actuelle à Mayotte est avant tout liée aux manques d’investissements de l’Etat dans les services publics. La Cimade dénonce les amalgames faciles et les contre vérités, et restera vigilante sur l’application des accords entre le gouvernement et le mouvement social.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les problèmes d’insécurité sont réels à Mayotte, et nous exprimons notre solidarité envers toutes les personnes victimes d’agressions. Cependant, les affirmations reliant violences et immigration ne reflètent pas la complexité de la situation sur l’île.
Face aux mesures négociées entre le gouvernement et les représentants du mouvement social, La Cimade restera vigilante pour s’assurer que les droits des personnes étrangères présentes à Mayotte ne soient pas sacrifiés sur l’autel de solutions de court terme et démagogues.

Un département en souffrance faute d’investissements publics suffisants et d’application du droit commun

Il faut rappeler que les difficultés du département sont essentiellement d’ordre socio-économique, avec 84% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, sans distinction de nationalité. Mayotte est le département français le plus pauvre, et pourtant le coût de la vie y est plus cher qu’en métropole. Mayotte est le département où l’Etat investit deux à trois fois moins dans la santé et l’éducation par rapport à la métropole.
Mayotte souffre d’un sous-investissement en matière de services publics : il n’existe qu’un seul centre hospitalier, celui de Mamoudzou, avec des antennes dispersées sur le territoire, et les services de santé manquent cruellement de moyens.

Renforcer les forces de l’ordre est une chose, mais augmenter le nombre de personnels médicaux et d’enseignants serait une solution bien plus pérenne. Récit de Mayotte sur les enjeux d’éducation.

Mayotte est également un département où les lois françaises ne s’appliquent pas de la même manière, notamment en termes de droits sociaux : il n’y a ni  couverture maladie complémentaire servie par l’assurance maladie, le RSA est deux fois moins élevé qu’en métropole… pour toutes et tous, le système est dérogatoire à bien des niveaux.

Des personnes étrangères légalement installées malgré un parcours semé d’embûches

Si 40% de la population est étrangère à Mayotte, plus de la moitié est en situation administrative régulière. A Mayotte donc, étranger ne signifie pas être dans l’illégalité, malgré les affirmations péremptoires de responsables locaux et nationaux qui alimentent ces fantasmes sur « l’invasion » et l’explosion des flux migratoires. Les rapports de l’INSEE montrent que les flux migratoires et la part de personnes étrangères sont relativement stables entre 2012 et 2017. Par ailleurs, si certaines personnes restent en situation irrégulière pendant des années, c’est surtout parce qu’il est très difficile d’obtenir un titre de séjour, quelle que soit l’intensité ou l’ancienneté des liens avec l’île. Certains critères restrictifs de régularisation n’existent dans aucun autre département français, notamment pour les jeunes majeurs. Les démarches en préfecture sont extrêmement laborieuses et durent au moins un an voire plusieurs années. Des centaines de jeunes d’origine étrangère présents à Mayotte depuis des années ne peuvent pas entamer leurs études universitaires en l’absence de titre de séjour.

Sans papiers, aucune protection sociale à Mayotte : même l’aide médicale d’Etat, levier essentiel de santé publique dans tous les autres départements français, n’existe pas. Avec papiers, on reste dans l’infra-droit : pas de possibilité de se rendre dans les autres départements sans demander un visa. Sauf si l’on dispose d’une carte de résident de 10 ans, mais celle-ci étant soumise à un critère de ressources, le taux de pauvreté de l’île ne permet qu’à un nombre infime de personnes d’y accéder.

Les personnes étrangères sont également victimes de l’insécurité, et la violence dans les quartiers les plus pauvres. Enfin, il est important de rappeler la réalité d’un parcours migratoire très dangereux puisque, au large de Mayotte, en 20 ans, au moins 12 000 personnes sont mortes noyées en tentant de faire la traversée depuis les Comores.

Face aux enjeux réels auxquels fait face Mayotte, La Cimade plaide pour :

  • Un développement durable du département, et une coopération qui profite véritablement au développement de la région ;
  • Permettre une régularisation des personnes étrangères présentes dans le département ;
  • Supprimer les régimes dérogatoires pour toutes et tous et aligner la législation applicable à Mayotte sur le régime de droit commun ;
  • Investir dans la santé et l’éducation pour toutes les personnes habitantes de l’île.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI