La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

294 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mai 2021

Les jeunes nous interpellent !

Des jeunes étrangers et étrangères confié·e·s à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) nous interpellent sur les pratiques arbitraires et abusives des préfectures pour les empêcher d’accéder à un titre de séjour.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mineur·e·s protégé·e·s
Majeur·e·s expulsé·e·s

Les enfants mineur·e·s étrangers et étrangères confié·e·s à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) doivent faire leurs démarches pour une demande de titre de séjour dans l’année qui suit leur 18ème anniversaire. C’est la loi.

Les personnes étrangères rencontrent d’importantes difficultés pour demander un titre de séjour. Nombre de préfectures ont rendu l’usage du numérique obligatoire pour l’accès au séjour, mais sans rendez-vous disponibles. Les jeunes essuient souvent des refus guichet, font face à l’impossibilité d’accéder à un rendez-vous en préfecture ou se voient demander des pièces qui ne sont pas légalement requises.
Lorsqu’ils et elles réussissent enfin à déposer leur dossier complet, les jeunes se heurtent à une autre difficulté, et pas des moindres : le pouvoir d’appréciation de la préfecture.

De nombreux jeunes interpellent La Cimade pour dénoncer les pratiques employées par les préfectures pour les empêcher d’accéder à un titre de séjour car ils et elles sont aujourd’hui des centaines en France à attendre leurs 18 ans avec effroi sachant que l’État n’hésitera pas à les expulser.

Sans régularisation, c’est une vie précaire et vulnérable qui les attend.

Du 19 au 26 mai, La Cimade se fait le relais de la voix de ces jeunes en partageant leurs messages sur les réseaux sociaux et ce dans un seul objectif : exiger la régularisation large et pérenne de toutes et tous.

A travers leurs témoignages écrits, audio ou vidéo, vous découvrirez un florilège de motifs de refus de titres séjour autant abusifs qu’ubuesques, preuve d’un acharnement administratif et d’une volonté de ne pas accompagner les jeunes anciennement confié·e·s à l’ASE et de les laisser dans l’insécurité.

Au palmarès des prétextes, ils·elles dénoncent notamment :

  • La remise en cause de leur état civil
  • L’existence de liens avec le pays d’origine
  • Le défaut d’appréciation de leur intégration
  • Une intégration professionnelle empêchée

 Portons la voix des jeunes !

Dès le 19 mai, retrouvez les témoignages des jeunes confié·e·s à l’ASE sur nos comptes Twitter, Facebook et Instagram et partagez les à vos proches accompagnés du hashtag : « #LibertéEgalitéRégularisez »

Il faut que cela cesse : régularisons les jeunes confié·e·s à l’Aide sociale à l’enfance !

Rejoignez notre combat pour une régularisation large et pérenne de toutes et tous, y compris les enfants étrangers confié·e·s à l’ASE en signant notre pétition :
https://www.lacimade.org/agir/nos-petitions/liberteegaliteregularisez/

Allez plus loin

Pour tout comprendre sur le parcours du combattant auquel sont confronté·e·s les jeunes confié·e·s à l’Aide sociale à l’enfance dans l’accès à un titre de séjour, rejoindre et relayer les actions de soutien lancées par les acteurs et actrices de la société civile, consultez notre page dédiée aux jeunes mineur·e·s de l’ASE :
https://www.lacimade.org/protegeons-les-jeunes-en-danger-avec-un-titre-de-sejour-stable-et-perenne/ 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum