La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

296 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2016

La répression de la solidarité doit cesser !

Le tribunal de grande instance (TGI) de Nice juge aujourd’hui Pierre-Alain Mannoni pour avoir porté assistance à trois réfugiées érythréennes dans la vallée de la Roya. Il les a prises en stop le 17 octobre dernier alors qu’elles souhaitaient consulter un médecin. Pierre-Alain a simplement porté assistance à des personnes vulnérables en danger.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Nice juge aujourd’hui Pierre-Alain Mannoni pour avoir porté assistance à trois réfugiées érythréennes dans la vallée de la Roya. Il les a prises en stop le 17 octobre dernier alors qu’elles souhaitaient consulter un médecin. Pierre-Alain a simplement porté assistance à des personnes vulnérables en danger.
Pour son geste citoyen et solidaire, Pierre-Alain Mannoni aura subi une garde à vue de 36 heures, une perquisition et un contrôle judiciaire avant de se retrouver sur le banc des accusés d’un tribunal correctionnel.
Que lui reproche-t-on ? « Aide à l’entrée ou au séjour irrégulier », un délit puni par l’article L.622-1 du Ceseda. Cet universitaire de Nice-Sophia-Antipolis risque cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende pour avoir pris dans sa voiture trois jeunes femmes en détresse. Le gouvernement et l’institution judiciaire entendent donc pénaliser un citoyen solidaire comme s’il était membre d’un réseau criminel de passeurs.
Et pourtant, l’État ne souhaite en aucun cas porter assistance et secourir les personnes migrantes de la vallée de la Roya. Bien au contraire, cette frontière entre la France et l’Italie est  complètement contrôlée depuis juin 2015 et le gouvernement s’efforce de refouler avec zèle, et bien souvent en toute illégalité, tous les exilés qui tentent de rejoindre le nord de l’Europe. Les contrôles au faciès sont quotidiens et les mineurs non accompagnés ne sont pas épargnés par les forces de l’ordre qui les ramènent en Italie illégalement. Ces pratiques discriminatoires forcent les personnes en urgent besoin de protection à prendre des risques énormes, souvent au péril de leurs vies, pour continuer leur route.
Le cas de Pierre-Alain Mannoni n’est pas isolé. Des réseaux de citoyens solidaires se développent dans la vallée de la Roya. En 2015, Claire, une universitaire à la retraite était déjà condamnée par le TGI de Grasse à 1 500 euros d’amende pour avoir accompagné deux jeunes érythréens de 15 et 22 ans à la gare d’Antibes. Un autre procès pour délit de solidarité prévu aujourd’hui, celui de Cédric Herrou, a été reporté en janvier. Plusieurs personnes de l’association Habitat et Citoyenneté ont été inquiétées dont  un travailleur social arrêté et placé hier en garde à vue. La répression des personnes solidaires des migrants s’accélère. Elle doit cesser immédiatement.
La Cimade apporte son soutien à Pierre-Alain Mannoni et à tous les citoyens solidaires qui assistent les personnes migrantes dans la vallée de la Roya et ailleurs. Alors que la France et l’Europe laissent mourir les migrants dans la mer Méditerranée par milliers, à Calais ou à la frontière franco-italienne, il est temps que le gouvernement français concentre ses forces dans une politique d’accueil et de solidarité plutôt que de réprimer les initiatives individuelles ou collectives qui pallient ses défaillances.

Pour aller plus loin :
> Non à la criminalisation de la solidarité ! La lettre ouverte de 682 universitaires.
> Le témoignage de Pierre-Alain Mannoni.
> Le témoignage de Cédric Herrou.
> La page relative au « délit de solidarité » sur le site du Gisti.
Les trois pétitions en cours :
> Tous avec Pierre-Alain !
> Pétition de soutien des acteurs culturels à l’action humanitaire et solidaire des habitants de la Roya (Alpes-Maritimes, vallée alpine à la frontière franco-italienne)
> Solidarité avec les citoyens solidaires des réfugiés !
La cagnotte mise en place pour soutenir les frais de justice de Pierre-Alain Mannoni.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND