La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

283 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2021

Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité

Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous pensons d’abord à ses vies fauchées, à la douleur des familles et des proches des personnes décédées.

 Ces morts sont la conséquence la plus dramatique, la plus grave et la plus insupportable de la politique de non-accueil menée depuis 30 ans à la frontière franco-britannique et des situations de violences et de précarité auxquelles sont exposées les personnes bloquées sur le littoral nord français.

La grève de la faim – action qui peut sembler extrême – menée durant 37 jours par Anaïs et Ludovic, illustre aussi l’impuissance et l’exaspération des citoyens solidaires face à la répétition permanente des mêmes réponses déshumanisantes et sans issue, face à la violence d’une frontière militarisée et externalisée, face à l’absence de dialogue avec les autorités pour rompre avec ce cycle infernal de violences et changer enfin de paradigme.

Car ces drames ne sont pas nouveaux. Et ils pourraient être évités !

Les autorités accusent les « passeurs » d’être responsables mais ces déclarations cachent en réalité très mal les responsabilités de la France et du Royaume-Uni dans les drames à cette frontière, comme celles de l’Union européenne et des Etats membres dans les tragédies qui se jouent chaque jour aux frontières internes et externes de l’Union Européenne.

Car les disparitions et décès aux frontières ne sauraient être uniquement attribués à des « passeurs sans scrupule » ou des « personnes inconscientes des risques ». L’Union européenne et ses États membres doivent prendre la mesure des conséquences de leurs politiques migratoires. C’est le durcissement de la règlementation, la sophistication des contrôles aux frontières qui, en rendant le franchissement des frontières toujours plus difficile, sont à l’origine de ces traversées dangereuses et des décès et disparitions qui en découlent.

 Il est urgent de remettre en cause le traité du Touquet et le protocole additionnel de Sangatte. C’est une exigence que portent de nombreuses associations, ainsi que la Commission nationale consultative des droits de l’homme, depuis plusieurs années.

 Des moyens très importants sont consacrés à financer l’érection de barrières physiques, juridiques et technologiques ainsi que la construction de camps sur les routes migratoires, moyens qui seraient plus utiles pour accueillir dignement les personnes bloquées aux frontières, d’examiner avec attention et impartialité leurs situations et assurer le respect effectif de leurs droits.

Nous appelons à un changement radical des politiques migratoires, dans une Europe solidaire, accueillante, protectrice des droits humains et de la dignité des personnes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé