L'étranger, bouc émissaire idéal - lettre ouverte aux candidat.e.s aux élections régionales d’IdF

La perspective des élections régionales a exacerbé et focalisé le débat public sur la sécurité. L’assimilation entre immigration, terrorisme et sécurité, figure classique de la rhétorique des partis d’extrême droite, contamine de plus en plus les débats politiques. Et « l’étranger » est comme toujours « le bouc émissaire idéal ».

Dans un pays de plus en plus fracturé, la crise sanitaire a creusé les inégalités sociales et fragilisé davantage les personnes les plus démunies, françaises  et étrangères.

Les mesures prises par le gouvernement depuis le début de la pandémie ont aggravé la précarité et la situation des personnes étrangères (perte des droits fondamentaux dont le travail, généralisation des procédures dématérialisées, contrôles policiers accrus…).

Alors que la plupart de ces personnes ont assuré des services indispensables pendant les confinements et travaillent dans des secteurs d’activités essentiels.

Cette situation s’est ajoutée au durcissement, réforme après réforme, de l’accès aux droits pour les personnes étrangères et a conduit à des situations inhumaines.

La Cimade, association qui, depuis 80 ans, agit pour la défense des droits et de la dignité des personnes étrangères, dénonce fermement cette instrumentalisation à des fins politiques.

Elle milite pour un accueil digne et sans discrimination des personnes exilées et lutte contre la xénophobie et le racisme.

La région Ile-de-France, avec plus de 14% de personnes étrangères (INSEE – 2017) a un devoir d’hospitalité et doit répondre aux besoins vitaux de sa population. Elle a une responsabilité particulière en matière d’accueil, d’intégration et de protection des personnes exilées.

A ce titre, pendant la mandature précédente (1998 – 2015) la Cimade avait reçu le soutien de la Région pour le développement de projets d’accompagnement de ces personnes. Depuis 2015 ces financements ont été supprimés alors que les sollicitations et les besoins augmentent.

La mobilisation et la coopération entre les instances régionales, les acteurs sociaux et les associations qui agissent sur le terrain, sont essentielles pour défendre et maintenir la cohésion sociale sur notre territoire.

 

A l’approche de ces élections, la Cimade Ile-de-France vous demande de vous engager concrètement et de rendre publiques vos positions sur les revendications suivantes :

  • Participer au financement de centres d’accueil d’urgence, conformément à la promesse du président Macron « Personne à la rue, français ou étranger »
  • Se réengager fortement dans le financement de logements sociaux pour les personnes étrangères, le droit au logement étant un droit fondamental.
  • Faciliter l’insertion professionnelle des personnes exilées quel que soit leur statut : aide à la recherche d’emploi, accès au travail, ouverture des missions locales aux jeunes migrant.e.s sans papiers.
  • Multiplier les lieux publics d’accès à Internet, la dématérialisation étant un facteur supplémentaire de discrimination pour accéder à ses droits
  • Intervenir aux côtés des départements pour mettre à l’abri les mineur.e.s non accompagné.e.s. Rendre effective leur scolarisation. Soutenir le principe de la présomption de minorité.
  • Donner les moyens de scolariser les mineur.e.s de plus de 16 ans dans les lycées, les filières de formations et de contrats d’apprentissage. Cette étape est indispensable pour l’obtention d’un titre de séjour.
  • Développer l’apprentissage du français pour tous, quel que soit leur statut, et financer l’ouverture dans les lycées de classes pour les élèves allophones.
  • Rétablir la réduction de 75% (au lieu de 50%) sur le Pass Navigo pour les personnes étrangères bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat.
  • Développer des lieux d’information et d’accès aux soins sur l’ensemble des territoires de la région. Assurer une vaccination contre le Covid 19 pour les personnes sans couverture sociale.
  • Multiplier les lieux d’accueil d’urgence pour les femmes victimes de violences
  • Soutenir les actions de sensibilisation pour déconstruire les préjugés xénophobes et racistes.
  • Soutenir les artistes venu.e.s d’ailleurs qui puisent dans leur expérience de l’exil les ressorts de leur création, le croisement des cultures et des arts ayant de tous temps irrigué et enrichi notre patrimoine national.
  • Adhérer à l’ANVITA (Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants) qui œuvre pour une politique d’accueil inconditionnelle des exilé.e.s et pour l’hospitalité sur nos territoires.

Nous restons à votre disposition pour recueillir vos réponses
Bien à vous

Laurence Fabart – Isabelle Enjalbert
Co-présidentes de la Cimade IdF

Contact poste-idf@lacimade.org

logocimade-800px

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.