La Parisienne Liberee
voix de presse
Pigiste Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2014

La Parisienne Liberee
voix de presse
Pigiste Mediapart

La mission sans lettre

Samedi dernier sur Radio Béton, Jean-Patrick Gille, le médiateur nommé pour chercher une issue au conflit avec les intermittents, a fait cet aveu surprenant : « Le gouvernement n'a pas été en capacité d'écrire ma lettre de mission donc je me l'invente à moi-même ».

La Parisienne Liberee
voix de presse
Pigiste Mediapart
© 


 
Dès sa nomination, Jean-Patrick Gille avait immédiatement annoncé la couleur sur le plateau de France 3 Centre :
« Sûrement que ma mission est de faire baisser la tension. Pour autant ma mission n'est pas celle vraiment d'un médiateur parce que médiateur voudrait dire conflit ».


Mais si le médiateur n'est pas vraiment médiateur, qu'est-il ? Quelle est l'intitulé exact de sa mission ?
Hypothèses
Manuel Valls a certes défini quelques axes de travail, énoncés dans un communiqué lors de l'annonce de sa nomination. Mais ensuite, comment ces grandes orientations ont-elles été transcrites dans la lettre de mission ?
Les ministres de la culture et du travail ont-il écrit noir sur blanc : « Cher député, votre mission sera de faire baisser la tension et de nous servir de caution morale pour rendre socialement acceptable une réforme injuste de l'assurance chômage » ? On n'écrit pas ces choses-là. On ne les dit même pas à l'intéressé, on se les glisse dans un couloir entre gens de bonne compagnie : bah, tu n'as qu'à confier une mission à un député, ça nous fera gagner du temps...
Ou bien est-ce que sa lettre dit plus franchement : « Cher député, votre mission sera d'être décrédibilisé auprès des acteurs de la culture, du public des festivals et des travailleurs précaires à la place du gouvernement lorsque que l'agrément de la convention d'assurance chômage sera signé» ? Dans ce cas, Jean-Patrick Gille aurait été bien dévoué d'accepter. Il aurait payé cher une gloire politique éphémère, tout en participant à la mise en place d'une réforme dont il sait pertinemment qu'elle n'est pas une bonne solution. Je doute qu'il ait signé une telle mission fusible.
Eh bien non, rien de tout ça.
Car la réalité la voilà : le gouvernement n'a pas réussi à écrire la lettre de mission de Jean-Patrick Gille.
Incapacité gouvernementale
C'est lui-même qui le dit, samedi 14 juin sur l'antenne de Radio Béton dans l'émission Des Ô et Débats (vers 1'13'00) :
« Moi je me fixe deux missions, parce que finalement le gouvernement n'a pas été en capacité d'écrire ma lettre de mission, donc je me l'invente à moi-même ».


Après être tombée de ma chaise en entendant ça, je suis remontée dessus en me frottant la tête. Et quelques réflexions me sont venues à l'esprit que j'aimerais partager avec vous.
Tout d'abord, que s'est-il passé au sein du gouvernement qui aurait pu le mettre hors de «capacité» d'écrire cette lettre de mission ? Est-ce que les positions d'Aurélie Filippetti et François Rebsamen sont à ce point divergentes qu'il n'est pas possible de trouver une formulation commune ? Cela est envisageable, surtout quand on voit qu'Aurélie Filippetti est finalement plutôt favorable au non-agrément de l'accord du 22 mars tandis que François Rebsamen s'estime "tenu d'agréer" (au passage : étrange formulation, car dans ce cas on se demande à quoi sert le processus d'agrément).  Bref, au fond Jean-Patrick Gille n'a-t-il pas accepté une mission de médiation entre le ministère de la Culture et celui du Travail? Dans ce cas, on comprend que cela soit délicat à écrire noir sur blanc.
Mais au fait, comment cela est-il seulement possible ? Est-ce que la lettre n'existe matériellement pas ? Est-ce qu'il y a écrit dessus : « Bonjour Monsieur, nos ministères vous confient une mission d'information, vous nous rendrez vos propositions dans 15 jours» ?  Dans tous les cas : comment Jean-Patrick Gille a-t-il pu accepter une mission alors que le gouvernement n'est pas en capacité de lui dire officiellement en quoi elle consiste ?
C'est enfin et surtout une lourde inconséquence de l'exécutif : comment imaginer qu'on puisse confier une responsabilité aussi brûlante que celle d'éviter l'annulation des festivals d'été à un député de bonne volonté, en le laissant libre de "s'inventer" sa mission ?


---------------------------------------------
Edit 17.06.14

Dans un tweet posté ce matin, Jean-Patrick Gille résume ainsi la (sa) situation :

© 


------
Merci à Radio Béton d'avoir mis en place un système de rediffusion pour permettre à tout le monde de réecouter l'intégralité de cette émission (disponible ici). J'avais suivi une grande partie du direct samedi, mais parmi la quantité des choses dites, la remarque de Jean-Patrick Gille sur sa non-lettre de mission m'avait échappée.
Crédit photo : Radio Béton

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report