La Parisienne Liberee

voix de presse

Sa biographie
Chroniqueuse-chanteuse d'actualité depuis mars 2008, j'ai d'abord publié mes chansons de manière indépendante sous forme de clips vidéos sur internet et sur scène. Je les ai ensuite interprétées en direct sur le plateau d'Arrêt sur images, avant de rejoindre Mediapart en octobre 2011.
Son blog
205 abonnés Le blog de La Parisienne Liberee
Voir tous
  • «Sur les toits» de Nicolas Drolc

    Par
    Au début des années 70, d'importantes révoltes ont eu lieu dans les prisons françaises. Nicolas Drolc a réalisé un film qui raconte ces mutineries à Toul et Nancy, avec de nombreuses images d'archives et un récit très rythmé. Paru en 2014, ce film est désormais en accès libre.
  • Rennes, laboratoire de l’ordre en marche?

    Par
    Interpeller sept manifestants contre lesquels un motard de la police nationale avait braqué son pistolet, menotter deux témoins à l'issue d'une audience : en ce moment, la police et la justice rennaises ne manquent pas d'imagination.
  • Appel à solidarité avec Nuriye et Semih

    Par
    Nuriye Gülmen est chercheuse en littérature comparée, Semih Özakça est instituteur. Ils ont été licenciés par décret dans le cadre des purges opérées en Turquie par Erdoğan. Après 66 jours de grève de la faim, ils sont aujourd'hui dans un état critique.
  • EDF et la panne générale

    Par
    belleville3
    Je m’appelle Astrid et je présente la météo nucléaire. Ce n’est pas de tout repos, mais comme le nucléaire est une énergie sûre et peu chère, je suis motivée. Par contre, ce matin, j’ai eu un coup au cœur : huit de mes réacteurs ont été victimes d’une mystérieuse «panne» dans la nuit.
  • Les containers de la honte

    Par
    Le nouveau camp de containers de Calais © AP/SIPA Le nouveau camp de containers de Calais © AP/SIPA
    Présenté comme « humanitaire », le nouveau camp de Calais est entouré d’un enclos, vidéo-surveillé, contrôlé par un système biométrique, sans eau, ni douche, ni possibilité de cuisiner. Les réfugiés disent qu’il ressemblent à une prison et beaucoup refusent d’y aller. Ils ont raison : derrière ces rangées de containers chauffés se dessine un piège sécuritaire.