Brésil: avec RSF, Mediapart soutient The Intercept

Le journal d’investigation en ligne The Intercept Brasil a fait l'objet d'une vague d'attaques et de menaces suite à une enquête sur le scandale de corruption Lava Jato. Aux côtés de 26 médias et organisations de défense de la liberté de la presse, Mediapart apporte son soutien à The Intercept et demande aux autorités brésiliennes de respecter la protection du secret des sources, garantie par la Constitution.

Les 26 organisations de défense de la liberté de la presse, des droits de l’Homme et les médias cités ci-dessous condamnent avec la plus grande fermeté la vague d'attaques et les menaces dont fait l’objet la rédaction du journal d’investigation en ligne The Intercept Brasil. Nous demandons aux autorités brésiliennes de veiller au strict respect de la protection du secret des sources, garanti par la Constitution.

Les menaces et attaques ont commencé à partir du 9 juin 2019, suite à la publication par The Intercept Brasil du premier volet d’une série de reportages dénonçant des irrégularités apparentes dans l’enquête sur le scandale de corruption Lava Jato, l’un des plus importants de l’histoire du Brésil. Pour publier ces révélations, basées sur des documents obtenus d’une source anonyme, The Intercept Brasil a noué un partenariat avec plusieurs médias brésiliens, dont le quotidien Folha de São Paulo et le magazine Veja.

Depuis, les membres The Intercept Brasil, et en particulier le fondateur du site, Glenn Greenwald, ont été la cible d’innombrables insultes, dénonciations calomnieuses et de menaces de mort, étayées par des fausses informations visant à décrédibiliser le travail de la rédaction, sur les réseaux sociaux notamment. Le cas de The Intercept Brasil est symbolique et symptomatique des difficultés rencontrées par l’ensemble des journalistes qui enquêtent sur des sujets sensibles au Brésil, où les campagnes d’intimidations et de persécution contre la presse sont devenues fréquentes.

Nous, signataires du présent appel, considérons que les tentatives de déstabilisation et les atteintes à la crédibilité de The Intercept Brasil et ses partenaires, quelque soit leur provenance, constituent une grave menace pour la liberté d’information. Elles visent non seulement à détourner l’attention du public sur le contenu des révélations, mais surtout, elles renforcent un environnement de travail de plus en plus hostile pour la presse, et plus particulièrement pour le journalisme d’investigation.

Nous rappelons que l’Etat brésilien a la responsabilité de garantir la protection des journalistes, et d’enquêter sur ces graves menaces reçues par les journalistes de The Intercept Brasil et leurs partenaires.

La liberté de la presse et d’information sont les piliers de la démocratie, elles transcendent les clivages politiques et doivent à tout prix être protégées et garanties.

Signataires : 

capture-d-ecran-2019-08-01-a-12-01-41

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.