La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

546 Billets

29 Éditions

Billet de blog 2 sept. 2018

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Péril en Inde

Des arrestations d’avocats, de responsables d’ONG et de militants des droits humains ont eu lieu cette semaine en Inde. Shaj Mohan et Divya Dwivedi dénoncent la répression des voix dissidentes menée par le parti nationaliste hindou au pouvoir, le BJP.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

À l’approche des élections indiennes de mai 2019, la pente autoritaire du gouvernement dirigé par le premier ministre Narendra Modi et le parti nationaliste hindou au pouvoir, le BJP, ne cesse de s’accentuer.

Plusieurs avocats, responsables d’ONG et militants des droits humains ont ainsi été arrêtés cette semaine par la police, qui invoque la loi UAPA (Unlawful Activities Prevention Act). Celle-ci permet d’emprisonner jusqu’à six mois, sans décision de justice, les personne suspectées de terrorisme ou d’aider des terroristes.

« La vague de répressions qui s’abat sur les militants, avocats et défenseurs des droits de l’homme est perturbante et menace les valeurs basiques des droits de l’homme », ont écrit dans un communiqué commun les ONG Amnesty International et Oxfam.

Shaj Mohan et Divya Dwivedi, deux jeunes philosophes travaillant en Inde que Mediapart avait rencontrés au printemps, dénoncent cette répression des voix dissidentes.

---------

Le 28 août, la police indienne a arrêté plusieurs militants, perquisitionné leurs maisons, confisqué leurs ordinateurs et téléphones portables et exigé les mots de passe de leurs comptes mails : Anand Teltumbde (universitaire et intellectuel dalit), Sudha Bharadwaj (universitaire et avocate), Varavara Rao (professeur à la retraite et poète), Arun Ferreira (avocat des droits de l’homme), Vernon Gonsalves (universitaire et écrivain) et Gautam Navalakha (écrivain, journaliste et militant des droits de l’homme). Ces arrestations s’inscrivent dans une série de persécutions engagées par les forces hindouistes d’extrême droite (et analysées dans le dernier numéro de la Revue des femmes philosophes (n° 4-5), dont Anand Teltumbe était l’un des contributeurs).

La police les accuse d’appartenir à un « front antifasciste » qui tenterait d’affaiblir le gouvernement nationaliste de M. Modi, sous-entendant ainsi que le gouvernement serait fasciste et que l’antifascisme serait un crime… On leur reproche également de « lire trop de livres » et de « gâter les étudiants », mais aussi d’œuvrer au soulèvement des Dalits (« Intouchables »), notamment en commémorant une victoire dalit en 1818 contre un royaume brahman en Inde centrale.

Qualifiés de « Naxalites urbains » par le juge, ces militants sont accusés de collaborer avec les « Maoïstes ». Le terme « Maoïste », les expressions « Maoïste urbain » ou encore « Naxalite urbain » sont employés par l’extrême droite pour associer les intellectuels et militants des droits de l’homme au champ sémantique du terrorisme afin de pouvoir les poursuivre dans le cadre des lois antiterroristes. Plusieurs militants et manifestants dalits suspectés de « terrorisme » et arrêtés le 6 juin dernier sont encore en prison aujourd’hui. Le terme « Naxalites » renvoie à la révolte paysanne et tribale de 1967 dans le village de Naxalbari au Bengale-Occidental, qui marqua le début d’un mouvement national pour les droits des paysans et des populations tribales.

Le BJP (Bharatiya Janata Party), qui gouverne le pays, est le bras politique de la très puissante organisation non gouvernementale d’extrême droite hindouiste RSS (Rashtriya Swayamesevak Sangh, que l’on peut traduire par « organisation patriotique nationale »), qui estime que la nation indienne devrait être dirigée par la minorité issue des castes supérieures, et en particulier par les Brahmanes. Ce principe se nomme « hindutva » ou « hindouïté », d’après la religion hindoue, principe en réalité forgé au début du XXe siècle.

Le BJP a commencé à monter en puissance à partir de 1992, avec la destruction, par des nationalistes, d’une mosquée datant du XVIe siècle et les pogroms antimusulmans qui ont suivi. M. Modi a, quant a lui, débuté son ascension politique en 2002, porté par les « émeutes du Gujarat » et le massacre de plus d’un millier de musulmans dans cet État dont il était à l’époque le premier ministre. La victoire électorale du BJP en 2014 a été précédée en 2013 par les pogroms des « émeutes de Muzaffarnagar ». Les organisations nationalistes hindouistes ont toujours fait des massacres un mode de gouvernement.

L’idée d’une « nation gouvernée par les castes supérieures » étant difficile à défendre avec des mots, ces organisations sont aujourd’hui en guerre contre toute forme d’intellectualité. Depuis 2013, trois philosophes ont été abattus et une journaliste a été assassinée en bas de chez elle. Plus récemment, le leader étudiant Umar Khalid a échappé de justesse à une tentative d’assassinat par des nationalistes hindous qui se présentent comme des « protecteurs de vaches » (et ciblant à ce titre les personnes qui mangent du bœuf).

Depuis son arrivée au pouvoir, M. Modi a ravagé toutes les institutions d’éducation en imposant les programmes de recherche du RSS, qui portent notamment sur les propriétés divines de l’urine de vache, les technologies médicales anciennes ayant permis de créer Ganesh (un dieu avec la tête d’un éléphant et le corps d’un garçon), les technologies aéronautiques de l’ancien sous-contient qui permettaient aux dieux de voler dans les airs, les télécommunications sans fil de l’époque ancienne ou encore l’Inde comme origine de toutes les civilisations dans le monde.

Cette phobie des lettres conduira probablement à d’autres arrestations et meurtres d’intellectuels, philosophes et écrivains dans les jours à venir. Mais c’est aussi une certaine tolérance internationale envers la puissance économique indienne et un silence inacceptable qui permettent à ces tueries de continuer de plus belle.

Divya Dwivedi et Shaj Mohan sont des philosophes basés dans le sous-continent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER